Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Juin/16

14

L’hypersensibilité supposée des surdoués

On entend ou on lit souvent que l’hypersensibilité est une « caractéristique » des surdoués, et même parfois que cela serait « la définition ». Ainsi on peut lire que des personnes se disent hypersensibles et seraient donc surdouées. Je voudrais dans ce court article faire une petite mise au point.

La définition internationale du haut potentiel est caractérisée par de hautes capacités intellectuelles et par un QI > 130. Un psychologue habilité à interpréter les résultats d’un test, ou de plusieurs tests cognitifs, peut définir si l’on est à haut potentiel. Il se peut que même avec un QI < 130, on peut l’être également, cela ne s’arrête pas strictement à 130. Il y a une marge d’erreur obligatoire pour toute statistique. Certains auteurs comme JC Terrassier ou A Adda mettent la barre à 125 pour le QI total. Mais le psychologue interprète tous les indices et tous les subtests, et non pas uniquement le QI Total (QIT). C’est tout un ensemble de caractéristiques et de faits dans l’histoire de la personne qui peuvent la définir à haut potentiel, ainsi que les tests. Un adulte déprimé par exemple n’aura peut-être pas toutes ses capacités pour passer un test, de même qu’un enfant harcelé ou qui vient de perdre sa grand-mère ne sera pas en pleine possession de tous ses moyens.  Mais ils peuvent être à haut potentiel.

On lit aussi parfois que des personnes qui auraient un QI > 130 pourraient ne pas être surdouées.  Là encore, il faut reprendre la définition :  QI > 130 et l’interprétation du psychologue, rompu à repérer cette population.

J’ai pensé à cet article parce que j’avais mes enfants à la maison ces derniers jours, et comme tout le monde le sait, il y a eu des attentats terribles. Nous avons eu des discussions à ce sujet et des discussions politiques animées ! Je vois bien que mes enfants n’ont pas « d’hypersensibilité » handicapante face à des sujets comme cela, et ce n’est certainement pas cela qui peut définir leur haut potentiel. Evidemment, ils sont sensibles ! Ils ont une sensibilité que je qualifierais de normale et ordinaire devant de tels évènements dramatiques, mais pas plus que d’autres personnes qui ne seraient pas surdouées.  Pour prendre un autre exemple, j’ai moi-même des difficultés à voir des SDF dans Paris. Mon fils a des SDF dans sa rue et il me dit qu’il faut bien s’y habituer ! Et qu’il ne peut pas toujours leur donner à manger. Moi je ne m’habitue pas. Voilà chacun a sa sensibilité et il faut faire avec ! Cette sensibilité, je l’apprécie et en aucun cas, elle ne me dérange.

En outre, comment mesurer l’hypersensibilité ? Cela n’est pas du tout évident. est-ce  que « hypersensibilité » voudrait dire une sensibilité qui fait souffrir ? Beaucoup de questions sans réponse universelle, mais à chacun de trouver ‘sa sensibilité » !

cliquer sur   Définition

 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

3 Comments pour L’hypersensibilité supposée des surdoués

Gilgamesh | 14 juin 2016 à 15 h 41 min

L’hypersensibilité est une invention qui fait vendre… On en parle ?

On amalgame 3 choses !
_ La sensibilité neuronale (voir physique) de certains humains (dont une partie des surdoués) pour donner une « bonne image ».
_ La sensibilité émotionnelle (psychologique) de plusieurs humains (aucun rapport avec la douance, et bien souvent influencée par divers « conditionnements », ou « hormones »).
_ Et l’inadaptabilité sociale ou le malaise social (pour toucher un public large, autant dans le DSM5, que dans le spectre autistique, que chez les surdoués, mal reconnus en France, ou simplement manquant de confiance).

Pourquoi ça marche ? Parce qu’en France on cultive ce plaisir de s’entendre se plaindre (cf: invention du Pervers Narcissique, qui avant, se nommait juste « connard »).
Il y a 30 ans, on disait simplement « être fleur bleue » ou « être sensible à fleur de peau », pour les gens très émotionnels. Aujourd’hui, c’est l’existence d’un marketing outrancier qui imposant cette différence, quitte à diaboliser ceux qui ne l’ont pas (expérience sur certains forums supposés sur la douance, en France).

Je suis un surdoué, mais je ne corresponds pas à la définition d’un zèbre.
Je ne corresponds pas non plus à la définition d’un hyper-sensible, ni n’appartiens à la définition d’un surdoué dans un « hyper-contrôle ». Oui, j’ai une sensibilité physique/neuronale, et mes émotions se portent bien, ni plus ni moins.

Je me sens insulté, à chaque fois qu’on amalgame surdoué à « hypersensible (émotionnel) », surtout quand c’est pour faire vendre des ouvrages douteux dans une culture obscurantiste, intolérante et geignarde.

Nadine Kirchgessner | 23 juin 2016 à 11 h 57 min

Merci Gilgamesh pour ce commentaire ! La pathologisation de tout est un fond de commerce, effectivement. C’est tout le sujet de mon deuxième livre, préfacé par J C Terrassier ! « Les surdoués atteints de haut potentiel, l’intelligence malmenée »

Nadine Kirchgessner | 27 juin 2016 à 12 h 30 min

Bonjour Gilgamesh, je crois savoir que des professionnels que je connais bien (enfin que je croyais connaître bien, qui disent tout autre chose en coulisses ) ont préfacé un livre qui parle (encore) de zèbres… Ils sont un peu « en retard » je crois ! On entend et on lit de plus en plus ce que vous dîtes, c’est que les surdoués ordinaires ne veulent pas être assimilés à des zèbres. Je vais écrire un article, il faut que je réfléchisse ! Eh oui ! Certains surdoués réfléchissent !
Pour les pervers narcissiques, ils existent bel et bien, si je puis dire, même si je vous l’accorde, on peut les affubler de ce « gros mot » sans problème. On peut les nommer autrement ! Mais il existe des gens doués d’une perversité sans égale. Ce que je crois , pour terminer mon propos avec un peu d’optimisme (parce que j’en ai beaucoup), c’est qu’un jour ou l’autre, les pervers et les menteurs sont démasqués.

«

»