Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Jan/15

7

Les psys

Ce terme « les psys » recouvre différentes professions, et je lis tant de mails de personnes démunies face à cela, avec des conséquences parfois dramatiques parce qu’ils ne savaient pas,  que je vais expliciter un peu les différents courants. C’est un peu la jungle quand on ne connait pas tous les arcanes de la psychologie.

Je vais résumer les différents métiers qui varient selon les besoins psychiques, la question sera posée différemment s’il s’agit d’enfants ou d’adultes.

Le psychologue est un professionnel du psychisme. On le consulte pour des difficultés scolaires (enfants), des souffrances psychiques (mal-être, anxiété extrême, cauchemars, énurésie, tics, phobies, troubles du sommeil, troubles de l’alimentation , dépression, etc…). Ce peut-être un psychologue clinicien, un psychologue du développement ou cognitiviste, ou social, selon son orientation en master. Ce professionnel n’est pas remboursé par la sécurité sociale, si on va le voir en cabinet privé. On peut aussi consulter un psychologue pour des questions moins angoissantes également, des questions éducatives par exemple. C’est souvent le cas pour la douance. Le psychologue fait 5 ans d’études à l’université. Il suit le code de déontologie. Si on veut voir un psychologue dans un CMPP, il sera pris en charge, mais il faut savoir que si l’on soupçonne une précocité, les CMPP sont parfois d’obédience psychanalytique…(les psychanalystes nient parfois la douance).

Je rappelle mes articles

la psychanalyse et les surdoués   

les surdoués et la psychanalyse 

et  innés-psys,

Pour la douance, le mieux est de consulter un(e) psychologue connaissant très bien cette spécificité.

Souvent les parents s’inquiétant de difficulté scolaires consultent les orthophonistes, alors qu’il faudrait consulter un psychologue ou neuropsychologue, pour avoir des tests plus approfondis et un bilan psychologique.

L’orthophoniste est un professionnel de la rééducation  (dyslexie, bégaiement…).

Le psychologue scolaire est un professionnel très important lors de difficultés scolaires. Tous ne connaissent pas la douance, mais ils ont une qualité que les psychologues privés n’ont pas , c’est que l’école, le système scolaire les écoute plus volontiers. Ils peuvent être le maillon entre l’école et la famille. Ils ont fait des études de psychologie et ils sont habilités à faire passer des tests aux enfants mais ils sont souvent débordés. Chaque famille peut demander à l’inspection académique pour rencontrer le psychologue scolaire. La famille ne déboursera rien, ce qui n’est pas négligeable pour les familles modestes.

Le pédopsychiatre (enfants)  ou le psychiatre  (adultes) est un professionnel du psychisme, il est médecin, de ce fait il s’intéresse plus aux maladies du psychisme. Mais les mêmes symptômes (mal-être, anxiété extrême, cauchemars, troubles de l’alimentation, tics, phobies, troubles du sommeil, dépression, etc…) amènent à consulter. Il est remboursé et peut en qualité de médecin prescrire des médicaments.

Le psychothérapeute n’a pas le diplôme de psychologue. Il convient de veiller à demander sa formation.

Le coach n’a pas le diplôme de psychologue. Il convient de veiller à demander sa formation.

Le psychanalyste n’a pas le diplôme de psychologue. Il convient de veiller à demander sa formation. La psychanalyse étant obsolète et rejetée dans de nombreux pays, (sauf la France et l’Argentine) est sujette à diverses interprétations et controverses, je vous renvoie à mes articles  : la psychanalyse et les surdoués    les surdoués et la psychanalyse  et      innés-psys.

Certains psychologues ou psychiatres  accolent  la mention psychanalyste à leur fonction. Cela veut dire qu’ils ont fait une psychanalyse didactique. Ils ont travaillé sur eux, sur leur vie et traumatismes avant de s’engager à aider les autres.  Quand on connait certains dégâts que produit la psychanalyse, ce n’est pas une garantie de sérieux. Mais cela dépend des professionnels.

Pour les enfants ayant de gros problèmes de développement, on peut consulter dans les centres de référence, pour troubles du langage ou troubles de l’apprentissage, avec des équipes pluridisciplinaires (neuropédiatres, psychologues, orthophonistes, psychomotriciens, etc…)

Les centres de référence

Pour les enfants ayant de gros problèmes de développement, allant jusque des suspicions d’autisme, on peut consulter les CRA  (centres ressource Autisme)

