Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Juin/16

27

Les culturo-comiques

culturomic

Je ne savais si j’allais titrer cet article Culturomics comme le livre que je présente ou Les culturo-comiques…

L’ego surfing n’était pas mal aussi, mais c’est une trouvaille des auteurs, J P Delahaye et Nicolas Gauvrit, du livre Culturomics :  le numérique et la culture.

J’ai découvert ce livre par hasard, et je sais que le hasard est une passion pour N. Gauvrit, l’un des auteurs. Je précise que je ne l’ai pas lu, mais que cela ne va pas tarder, car il a l’air passionnant. N. gauvrit est aussi l’auteur du livre « Les surdoués ordinaires » PUF (2014).

surdoues ordinaires

Présentation de l’éditeur

L’apparition des bases de données informatiques et des moteurs de recherche permettant de les explorer a introduit de nouvelles pratiques dont l’ego-surfing est une des plus ludiques : estimer sa propre notoriété, celle de ses amis ou des célébrités, mesurée en nombre de pages Google. Étrange classement puisque, en octobre 2012, Lady Gaga était plus « célèbre » que Jésus-Christ. De même, le classement des chercheurs scientifiques et des universités, à partir d’autres bases de données, se heurte à de nombreux biais dont il est essentiel d’être informé, afin de ne pas prendre des vessies pour des lanternes. La numérisation de cinq millions de livres réalisée à l’Université Harvard fournit quant à elle un outil nouveau, permettant d’analyser l’évolution de l’usage d’un mot ou d’une expression au cours des deux derniers siècles. De « nos ancêtres les Gaulois » au « biais de positivité » et à la « loi de Benford », ce petit guide pittoresque a été conçu pour initier aux subtilités de la culturomique, la science numérique de la culture. Jean-Paul Delahaye est professeur à l’université de Lille et chercheur au laboratoire d’informatique fondamentale (LIFL). Il est l’auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation des mathématiques. Nicolas Gauvrit enseigne les mathématiques à l’université d’Artois. Il s’intéresse particulièrement aux liens entre les mathématiques et la psychologie.

 

Quand on pense que Nabilla a même écrit un livre et qu’une dédicace provoque une émeute et des malaises.

Malaise oui, c’est ce qui me prend au regard de ce que l’on ose nommer aujourd’hui « La culture »…  je mets un petit c, exprès…

Malaise oui, quand des livres sont mis en avant par des éditeurs, uniquement orientés par l’argent, et bernés (comme les journalistes) par une notoriété numérique factice…  Car l’argument est : parce que ça se vend bien  ou  variante :  parce que cela va bien se vendre… Et qu’importe le contenu.

Malaise oui, quand de faux likes sur facebook font croire à une notoriété numérique, qui est en fait uniquement basée sur du faux semblant et initiée par de l’argent…

On est assez éloigné de Dostoïevski ou de Camus, ou de Hannah Arendt. La Culture, avec un grand C, la vraie, celle que l’on sent immédiatement lorsqu’on ouvre un de leurs livres.

Non mais allô quoi…

http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/23/nabilla-seance-dedicaces-besancon_n_10628380.html

http://sites.arte.tv/philosophie/fr/hannah-arendt-chercher-lavenir-dans-le-retour-aux-anciens-philosophie

Malaise oui, devant l’exposition médiatique d’un enfant surdoué préadolescent, qui est en construction identitaire, et que l’on nomme « zébrillon » ?  Il est stigmatisé pour sa vie entière…

J’ai lu cette phrase, par exemple sur une 4ème de couverture : « Ce terme est aujourd’hui couramment utilisé par la communauté de surdoués enfants, ou adultes. »

Est-ce que c’est une blague ?

 

Culture zèbres, culture Nabilla : même combat.

 

Stop, avant qu’il ne soit trop tard ! Mais peut-être, est-ce déjà trop tard, je pose la question.

C’est « Le nivellement par le clic »

J’ai posé la question qui fâche dans mon dernier livre, préfacé par J C Terrassier ! « Les surdoués atteints de haut potentiel, l’intelligence malmenée »

Est-ce que les zèbres sont surdoués ?

les-surdoues-atteints-de-haut-potentiel-nadine-kirchgessner

 Mais je le revendique haut et fort : Non, je ne suis pas un zèbre ! Non, je ne veux pas être une bête de cirque ! Et je ne suis pas la seule !

 

En fait, pour tout vous dire, ce terme de « zèbre » pour désigner un surdoué commence à être complètement has been… Les éditeurs et journalistes devraient un peu se mettre au courant !

