Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Nov/17

24

Le point de non retour

Cela ne suffisait pas ce matin un article des plus affligeants, avec une conclusion de chiffres sortis d’on ne sait où :

Enfants surdoués

mais cet après midi je lis ceci :

« Dans son hors série, Le Point consacre un dossier à la précocité chez l’enfant et donne la parole à notre auteur le Dr Olivier Revol. ➡️ https://boutique.lepoint.fr/le-guide-de-l-enfant-heureux-et… »

Quand on lit l’article , eh bien … On se dit vraiment que Le Point n’est pas du tout au point, et qu’il va falloir encore mettre les points sur les i, quand on lit qu’il ne faut pas apprendre la méthode aux enfants surdoués car ils ont une pensée en arborescence ; mais que font les journalistes ?

Une méconnaissance du haut potentiel dans son ensemble associée à des réminiscences de la psychanalyse a pour conséquence cet article de concentré de négativité patente. O Revol croit à tort que les enfants qu’il connaît dans son hôpital représentent tous les enfants surdoués. Si un enfant surdoué pose une question, c’est qu’il veut connaître la réponse. Point. Cela s’appelle de la curiosité. (cliquer sur les photos pour lire)

Voici quelques conseils que l’on peut donner à tout enfant, d’ailleurs ; excepté d’éviter de donner de la méthode aux enfants surdoués, ce qui est un non-sens ; excepté les dérives arborescentes.

Je cite :

« Donner un cadre

L’enfant HP a besoin d’être cadré car sa pensée en arborescence peut l’entraîner très loin au point de se faire peur…

Apporter de la méthode à l’organisation des devoirs… car l’enfant HP réfléchit peu efficacement assis à son bureau

Les incessantes sollicitations et questions des enfants HP sont un de leurs moyens de défense contre l’angoisse…

Favoriser les expériences amicales

Il ne faut pas contraindre l’enfant HP à faire les choses les unes après les autres cela va à l’encontre de sa pensée en arborescence

L’enfant HP …coupe la parole »

 

Je pensais naïvement que le magazine Le point était plus prudent quant à la rédaction de ses articles.

On sait les positions extrêmes de O Revol depuis cet article, c’est à dire que le haut potentiel est un trouble pour ce professionnel  :

https://sciencespourtous.univ-lyon1.fr/les-enfants-precoces-cerveau-different/

 On comprend la problématique également dans cette diapo sur Facebook :

« diapo, présentée entre autres samedi 18 novembre 2017 à Nice, lors de la conférence organisée par l’Anpeip Côte D’Azur. »

 

Ma conclusion

Je me mets à la place des parents qui lisent ces articles négatifs et qui doivent avoir très peur. Ces articles entretiennent une clientèle, toujours plus mal informée que jamais. Je rappelle que dans leur étude (en général) les participants , les enfants surdoués, sont recrutés dans les consultations, voire à l’hôpital, comme il est confirmé dans leur article (avril 2017). La généralisation ne peut pas être pertinente :

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fnins.2017.00173/full

Il faut souligner également que les notions d’arborescence et l’anxiété des surdoués sont épinglés comme étant non scientifiques dans cet article :

La pseudoscience des surdoués (Franck Ramus/Nicolas Gauvrit) 2017

Quelques articles pour approfondir le sujet :

La surnormalité (suite)

Les pompiers pyromanes

Le journalisme

La surnormalité

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

Un commentaire pour Le point de non retour

Camus.F | 27 novembre 2017 à 16 h 59 min

Affligeant tout cela.Un enfant HPI utilise la méthode du professeur à sa façon,il l’améliore,la modifie pour l’adapter à son mode de fonctionnement,ceux-sont là à mon sens, les manifestations d’une excellente pensée divergente combinée à une tout aussi excellente pensée convergente.
Conclusion:il faudrait plus de psychologue HP pour s’occuper du haut potentiel sachant que ce dernier- grâce aux grandes qualités humaines telles que l’humilité et l’empathie dont il est générateur- donne d’excellents thérapeutes et chercheurs.

«

»