Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Mar/17

17

La précocité intellectuelle un handicap ?

 

La précocité intellectuelle un handicap ?

Article de Jeanne Siaud Facchin et Olivier Revol

D’emblée, je suis hérissée par le titre, malgré le point d’interrogation qui permet aux auteurs de se dédouaner de leur intention première, c’est à dire de pathologiser le haut potentiel, pour je ne sais quelle obscure raison. Le fait est là. Au fil des années, des mois, et des dernières semaines, la rengaine est insistante, lancinante, déprimante. De plus en plus insistante, lancinante, déprimante. Comme une triste propagande.  Et cela malgré les tentatives de débat, de discussions, comme :

Discussion avec J Siaud-Facchin sur facebook

« La précocité intellectuelle est le plus souvent une chance, mais elle n’est pas sans risque… Avec l’idée forte que certains atouts peuvent devenir des handicaps. »JSF

Discussions quasi inutiles, car Jeanne Siaud Facchin  m’a indiqué qu’elle ne comprenait pas pourquoi son discours paraissait négatif. Incompréhension totale ou acharnement ? Ainsi, même s’il y a un point d’interrogation, au final, le lecteur retiendra que la précocité intellectuelle est un handicap. Comme avec son le livre «Trop intelligent pour être heureux ? »  Le point d’interrogation a depuis longtemps disparu des cerveaux. Surtout que cet article est intégré dans un dossier intitulé  « Les troubles de l’enfant ».

On a vu des gens s’évertuer à nous faire croire que l’on exagérait dans l’article  de  Franck Ramus et Nicolas Gauvrit  La pesudoscience des surdoués. 

L’avantage de cet article est de montrer que :

  • On a eu raison de diffuser cet article et ce florilège.
  • On n’exagérait pas du tout, bien au contraire.

Exemple

  1. Coline 02.2017 17:33

« Aucun « expert » tel que vous les demontez dans votre article n’a affirmé que les surdoués qui vont mal sont la majorité ou même l’exemple type d’un surdoué. Tous affirment bel et bien dans leurs ouvrages que le surdoué qu’ils décrivent est celui qui va mal et qu’il existe des surdoué qui vont très bien mais dont ils ne parlent pas parce qu’ils ne les connaissent pas (puisque non diagnostiqués), ils ne veulent donc pas parler ou decrire quelque chose qu’ils ne maîtrisent pas. Leur taper sur les doigts comme vous le faites, à dire qu’ils véhiculent des idées noires est absolument aberrante… vous devriez relire les ouvrages sur le sujet que vous decriez tant avant d’en faire le proces. De plus, vous analysez extrêmement mal la raison de la hausse d’idées noires sur les surdoués. Les praticiens qui font cette description ne la font pas pour tenter de la généraliser à tous les surdoués et en faire une description universelle

 

Il paraît même que l’article était « clivant ». Mais il faut retracer l’historique de l’ANPEIP, concernant la « pathologisation du haut potentiel » . Pour l’ANPEIP en 1995, c’est une absurdité, en 1995 ANPEIP indiquait dans un document : « « Pathologiser la précocité est une absurdité irrecevable en termes scientifiques » ANPEIP 1995 p7.

J Siaud-Facchin présente son article sur Facebook plusieurs jours après sa parution, le 09.03.2017 :

Jeanne Siaud-Facchin

22 h ·

 « Les articles se suivent … et ne se ressemblent pas ou plutôt si, ils évoquent la même réalité mais avec des intentions différentes. Oui, être surdoué est une force, oui, l’intelligence est un facteur de résilience, oui, le haut potentiel est une ressource pour être heureux, oui aussi, la haute intelligence peut comporter des facteurs de risque et de vulnérabilité, oui, ces enfants, ces ados, ces adultes là existent nous les avons rencontré, oui, il est urgent que des études à grande échelles et épidémiologiques permettent d’éclaircir ce que l’on ne sait ni ne comprend pas encore, oui certains ont vraiment besoin d’une aide éclairée pour réussir leur parcours de vie.
Etre surdoué est une singularité, les études l’on confirmé, la neurobiologie du cerveau l’a validé, les enseignants l’ont observé sur des générations d’élèves, les cliniciens y sont trop fréquemment confrontés, les témoignages des parents alimentent notre compréhension de ces enfants à l’intelligence acérée et à la sensibilité en grand angle. Oui, nous devons être mobilisé, tous les enfants ont le droit de réussir, les surdoués aussi ! Oui, nous devons nous efforcer de comprendre, encore et encore, pourquoi certains sont laissés sur le bord du chemin. Nous sommes d’accord ?
Un article sur l’initiative de Olivier Revol
A retrouver ici : https://www.scienceshumaines.com/la-precocite-intellectuell…»

Je reprends cette phrase

« L’hypervigilance anxieuse est quasi constante » de l’article et cette phrase étonnante de J Siaud-Facchin  :

« il est urgent que des études à grande échelles et épidémiologiques permettent d’éclaircir ce que l’on ne sait ni ne comprend pas encore ».

Ces études existent puisque cette étude est décrite dans l’article de  Franck Ramus et Nicolas Gauvrit  La pesudoscience des surdoués. L’étude EDEN existe également. Mais curieusement, cela ne les intéresse pas, non, non, non.

Comme toujours, cet article négatif est bien relayé par les blogs qui participent activement à la pathologisation du haut potentiel, tout en affirmant le contraire. Les autres articles plus positifs et plus scientifiques ne sont pas diffusés aux lecteurs et donc aux parents. Comme cet article :

 La pseudoscience des surdoués

Le blog  Cheval à rayures indique (sans savoir) que le haut potentiel est responsable du harcèlement et donc de la mort très triste d’une jeune fille.  En sous-entendant que les résultats scientifiques sont «une mouvance actuelle » et que les chercheurs seraient insensibles à la souffrance. N’y a-t-il pas une responsabilité de pathologiser le haut potentiel ? Jusqu’où va t aller ? Le haut potentiel serait un fléau ?

http://www.le-cheval-a-rayures.fr/?p=4657.

«Je sais, je lis, j’entends la mouvance actuelle qui dit que les HP vont bien, que si ils sont HP ils sont plus armés que les autres pour combattre le harcèlement, le rejet, l’ennui, etc etc… que si ils sont HP ils peuvent dépasser tous les problèmes qu’ils rencontrent.. et surtout j’entends bien qu’ils font ça mieux que les autres…»  cheval à rayures

 

Titre très révélateur d’une prochaine émission de radio prévu :  Surdoués  , haut potentiel de souffrance ?

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

2 Comments pour La précocité intellectuelle un handicap ?

Cheval À Rayures | 18 mars 2017 à 8 h 57 min

À citer un passage de mon blog, citez le en entier, de manière à ne pas en dénaturer le sens…
La phrase suivante :
J’entends aussi ceux qui diront que cette gamine avait d’autres fragilités, que sa fin tragique n’est pas liée à son HP mais à autre chose.

Peut-être (et à vrai dire, ça m’est tellement égal!). Ce que je vois, c’est une gamine, entourée, choyée, aimée, excellente élève, une gamine dont rêve tellement de parents… mais une gamine qui est morte d’être allée à l’école…

Et ça… je n’arrive pas à l’accepter…

Nadine Kirchgessner | 18 mars 2017 à 11 h 01 min

Bonjour cheval à rayures
Je n’ai pas dénaturé le sens, pas plus que vous dénaturez le sens de l’article « La pseudoscience des surdoués » qui est un article scientifique, si vous parliez de cela. (ce que je crois).
Il y avait le lien vers votre article, donc, on peut lire l’ensemble de votre article.
Par contre, indiquer de façon péjorative que la Science est une « mouvance actuelle » n’est pas acceptable.

Pour vous expliquer ma position, je vais faire une analogie avec « les roux » (je m’excuse auprès des roux d’ailleurs). On peut le faire pour n’importe quelle particularité. Si un enfant roux est harcelé parce qu’il est roux, c’est bien le harcèlement qui est le problème, et pas le fait d’être roux.

Alors, nous les adultes, attaquons-nous au problème du harcèlement scolaire, comme le fait la maman de Marion, Nora Fraisse. Je relaie très régulièrement ses actions constructives.
http://planetesurdoues.fr/index.php/2015/01/27/marion-13-ans-pour-toujours-nora-fraisse/

J’avais écrit cet article et d’autres innombrables sur mon site, car je sais que c’est un fléau. Et le cas de cette jeune fille m’avait heurtée, comme tous les autres. Il faut lutter contre le harcèlement scolaire des surdoués, (et de tous les autres). Mais ce n’est pas en disant que la précocité intellectuelle est un handicap que cela va s’arranger, bien au contraire.

http://planetesurdoues.fr/index.php/2017/02/27/harcelement-scolaire-la-detresse-demilie/
http://planetesurdoues.fr/index.php/2016/11/03/non-au-harcelement/

Ce n’est parce que ceux qui vont mal représentent quelques milliers, que cela représente toute la population des surdoués, et on peut aller mal que quelques mois, et ensuite aller bien.

Par ailleurs, tout comme vous, ceux qui vont mal, je les connais bien, ils m’écrivent et je les encourage à aller mieux, sans les confiner dans un mal-être qui serait déterminé par le haut potentiel, sans espoir. C’est ce que font certaines associations et certains acteurs du monde de la douance.

Je vous recopie le début de la conclusion très juste de l’article de F Ramus et N Gauvrit, car il faut lire les article en entier :
EXTRAIT :
« Conclusion
De nombreux mythes sur la précocité sont colportés, dont le trait commun est de faire des « surdoués » des victimes et de la précocité une pathologie. Ces légendes noires de la précocité intellectuelle sont diffusées par beaucoup de personnes de bonne foi qui côtoient des surdoués ayant de véritables difficultés. Il ne s’agit pas en effet de prétendre que la précocité immunise contre les problèmes : il existe des surdoués dépressifs, anxieux ou perdant pied à l’école. Lorsqu’une personne est surdouée et souffre d’une difficulté psychologique, il est important de lui venir en aide, mais il ne faut pourtant pas en déduire que la précocité est nécessairement la cause de ses difficultés. »

http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/la-pseudoscience-des-surdoues/

«

»