Beaucoup de surdoués et de personnes à haut potentiel ne veulent pas entendre parler de ce terme et même se sentent insultés si on les appelle comme ça ! Les vrais surdoués se sont bien rendu compte du piège dans lequel ce terme les place. Le piège de la négativité et de l’exclusion.

 

Alors les zèbres, il est grand temps de vous réveiller !

 

Béatrice Millêtre le dit bien dans cette émission de RFI du 24.06.2016 (de 46 mn)  très intéressante,  et notamment à la 35 ème minute.

Je remercie Béatrice Millêtre de dire qu’elle ne supporte pas le terme de « zèbre »  à 35 mn.

On sent que cette psychologue est surdouée. Même si je ne suis pas d’accord avec tout ce qui est dit, surtout l’idée que les surdoués ne sauraient pas expliquer ce qui est évident et leurs fulgurances. Mais je ne vais pas décortiquer dans cet article toute l’émission.

J’aime bien, par contre, ce que dit la présentatrice « en ces temps troublés, nous avons besoin de la clairvoyance des surdoués ».

Béatrice Millêtre est une auteure prolifique. Voici un de ses ouvrages :

milletre_

Pour écouter l’émission de RFI  « Les enfants surdoués  ; cliquer sur

http://www.rfi.fr/emission/20160624-enfants-surdoues

Quelques articles à lire pour se documenter autrement :

http://planetesurdoues.fr/index.php/2014/06/17/climat/

http://planetesurdoues.fr/index.php/2015/12/15/uberisation-de-la-psychologie/

Cet article tombait à pic ! Ah la lucidité des surdoués ! Ça fait mal !

http://planetesurdoues.fr/index.php/2016/06/20/les-minorites-agissantes/

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

12 Comments pour Les culturo-comiques

Lonnoy | 28 juin 2016 à 10 h 02 min

Bonjour,
l’accès au monde numérique, permanent quand il se fait par internet, nécessite encore plus d’être formé que par le passé. Aujourd’hui, on croit savoir et on croit comprendre parce qu’on accède à une information illimitée… ou on mesure son niveau d’ignorance et ses propres limites (intelligence insuffisante et/ou défaut de formation).

C’est la part belle à la bêtise, (selon moi) un pilier de la société de consommation, que ne manquent pas d’exploiter les détenteurs du pouvoir de réforme de l’Education nationale. Dans leur style, ce sont des démagogues. Ils confortent les idiots dans leur bêtise et leur ignorance. Pour faire un meuble un ébéniste a besoin de connaître puis de savoir utiliser des outils puis les techniques. La création (ou la (re)production) vient ensuite. Négliger l’orthographe et le calcul, c’est comme négliger l’importance du bois.

Le sujet Nabila n’est qu’un phénomène amplifié qui a toujours existé, j’en suis certain (mais je ne peux pas le prouver). Il lui manquait juste l’occasion de s’exprimer pleinement. Les médias et leurs supports comme internet ne font que lui donner un retentissement hors de proportion. En fait, la proportion est à la mesure de la partie de la population qui est prête à verser dans ce genre de comportement. C’est rassurant pour la démocratie mais la démocratie doit faire avec (cf le Brexit).

Quand on ne sait pas, le bon sens commande d’être discret. C’est un principe que ne partagent que les personnes intelligentes et/ou bien éduquées. Avec internet, ce principe n’existe pas. C’est de l’hystérie collective entretenue.

Enfin, le simple fait que je m’exprime ici mais que, potentiellement, je puisse être lu potentiellement par tout internaute, est-ce de l’ego surfing ? C’est de la démocratie. Mais au delà du fait que j’essaie de ne pas écrire de bêtises, je sais aussi que je peux m’attirer les foudres de certains. L’expression libre est d’abord source de nuisances. S’exprimer sur Nabila ne dérange personne, alors autant y aller sans retenue. Bla bla…

Lonnoy | 28 juin 2016 à 10 h 07 min

désolé,
j’ai fait (au moins) une faute para 3 : suportS et une parenthèse mal placée.
J’ai écrit deux fois potentiellement dans le dernier para… mais vous pouvez laisser ainsi, je n’ai plus honte 😉

Flavie | 30 juin 2016 à 10 h 58 min

Bonjour,

c’est atterrée que je prends connaissance de votre nouvel article.

Bien évidemment, j’étais au courant de toutes les dérives de notre société essentiellement basée sur la « com », « l’esbrouffe », le bluff et le « m’as-tu vu ».