En conclusion quand on a un problème sérieux, il vaut mieux consulter des professionnels diplômés, un psychologue ou médecin psychiatre. Pour les psychothérapeutes et coaches, il faut qu’ils aient de sérieuses références (le bouche à oreille fonctionne aussi). Si on sent que cela ne fonctionne pas avec le professionnel, il ne faut pas hésiter à en changer. Parfois on peut se dire, qu’il faut tenir, continuer, (coûte que coûte, c’est onéreux) parce que la thérapie c’est dur de toutes façons…NON. Le thérapeute doit être bienveillant, aidant et non-jugeant, même s’il peut vous dire parfois quelques propos pour lesquels vous n’étiez pas préparé. Mais il faut aussi parfois se prendre en mains soi-même et ne pas compter sur les autres pour aller mieux! Quant aux psychanalystes…cf mes articles.

la psychanalyse et les surdoués   

les surdoués et la psychanalyse 

et  innés-psys,

Code de déontologie de psychologues 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

3 Comments pour Les psys

soleil | 8 janvier 2015 à 2 h 23 min

Bonjour,
En lisant l’introduction je m’attendais à un éclaircissement de ces termes, des définitions neutres pour placer le cadre. Ce n’est pas le cas, par ex si on est novice on ne sait pas ce que ça veut dire « un psychologue du développement ou cognitiviste ». Un orthophoniste n’est pas « un psy » il me semble qu’on peut avoir des troubles de la parole, du langage ou apparentés sans que ce soit relié au psychisme. J’aurais préféré une première partie éclaircissant les termes car c’est vrai que pour pas mal de monde ça reste obscur, et une seconde partie montrant en quoi ces fonctions peuvent aider ou pas les personnes surdouées. Enfin, personnellement, je suis plutôt rassurée par une personne qui a réfléchi sur elle-même, même si c’est face à un psychanalyste. Les gens qui n’ont jamais réfléchi à leur parcours, au sens de leur métier par rapport à leur propre histoire, ont tendance à projeter involontairement leur histoire sur la vôtre plutôt que d’écouter votre demande et d’y réagir. (Ex ma gynéco a couvert tous les murs de son cabinet de photos de bébés mignons, ‘oublie’ de me parler de contraception et s’inquiète de mon désir d’enfant vu mon âge… alors que je ne veux pas d’enfants^^. Elle a même un discours jugeant et culpabilisant qui peut être, pour des personnes non averties, déstabilisants ou pires J’estime de ce fait qu’elle ne fait son métier qu’à moitié – pour tout ce qui est analyse, diagnostic etc elle est très bien)
J’espère que cet article n’est pas une façon cachée d’encore venir « casser du psychanalyste » ? Parce que ça c’est fait dans vos autres articles.

Nadine Kirchgessner | 8 janvier 2015 à 14 h 45 min

Les éclaircissements sont neutres et issus de mes cours de psychologie très récents. Je ne pensais pas devoir expliquer ce qu’est un psychologue du développement…c’est un psychologue spécialisé dans le développement de l’enfant et de l’adolescent. On considère que l’adulte est fini, mais il est vrai que certains sont d’éternels adolescents. La psychologie cognitive s’intéresse aux fonctions cognitives supérieures, que sont l’efficience intellectuelle, la mémoire, la résolution de problèmes. Ce psychologue peut s’occuper de troubles de la mémoire, par exemple. La psychologie sociale s’occupe …du social…concerne plutôt les ressources humaines, les interactions de groupe, les relations en entreprise, en sport, etc. L’orthophoniste na pas la formation d’un psychologue, même s’il a fait de la psychologie dans sa formation. Pour les troubles du langage, il vaut mieux consulter un neuropsychologue ou psychologue pour effectuer le bilan. Ensuite, l’orthophoniste fait de la rééducation.
Enfin je ne suis pas du tout rassurée par la psychanalyse. Non je n’ai pas rédigé une vindicte contre la psychanalyse, la psychanalyse se désavoue toute seule, heureusement pour nous.
cf mes articles ci-dessus, et écoutez l’excellent documentaire de Sophie robert « le mur de la psychanalyse ».

http://www.oceaninvisibleproductions.com/
http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-le-documentaire-le-mur-la-psychanalyse-a-l-epreuve-de-l-autisme-pourra-etre-diffuse-12355.asp?1=1

mais je suis d’accord avec vous sur le fait que les professionnels doivent réfléchir sur eux-mêmes. Beaucoup le font, pas assez, mais il y a des psychologues cliniciens diplômés pour cela.
Conseil : changer de gynécologue

soleil | 8 janvier 2015 à 21 h 30 min

Juste me conseiller de changer de gynéco c’est nier mon exemple. Je dis d’ailleurs que j’ai conscience de ce qu’elle projette.

La psychanalyse existe aussi en Belgique par exemple
http://www.psychoanalyse.be/Public/?language=fre

Je pense que le but de ton article n’est pas clair .. Ou j’ai mal compris : il s’agit de dire où un enfant surdoué est le mieux pour être aidé ?

«

»