Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Avr/17

30

La menace théoriste

Je vais partager cet article que j’avais lu en janvier je crois et qui me semble intéressant, à propos des biais de raisonnement.

Le commentaire provient d’un blog de « Zététique » qui explique la démarche ainsi :

« Zētētikos (qui cherche / curieux). La zététique consiste à questionner les raisons pour lesquelles nous pensons que quelque chose est vrai. Malgré son nom un peu exotique, la zététique n’est rien d’autre que la méthode scientifique (hypothético-déductive) appliquée à toutes sortes de questions qui peuvent nous sembler a priori étrangères à la science. »

 » Cher commentateur…

Vous lisez probablement cet article parce que quelqu’un vous a suggéré ce lien suite à l’un de vos commentaires.

Les chaînes et les blogs sceptiques comme celui-ci reçoivent des commentaires de toutes sortes, certains positifs, enthousiastes, voire flatteurs, d’autres outrés ou accusateurs, parfois pertinents, mais hélas qui donnent trop souvent dans l’ad hominem, l’affect, l’injure et le soupçon d’appartenir à une conspiration ou à une autre.

Devant de tels messages, le blogueur est amené à faire des choix. Certains ferment les commentaires pour éviter tout débordement, mais cela tue le dialogue et aseptise un milieu qui devait être propice aux échanges d’idées. C’est donc généralement concéder une défaite que de recourir à ce procédé ; il faut trouver une autre solution.

Ma solution privilégiée est de répondre sur le terrain des faits tout en soulignant les artifices rhétoriques dont nos chers commentateurs les plus remontés abusent trop souvent. Mais une fois que l’on a démontré la fausseté d’un argument ou bien le biais à l’oeuvre dans un discours, que l’on a clairement posé les questions qui permettraient à la discussion de devenir constructive, si notre interlocuteur s’entête à répéter les mêmes erreurs en variant le ton, il n’est plus temps de s’acharner, et c’est ici que je vous propose, cher commentateur, de vous poser ces questions…. »

Pour lire l’article , cliquer sur  La menace théoriste 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

2 Comments pour La menace théoriste

Meriem | 30 avril 2017 à 19 h 03 min

Bonjour,

j’ai découvert que j’étais surdouée il y a de cela quelques mois. J’ai été quelque peu soulagée de découvrir en quoi j’étais différente. je n’ai pas dit à mon entourage que j’étais différente, enfin que mon intelligence l’était, je crains leur réaction, parce que déjà sans qu’il le sachent, ils ne sont pas très compréhensifs et je sens qu’ils acceptent mal, tout ce qui fait que je sois moi, mes crises d’angoisses, ma rapidité, le fait que j’ai la plupart du temps raison, mais voilà, je ne vis pas seule, et c’est devenu très compliqué avec ma soeur avec laquelle je partage un appartement. j’aimerais savoir comment ça se passe dans les relations familiales, entre frères et soeurs, quand ces derniers sont au courant. je ne pense pas que je pourrai un jour dire que je suis plus intelligente que ma soeur qui est persuadée d’être plus intelligente que moi car elle avait de meilleures notes au lycée alors que moi j’avais décroché après avoir fait un parcours brillant. fort heureusement, ma mère m’a obligée à continuer mes études, et là je viens d terminer ma thèse. je voudrais juste savoir comment ça se passe quand les membres de la famille sont au courant, je ne parle pas des parents ou du conjoint. merci de me répondre. et merci pour le site.

Nadine Kirchgessner | 8 mai 2017 à 11 h 48 min

Bonjour Meriem, vraiment cela dépend de la relation familiale. mais sans doute votre soeur est également douée aussi puisqu’il existe un facteur génétique dans la douance. Votre mère avait compris vos capacités et vous a soutenue apparemment une chance pour vous ! vous pouvez en parler avec votre soeur si cela vous semble possible, mais attention et pensez aux conséquences. si elle vous méprise ou vous a méprisée (avec les notes) , votre thèse suffit. mais c’est à vous de peser le pour et le contre.

«

»