France culture et les surdoués

France culture a beaucoup de mal avec les surdoués en général. Après avoir mis en avant les « zèbres », voilà qu’une émission prétend que l’on puisse fabriquer des surdoués.
On avait déjà eu droit à Ces drôles de zèbres en 2015. J’avais écrit aux journalistes, bien sûr, je n’ai eu aucune réponse.
Cette fois-ci, on espérait une petite amélioration, puisque Franck Ramus était interviewé au tout début (enfin !). Mais comme il ne participait pas à l’émission en direct, il n’a pas pu contrer les affirmations surréalistes assénées par Jérome Pellissier, auteur de l’ouvrage « La fabrique des surdoués ». Il faut dire que Jérôme Pellissier est chercheur en gérontologie, et qu’il connaît vraiment peu le sujet. Il a pourtant pris beaucoup la parole pour dire que l’on peut créer des surdoués dans les beaux quartiers, si on est riche, en somme.
Franck Ramus indique que l’on peut développer l’intelligence des enfants par l’école (quelle que soient leurs capacités) et qu’en France tous les enfants sont scolarisés.
Il indique que l’on a diminué les sauts de classe et que de ce fait, les enfants les plus rapides s’ennuient. J’ajoute : même ceux qui habitent en milieu rural !  car, oui, il y en a.

J pellissier indique (à 8 mn)  que le QI  est une supercherie, rien de moins, il croît que les tests de QI mesurent l’intelligence, que les tests  de QI de culture occidentale, sont créés avec des étudiants, comme cobayes. Or, au départ, les tests ont été développés par Wechsler pour l’armée US , pour repérer les capacités des conscrits qui n’avaient pas fait d’études. au sujet des tests J Pellissier indique une caricature trompeuse de la fabrication des tests, puisque pour les enfants, ces derniers ne sont pas étudiants.

J pellissier pense que si les parents font faire des jeux intellectuels à leurs enfants, dans 6 ème arrondissement de Paris, ils auront de très hauts scores aux tests…
C’est ne pas connaître les parents d’enfants surdoués ni les tests.
L’analogie de J Pellissier, avec le ski est vraiment caricaturale
comme si les parents entraînaient leurs enfants aux tests. Surtout quand il s’agit de jeunes enfants. Il y en a peut-être mais ils sont très rares.
Bizarre  qu’il n’y ait pas que des surdoués sur la terre dans ce cas… S’il suffit de s’entraîner.
Bizarre qu’il n’y ait pas que des surdoués dans 6 ème arrondissement de Paris.
La petite noblesse de l’intelligence de Wielfried Lignier est une des références de l’émission… Ceci explique cela.
J Pellissier croit que l’on nie le développement de l’intelligence, si on dit qu’il existe des surdoués.
J Pellissier dit clairement qu’il ne croit pas à une forme de « biologisation de l’intelligence », mais alors ? Comment se fait-il que l’on trouve des surdoués dans les milieux défavorisés. Mystère.
Il ne connaît pas sans doute l’histoire de Jean Frêne.
 Et bien d’autres.

Dans mon article de 2012 La précocité mal comprise, je décortique le livre de Coriat dans son livre « Les Enfants surdoués : approche psychodynamique et théorique. — Pans: Paidos – Le Centurion, 1987. Il a étudié les différents effets du milieu social pour l’enfant surdoué. :

» Page 89 : Nous nous limiterons aux seuls enfants à l’intelligence générale élevée. Les sous groupes tel que nous les avons étudiés sont les suivants :

a)      Surdoué de milieu privilégié : QI autour de 140

b)      Surdoué de milieu défavorisé : QI autour de 140

c)       Surdoué présentant une précocité extrême : QI autour de 170

 

J Pellissier a une vision restrictive des surdoués. Il pense qu’ils ne bougent pas avec leur corps. Où se trouve cette information ? D’ailleurs, de grands champions ont révélé qu’ils étaient surdoués.

On se demande où il a observé des enfants surdoués. Certainement pas dans son travail de recherche en gérontologie. Peut-être a-t-il étudié des personnes âgées surdouées ?
Considérer que ce qu’on mesure dans le Qi c’est l’intelligence, c’est déjà avoir une notion très restrictive de l’intelligence, analyse Jérôme Pellissier.
Mais personne ne dit cela. Les professionnels qui ont été formés aux tests, savent que ces tests ne « mesurent pas l’intelligence ».
J Pellissier assène des contre-vérités tout au long de l’émission. Exemple : « plus on fait des tests QI à des enfants très jeunes, plus les QI sont proches ».  Où se trouve cette information ?
La journaliste Louise Touret parle ensuite de « diagnostic de l’intelligence » et du marché de l’intelligence.
La question de l’obligation de développer son potentiel est un peu incongrue à mon sens. C’est comme si on disait qu’il vaut mieux qu’un enfant mette des chaussures de taille 30 alors qu’il chausse du 35. Il ne peut pas bien marcher.
Jérôme Pellissier pense que l’on peut fabriquer des surdoués…c’est le titre de son livre…Les autres intervenants ont eu très peu de marge de manoeuvre pour intervenir dans ce monologue surréaliste.
Si c’était ça, s’il suffisait de les fabriquer, il y aurait davantage de surdoués, non ?
Quelques articles pour approfondir le sujet :
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.