Harcèlement moral

Beaucoup d’adultes surdoués se plaignent de harcèlements divers, soit dans leur enfance, leur scolarité, ou dans leur vie professionnelle actuelle.Le harcèlement peut prendre diverses formes :

  • le harcèlement violent, physique
  • le harcèlement psychologique, verbal
  • le cyberharcèlement
  • la mise à l’écart

L’une des formes la plus insidieuse de harcèlement est la mise à l’écart. C’est un mécanisme lent, invisible. Destructeur.

Personnellement, je n’ai jamais été harcelée à l’école. Mais depuis quelques temps, je subis du Harcèlement moral de la part de personnes, qui ont pourtant, a priori, les mêmes points de vue sur le haut potentiel ; de la part de personnes que j’ai aidées à comprendre ce qu’il se passait dans le monde de la douance, puisque j’ai ouvert les yeux bien avant tout le monde.  2012

Un an environ avant l’article La pseudoscience des surdoués, j’ai travaillé avec Franck Ramus et Nicolas Gauvrit, C’est moi qui ai apporté en très grande partie la matière pour écrire cet article, c’était facile puisque j’avais compilé année après année sur mon site toutes les invraisemblances qui se disaient à propos des surdoués.  Mon nom apparaît sur ramusméninges dans le florilège : “Ces informations ont été collectées notamment grâce à l’aide de Nadine Kirchgessner.”

J’ai créé avec deux amies fidèles en 2018 l’association Les hauts talents- AFEAAS pour justement placer en avant ces chercheurs en sciences cognitives, qui n’étaient quasiment jamais invités par les associations françaises, à savoir Franck Ramus et Nicolas Gauvrit.

Au départ, nous avions 5 personnes au conseil scientifique :

Gérald Bronner, Nicolas Gauvrit, Franck Ramus, Léonard Vannetzel, Gabriel Wahl.

A l’arrivée, nous avons Gérald Bronner et Franck Ramus. Deux chercheurs intègres et sérieux.

Léonard Vannetzel (de la revue ANAE) a quitté le conseil dès le début, nous indiquant qu’il était “obligé”. Il a ensuite fait capoter une conférence que nous projetions à l’ENS, en voulant que nous constituions un “comité d’éthique”. Ce qui n’est demandé à aucune autre association. Nous avions fait l’erreur de le solliciter, alors qu’il avait quitté le conseil.

Nicolas Gauvrit a quitté le conseil deux mois après, nous indiquant qu’il n’avait pas le temps et que “ce n’était pas bon pour son image”.

Pourquoi ?

Nathalie Clobert et Nicolas Gauvrit nous ont indiqué lors du pique nique de AFEAAS que Gérald Bronner n’avait “rien à faire là”.  Mais Gérald Bronner est au conseil scientifique car il est spécialiste des fausses croyances. Le haut potentiel étant envahi de fausses croyances,  ces dernières années, Gérald Bronner est à sa place. Et comment.

Gabriel Wahl a été enlevé du conseil, car il m’a traitée de “connasse” fin mai (oui…) parce que je rechignais à placer le témoignage de Pauline (du site over the 130) dans un projet de livre chez un grand éditeur ; Pauline m’avait dit que je n’étais “qu’un annuaire” pour son passage sur France 2 (2016), alors que j’ai œuvré avec la journaliste, qui voulait interviewer une des femmes de mon livre Des femmes surdouées. Aucune femme femme de mon livre ne voulait répondre à la journaliste. Par ailleurs le livre était terminé. Le projet de livre chez ce grand éditeur est capoté, évidemment. Gabriel Wahl m’ayant hurlé au téléphone :  “je ne fais pas de préface à une connasse”. La classe.

Difficile à croire, mais tout est vrai.

Comment comprendre tous ces mécanismes de harcèlement qui n’ont pas de sens. Est-ce à l’image de notre société actuelle ? On discute d’un mot, et on est mis à l’écart :

L’usage particulier des mots

Je suis solide, je passe du temps (bénévole) pour défendre l’intégrité des surdoués, depuis des années. Je dois passer du temps aussi pour me remettre de mes problèmes de santé de cette année 2020 difficile.

J’ai préféré raconter les faits de harcèlement pour mieux les affronter. C’est le conseil que l’on donne aux collégiens qui sont harcelés. En parler.

Quand on est surdoué, enfant ou adulte, on ne comprend pas toujours les réactions de gens, animés par la volonté de se placer en avant, quitte à écraser les autres, et piquant au passage leurs bonnes idées. On ne comprend pas certaines personnes en mal de notoriété, qui se débattent de façon pathétique pour faire croire qu’ils sont “les premiers” sur le sujet. C’est un phénomène peu compréhensible pour moi.

J’avais démarré ce site en 2009 pour aider les familles avec nos expériences positives des sauts de classe. A cette époque les surdoués étaient empêchés d’avancer (comme aujourd’hui). L’AFEP n’avait pas voulu de notre témoignage, à deux reprises.

J’étais animée par l’empathie. Je subis du harcèlement moral depuis.

Je me pose toujours cette question : pourquoi ?

Pas de réponse.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *