Il y avait le jour de Mathilde Brasilier

 

“Je n’ai jamais eu cinq ans. C’était trop cher.
À cinq ans, on acquiert facilement l’habitude de la mort. On comprend tout de suite “

Dans cette autobiographie Mathilde Brasilier raconte, l’indicible. Avec ses mots, qui tournoient parfois, parce que l’inceste est indicible. Certains lecteurs sont déconcertés (dans les commentaires) mais le vertige est présent à la lecture grâce à cela.

Mais elle sait dire et il faut comprendre la pudeur car ce qu’elle nous décrit, est innommable.

J’ai lu aussi les livres de Eva Thomas et de Christine Angot :  mon article  harcèlement textuel

J’avais entendu cette émission bouleversante il y a deux ans :

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *