Un débat ?

 

Je vais essayer d’analyser l’émission d’hier, si on peut appeler cela comme cela, car c’est sur la plate forme zoom, la table ronde organisée par J Siaud-Facchin . On pouvait voir aussi le tout sur facebook et poser des questions. Nombreuses, je le suppose puisque je ne peux les lire – c’est une conception archaïque du débat à l’heure moderne des réseaux sociaux, puisque l’on peut bloquer un “ami” qui dérange avec ses questions et remarques pertinentes (de surdouée) pour accroitre artificiellement sa notoriété. Je m’étais inscrite sur zoom, puisque JSF m’a bloquée depuis quelques temps sur son facebook.

Certains s’étaient interrogés, à raison, sur le fait de savoir s’il était opportun ou non d’accepter cette invitation. J’avoue que, sentant un risque de piège, j’étais un peu partagée et je n’ai pas d’avis tranché sur cette question. Mais le fait est, comme l’a écrit Franck Ramus sur fb, qu’il ne faut pas faire la politique de la chaise vide. Surtout qu’en 2018, je déplorais que des chercheurs français comme Nicolas Gauvrit et Franck Ramus , qui est au conseil scientifique de Education Nationale, n’aient pas été conviés à un colloque international à la Sorbonne, organisé par Florence Paris. Hier, l’exercice était utra périlleux, face à une organisation rompue  à la communication et au marketing.  Car J Siaud-Facchin, avant d’être proclamée “spécialiste des surdoués” par des journalistes, a été plutôt spécialiste dans l’art de la communication et dans l’art du réseautage durant 15 ans. On peut légitimement questionner la part de responsabilité des journalistes.  Fort heureusement,  Olivier Revol a admis qu’ils ont pris le wagon en marche et “on n”est pas toujours d’accord” . Il a redonné à J Charles Terrassier sa place de pionnier(ANPEIP 1971). Il a oublié Arielle Adda (en route), mais bon. J Siaud-Facchin interpelle d’ailleurs dans la présentation O Revol, avec du “mon frère” et Michel Habib “mon doudou”. On sentait déjà de sa part le sérieux scientifique poindre le bout de son nez. On sentait aussi une grande tension, (enfin, j’ai eu l’impression).

Si on veut comprendre l’ascension de Siaud-Facchin et de ses théories, voici un podcast (intéressant sur une grosse moitié) :

15 ans de marketing, cela explique un réseau puissant

Épisode #22 : Jeanne Siaud-Facchin, la psy des “zèbres” (mais pas que)

 

Hier, on a assisté à deux heures de “débats” sur le haut potentiel, mais le temps imparti aux différents intervenants était inégal, c’est le moins que l’on puisse dire. Je me suis inscrite à ce “débat” parce que Franck Ramus et Nicolas Gauvrit y étaient invités.  J Siaud-Facchin y a associé les “grandes”associations , faisant mine de méconnaitre AFEAAS -Les hauts talents, qui est une association scientifique réellement.

Au début J Siaud-Facchin a parlé plus de 30 minutes dans une séquence d’auto congratulation, quasi publicitaire. C’était très (trop) long, ce qui a eu pour conséquence que les autres intervenants ont eu peu de temps ensuite. J’ai découvert Sophie Brasseur, autrement que par sa thèse. Je cite : “cliniciens, on pense que c’est représentatif
mais en général, on ne trouve pas de spécificités”.

Je cite F Ramus: ” merci , j’ai 5 mn
haut QI c’est factuel, neutre, objectif, seule définition internationale
dans la discussion, il faut distinguer HQI qui consultent et les autres.”

Nicolas Gauvrit a été contré à la toute fin par J Siaud-Facchin, sur les études sur la réussite scolaire des surdoués qu’elle contestait, en disant que ce sont des études anciennes… Mais non, en fait.

Il faut se rappeler quand même que J Siaud-Facchin écrivait en 2017 : « Tout le monde a le droit de réussir, les surdoués aussi ! » (oui, je sais, j’ai parfois trop de mémoire).

Au début de la prise de parole, concernant F Ramus  J Siaud-Facchin, a parlé d’un livre de Franck Ramus qui n’existe pas. ça, c’était pour détendre l’atmosphère.

Je ne vais pas tout résumer, mais J Siaud-Facchin, a démarré en citant les associations et pas celle que l’on a créée pour lutter contre la pathologisation du haut potentiel. AFEAAS

Les questions posées sur fb n’ont pas eu de réponse.  Ce sera peut-être pour une autre fois.

Je cite la conclusion de Stéphane sur mon groupe fb  hauts potentiel surdouées et positifs :

Jusqu’ici JSF présente bien la chose je trouve, elle est très au fait des dérives liées à son bouquin visiblement:
1/ HPI, HQI, Surdoués sont des synonymes
2/ Le test de QI est ce qui fait foi pour identifier un HP
3/ On ne s’auto-proclame pas HP après avoir lu tel livre ou telle description, c’est là que commencent les dérives et un effet barnum potentiel

comprendre “ne vous croyez pas surdoué après avoir lu mon livre TIPEH” , ce qui est un bon conseil.

A la toute fin, il y a eu une analogie avec le virus… oui… mais être surdoué n’est pas une maladie !

J’aurais aimé demander par exemple à JSF si elle se sent responsable (mais pas coupable) dans la prolifération de ces “fake news” : “« Les surdoués ont une perception du monde différente, une sensibilité exacerbée et une pensée en arborescence. On rencontre beaucoup de difficultés à l’école, au travail et dans la société en général. »”

https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/vannes-une-association-d-entraide-et-d-echange-pour-les-surdoues-6814126?fbclid=IwAR3Sz8SA9xW-TIHF6OD8bwbRWva95e_azh6WhYBshKQiGYXBb4gLcbhFYVk

Mais soyons positifs, c’est la première fois qu’une volonté de discussion s’exprime.

Quelques articles pour approfondir le sujet :

La morale

Copinage

Discussion avec J Siaud-Facchin sur facebook

https://planetesurdoues.fr/index.php/2019/04/08/faux-et-consequences/

ALERTE PATHOLOGISATION

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *