Des compromissions

Les personnes à l’origine de cette pathologisation du haut potentiel en France (depuis environ 2002- 2003) sont parvenues jusqu’au ministère en 2019 et ont participé à ces travaux concernant le haut potentiel, pour l’information des enseignants. Beaucoup de médecins parmi les membres de la commission, et un IEN ASH (inspecteur ASH spécialisé pour le handicap). Pourquoi un inspecteur spécialisé pour le handicap doit-il participer à des textes concernant le haut potentiel ?

Dans une vidéo de début 2020, Nicolas Gauvrit approuve le  module-formation-eip-268994-pdf-1083

ce texte issu des travaux du Ministère de l’EN de 2019. Le texte pathologise le haut potentiel comme jamais, depuis le rapport Delaubier en 2002, et si on le compare aussi avec les textes des années précédentes, 2009 par exemple.

A la toute fin de la vidéo, à 1 H 15 :

“cela a été dans le bon sens”  Nicolas Gauvrit

à 1 H 17 Heure, N G indique qu’ils ont inversé l’ordre des préconisations , et qu’il apprécie.

“La première chose à laquelle il faut penser, c’est les programmes d’accélération” “on est dans la bonne direction” NG

OR

Si on lit le texte, ces programmes d’accélération ne viennent qu’en 5 ème position dans ce nouveau texte de 2019.

vidéo de début 2020, Nicolas Gauvrit

Dire que les enfants surdoués ont “des besoins éducatifs particuliers”, les expose à subir cette stigmatisation un jour ou l’autre :
“tu es particulier”.
Il me semble que l’on pourrait facilement l’éviter, en utilisant un terme moins négatif.
Les enfants avec HQI ont « des besoins éducatifs particuliers » est une expression que je ressens comme négative, et certains vont s’en emparer pour pathologiser les situations. Cela se passe actuellement et cela monte en puissance, comme on peut le lire dans ce texte. Déjà que ces jeunes sont souvent traités d’intellos, cela suffit amplement.
Si on lit le vademecum (eduscol 2019), au début :
emploi du terme “école inclusive” , employé en général pour les situations de handicap.
“1. La différenciation pédagogique
2. Le tutorat par les adultes
3. L’enrichissement du parcours
4. Le décloisonnement
5. L’accélération du cursus”
L’accélération du cursus n’est qu’en 5 ème position !
Ce qui était déjà prévu en 2002 dans le rapport Delaubier, qui étai y moins médicalisant, et davantage axé sur l’aspect pédagogique.
ET

Un espace dédié aux élèves à haut potentiel peut être mis en place au sein de l’établissement scolaire (salle de classe, espace ressources…).

Ce lieu constitue un espace d’échange privilégié pour parler à un adulte, résoudre les conflits, aider le jeune à réguler ses émotions,”

Comme si les jeunes surdoués créaient des conflits dans un collège et qu’il faille les placer “à part”

Personnellement, je suis perplexe car le glissement sémantique interviendra facilement et rapidement pour certains. Cela deviendra malheureusement “les surdoués sont particuliers”, ce qui n’est pas souvent positif dans le langage courant.
Particulier = placer à part
J’ai des échos du milieu scolaire qui attestent ce fait, les jeunes vont être considérés comme “particuliers”.
Quelques articles pour approfondir le sujet :
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *