Cédric Villani, surdoué ou autiste ?

Un article des plus étonnants est paru concernant Cédric Villani, ayant reçu la prestigieuse médaille Fields en mathématique et candidat à la mairie de Paris. Il  est interrogé sur son supposé autisme asperger. Cédric Villani semble bien être surdoué, il se présente parfois de façon originale, avec l’araignée qu’il porte à sa veste, c’est son droit. Pourquoi devrait-il être autiste ? Surtout qu’est-ce que cela vient faire dans ce débat ?  Etre intelligent est une honte dans ce pays ?

Mais comme souvent les journalistes (et de nombreuses personnes) confondent le haut potentiel et le syndrome d’asperger. Ce qui est navrant et presque surréaliste, c’est cette phrase de Marlène Schiappa sur Twitter, comme si le haut potentiel était un trouble. Au moment où les personnes autistes voudraient ne pas appartenir ni être “assignées” à un groupe considéré comme “troublé”, il est  très exagéré d’assigner les personnes surdouées à des personnes neuroatypiques ou “différentes” de façon grandement péjorative.

Il faut rappeler que nous parlons seulement d’intelligence. L’intelligence n’est pas un trouble , jusqu’à preuve du contraire. Les nombreuses fausses informations qui circulent depuis maintenant une quinzaine d’années sur le haut potentiel ont eu raison du bon sens, jusque dans les ministères :

« Les personnes neuroatypiques, autistes, Asperger, HPI ou toute autre “différence” ont toute leur place dans la démocratie », a réagi la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa sur Twitter. « Respectons le choix de chacun d’en parler ou non, sans assigner quiconque à cela. Débattons du fond avec Cédric Villani, pas de sa personne. »

Pour lire l’article cliquer sur :  Cédric Villani

J’alerte depuis de nombreuses années sur ce phénomène très inquiétant de pathologisation de l’intelligence.

Quelques articles pour approfondir :

La pseudoscience des surdoués (Franck Ramus/Nicolas Gauvrit) 2017

Asperger ou douance

La stigmatisation des surdoués est en marche

France bleu : les experts

L’inimaginable

Share

Une réflexion sur « Cédric Villani, surdoué ou autiste ? »

  1. Dans un société valorisant tout à la fois la fusion première
    du collectif (égalitarisme – « fraternité ») comme principe
    de valeur et de « liberté » absolu, l’originalité n’est pas de mise.

    Contrairement à d’autres contrées promouvant l’extraversion, la réussite individuelle et L’Entertainement dès le plus jeune âge et où les originaux sont tout autant Légion que visibles et riches de leurs variétés, dans notre contré l’Exception doit
    se justifier et si elle ne peut être apprivoisée elle doit être diagnostiquée pour que la déviance soit renvoyée à sa valeur arrangeante de pathologie, de moins plutôt que de plus.

    Il ne faudrait pas que l’exception qui plus est l’intelligence
    – vil élitisme – fasse classe attire et inspire!
    Il ne faudrait pas faire des intelligents des héros des
    individus riches de leurs divergences fortes, des modèles.
    Il est nécessaire de les renvoyer à un amoindrissement commode; malades, faibles, handicapés, troublés, Caliméros…

    Nous ne sommes pas loin d’un passé de chasse aux sorcières
    où le lettrés, la/le savant/e étaient lui aussi
    le déviant; non pas dévié du politiquement et socialement correcte, mais de la « volonté divine »,
    être malade à diagnostiquer et désigner sous son véritable jour.
    Il est triste que le temps ait passé et que si les mœurs sont plus clémentes, le temps ne soit toujours pas au beau
    fixe pour qui a les yeux, les passions et l’esprit, foisonnants, critiques, ouvert et créatif (en diable!).

    Chez nous l’exception dérange surtout lorsqu’elle est iconoclaste et qu’on ne peut aisément la classer
    dans une norme de « valeurs d’exceptions » acceptables
    (milieu social, degré d’étude qui feraient sens
    et cohérence d’une attitude et d’une apparence globale).

    Et il n’est alors pas étonnant dans un pays de la normalisation et du nivellement par le bas des intelligences,
    comme des souplesses d’imaginaires et de créativité
    que l’on ait ainsi recours par facilité et ignorance
    crasse à des archétypes grossiers:
    Excentricité vestimentaire et langagière + préciosité + domaine mathématiques = suspicion d’autisme.
    Si les archétypes se limitaient aux seules productions audiovisuelles convenues et sans éclats ce ne serait pas si mal.
    Mais dans un pays en mal d’imagination et en mal d’individualités il ne faut pas s’attendre à mieux je pense.

    Vive les excentriques, les rêveurs, les artistes
    de tous les arts et professions qui par leurs passions,
    leur honnêteté et la richesse de leur regard et de
    leur réaffirmation de vécus enrichissent un monde
    malheureusement trop souvent et trop globalement
    appauvri par les maîtres auto-proclamés
    de la mise en forme des discours communs.

    Vive les intelligents en terre d’apologie de la simplification
    des principes et de l’ignorance!

    Vive les vivants les yeux et l’esprit ouverts!

    Aux barricades amies et amis aux cérébraux vivaces et coriaces! 🙂 Ne nous laissons pas ainsi diminuer et insulter.

    Soyons ouverts au monde, à sa complexité et à ses possibles
    là où les autres s’enferment par peurs et par faiblesse.

    Explosons nos possibles, nos rêves et nos créativités.
    Nous n’avons pas à nous en justifier!

    Soyons fiers et soyons forts.

    C.O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.