Ce qui m’inquiète toutefois le plus, c’est que d’aucuns n’hésitent même plus à vendre leur âme au diable pour gagner en popularité, nombre de clics ou plus vulgairement « faire du blé » sur le dos de la bête.
J’en veux pour preuve la publication récente du livre de Alexandra Reynaud (j’ai le droit de la citer ?) qui n’hésite pas à livrer en pâture la vie de son fils, le dit « zébrillon ».
Il me semble que cet auteure n’utilise pas de pseudo…
Suis-je la seule à être choquée ?? Est-ce que je fais de la « sensiblerie » ? L’enfant a-t-il eu son mot à dire ?

Secondement, certains « experts » du monde de la surdouance ne tergiversent pas à s’associer avec des personnes limites sectaires pour se faire connaitre et soit-disant soulager la souffrance de personnes surdouées.

La relation entre EIP et enfant indigo, que l’on dit entouré d’une aura énergétique rare et spécialement missionné sur Terre pour améliorer l’Humanité est maintenant devenue une « presque évidence ». Quel fardeau !

Je m’inquiète sincèrement…

Merci pour les informations données sur le blog et votre esprit de résistance face à des idées dominantes du milieu qui font de plus en plus froid dans le dos.

Nadine Kirchgessner | 30 juin 2016 à 20 h 00 min

Bonjour Flavie
J’ai pensé la même chose que vous lorsque j’ai appris la parution de ce livre. Même chose avec « Arthur, mon école buissonnière ». C’est vraiment comme vous dîtes livrer en pâture la vie de son fils. Spectacle de « blog-réalité », cela pose question… Ne doit-on pas protéger les enfants ? Peut-être ya -t-il eu accord de l’enfant ? J’imagine si j’avais fait cela à mes enfants, je crois qu’ils ne me parleraient plus jamais. Ils n’ont jamais voulu témoigner à la télé par exemple, lorsque Sophie Cote de l’AFEP, me le demandait. Pour mon site, je leur ai demandé leur accord, et je ne cite jamais leurs prénoms. Et ils étaient adultes pour les aînés et bien ancrés dans la vie. Lorsque je leur parle de mon site ou mes livres, ils changent vite de sujet ! Alors je leur dis qu’ils ne se rendent pas compte de ce qu’il se passe, que j’œuvre pour leurs enfants (futurs) si jamais ils sont doués (il y a un risque)… des enseignants vont leur dire qu’ils ont un « enfant différent » et hop ! direction la MDPH ! (maison des personnes handicapées)et un PPRE. Je dois dire que cela les fait bien rire…Moi non…
https://larevolutionpacifique.wordpress.com/2014/03/29/qui-se-souvient-de-arthur-mon-ecole-buissonniere/
http://planetesurdoues.fr/index.php/2016/05/24/elle-voit-des-zebres-partout/
http://planetesurdoues.fr/index.php/2016/05/18/la-desinformation-sur-le-net/
http://planetesurdoues.fr/index.php/2016/06/20/les-minorites-agissantes/

Pour votre deuxième réflexion, vous voulez parler de ce festival. J’espère que vous n’avez pas raison et que ce n’est pas une « presque évidence ». Il faut ouvrir l’œil et le bon, et laisser le « troisième œil entre les sourcils » à Laura Marie ! Il paraît qu’une des qualités des surdoués est la lucidité ! Apparemment, pas pour tout le monde… ou alors…
http://planetesurdoues.fr/index.php/2016/05/17/les-extra-terrestres/

Vous employez le terme « résistance » OUI
Le plus fâcheux , c’est cette petite phrase à propos de « zèbre » :
« Ce terme est aujourd’hui couramment utilisé par la communauté de surdoués enfants, ou adultes »

NON

Marie | 6 juillet 2016 à 23 h 17 min

J’aimerais beaucoup que ce terme de « zèbre » passe de mode. Malheureusement, je le croise encore bien trop fréquemment à mon goût.

Je pense que nombreux sont les blogueurs qui parlent de leurs enfants. Cela peut même être un thème central lorsque l’on parle de précocité comme vous le faites, ou sur un blog littéraire qui évoque la littérature jeunesse, par exemple. Je trouve néanmoins choquant, moi aussi, de le faire sous son vrai nom, de sorte que toute personne qui fréquente l’enfant et sa famille peut le reconnaître.

Enfin, je trouve rageant que les sites les plus médiatisés soient ceux dont les auteurs maîtrisent le mieux les règles du marketing et non les plus fiables. Mais je ne sais pas si le problème est lié à la culture numérique. Il suffit de regarder qui l’on trouve en tête de gondole au rayon psychologie des librairies.
Peut-être faut-il simplement y voir de bonnes qualités de vendeur et le fait que la zébritude est un concept plus susceptible de convenir à un vaste public, plus « politiquement correct » que des informations plus fiables?

Nadine Kirchgessner | 17 juillet 2016 à 11 h 17 min

Merci Marie
Vous avez raison, et surtout ils sont nombreux à généraliser d’après les difficultés ou caractéristiques de leur enfant !
j’ai lu hier un article qui disait que les précoces ont des cahiers très brouillons et ne savaient pas écrire ! Ah bon ?
je rangeais récemment un vieux carton contenant des cours et devoirs de mon fils aîné de première et Terminale, j’ai lu, je fais toujours ça, et finalement, mon rangement a été retardé ! bref ! j’ai été stupéfaite de la qualité et de l’écriture de ses cours et devoirs, alors…
En tous cas, l’éditeur ne se grandit pas en désignant comme blog de référence sur le surdouement, un blog qui contient des fautes d’orthographe dans presque tous les commentaires ! L’éditeur n’a pas vérifié le contenu du dit blog ! L’éditeur n’a pas vérifié la véracité des diagnostics, car il est écrit dans ce blog, que le père n’a jamais passé de tests de QI, … et soudainement, toute la famille est THQI ! Ce blog ne diffuse pas tout comme il le prétend, sur la douance (comme l’étude EDEN (2016) !. L’éditeur n’hésite pas (et l’auteur) à diffuser le nom d’un enfant mineur pour se faire de l’argent ou de la notoriété, quitte à risquer la sérénité de son avenir.
La zébritude est une mode passagère, qui va passer, les vrais surdoués, eux, existeront toujours. J’en ai rencontré hier, et en écoutant Martin Page, notamment (auteur de « Comment je suis devenu stupide » ) . Il a dit qu’il n’était pas bon à l’école et peu sociable… J’ai pu le constater ! Mais au moins, il ne généralise pas son cas! ET très important, il ne se dit pas surdoué, à aucun moment, alors qu’il l’est vraiment ! En général, les vrais surdoués sont modestes, et n’ont pas besoin de clamer leur THQI sur toutes les pages…

julienselignac | 17 juillet 2016 à 20 h 49 min

Le problème de la culture numérique c’est surtout de savoir s’orienter parmi la masse d’informations disponibles. Mais une fois cette capacité acquise il existe des choses tout à fait intéressantes sur le net: des youtubeurs comme Bruce Benamran qui a créé une chaine de vulgarisation scientifique (et a lui-même écrit un livre d’ailleurs) ou Histony (un pseudo) qui réalise des vidéos historiques. Et, dans un autre style, la chaine de Buffy Mars, sur laquelle se trouve de nombreuses analyses de séries télé. Cela redonne une place à ce qu’on pourrait appeler l’éducation populaire (par ailleurs, Nabilla n’a pas écrit son livre, elle a demandé l’aide de quelqu’un d’autre: elle a l’honnêteté de le dire dès les premières pages)

julienselignac | 24 juillet 2016 à 22 h 04 min

Nadine Kirchgessner | 1 août 2016 à 15 h 08 min

C’est bien le problème d’avoir un esprit critique, sans cesse en éveil et en alerte. Merci pour les liens, le premier « Histony » je connaissais, et c’est vrai qu’il est passionnant et pédagogue. J’ai eu quelques profs comme ça, mais c’est rare ! Cela aide à aimer l’histoire, avec un grand H.
Je lis de temps en temps un blog concernant la vulgarisation scientifique allodoxia : observatoire critique de la vulgarisation scientifique et en recherchant le lien je tombe sur cet article , mais il y en a beaucoup d’autres
http://allodoxia.blog.lemonde.fr/2015/08/13/intermede-plagiaire/
Je n’ai pas lu le livre de Nabila, ni les premières pages, ni les suivantes !

julienselignac | 3 août 2016 à 1 h 28 min

je n’ai lu que les deux premières pages, en librairie 🙂 Oui, Odile Fillod fait un travail très important. Le travail de Bruce sur sa chaine est un peu différent (aussi au niveau des thèmes: il est plus sur la physique quantique et l’histoire des sciences entre autre)

Camus.F | 8 novembre 2017 à 9 h 12 min

Les auteurs de la zébritude sont des gnous ! En suivant leur logique cela fonctionne.J’ai vu des ados youtuber se taxer de zèbre et toute leur chambre emplie de cet animal en peluche et objet le représentant en tout genre.Cela fait froid dans le dos.La malhonnêteté intellectuelle, l’appât du gain,valent mieux que la science,la raison et le respect des gens.
Après la secte indigo,Mensa voilà Zebra !

Nadine Kirchgessner | 5 décembre 2017 à 14 h 08 min

L’engouement pour cet animal est assez incompréhensible, en tous cas pour moi.

«

»