Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Déc/14

20

Au secours, mon enfant est surdoué

Au secours, mon enfant est surdoué.

Au secours les journalistes en recherche de sensationnel…

Tellement vrai – surdoué, je suis en échec scolaire 2014

Est en ligne sur you tube, en focalisant sur un seul reportage, sur Guillaume.

Issu d’une émission plus ancienne englobant plusieurs reportages.

Tellement vrai Edition spéciale Au secours mon enfant est surdoué

cliquer sur   https://www.youtube.com/watch?v=NZpWlA8sgqA

j’avais déjà écrit un article lors de la première diffusion , le 12.11.2012 « Au secours j’ai un enfant surdoué » Emission du 11.11.2012 sur NRJ

Je vous montre ce reportage pour exprimer « ce qu’il ne faut pas faire » ! Même si l’école n’est pas toujours au top, il faut essayer le plus possible de ne pas en arriver là…

On y voit une caricature de la précocité et si cela n’était pas si triste pour cet adolescent, on pourrait en rire presque…Seulement voilà, c’est très triste. Je me demande comment ce jeune parvient à garder son calme…il a en cela une grande maturité.

Il était bon élève au départ, il a un THQI, et n’a pas trouvé sa place à l’école. Il a pourtant avancé d’un an l’entrée au CP. Mais avec un tel QI, deux ans d’avance sont tout indiqués. La mère parle d’un premier QI ? Qu’elle révèle, sans se préoccuper de l’intimité de son fils. Le QI ne changeant pas sensiblement au cours des années, sauf en cas de dépression, il doit encore être de même niveau, mais ce jeune semble déprimé. Et on le serait à moins… Cette maman, dès le départ, a écouté les associations en sur exagérant les risques d’échec scolaire, à 50 % voire 70 % !!!!! Mais peut-on la blâmer ? La maman  a aussitôt envisagé la scolarité de son fils sur le mode anxieux. La famille paie des cours particuliers, la mère a quitté son travail…Comment fait-on pour trouver 2000 euros par mois pour payer ces cours particuliers ?

Elle fait elle-même les fiches pour son fils et s’étonne ensuite qu’il soit « immature »?…Comment ce jeune ado peut-il avoir des idées sur l’amour et intégrer Don Juan s’il ne rencontre pas de filles ? Si sa mère le borde dans son lit comme s’il avait 5 ans et qu’elle le réveille en se couchant sur son lit ? Comment peut-il être mâture ? Il ne prépare pas seul ses crayons…

Cette famille, cette mère se préoccupe peu de sa fille, qui est certainement douée, elle aussi…

Le journaliste dit » comme beaucoup d’enfants surdoués, Guillaume n’est pas à l’aise à l’oral « !  Ah bon ????? Le terme « diagnostiqué surdoué » est employé comme s’il s’agissait d’une maladie…

Je ne voudrais en aucun cas qu’une généralisation quelconque s’applique aux surdoués d’après ce reportage si caricatural. Quelle tristesse…

 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

5 Comments pour Au secours, mon enfant est surdoué

Chrodegang | 20 décembre 2014 à 16 h 03 min

Mes parents sont comme ça, chacun à leur manière, c’est insupportable, pour des raisons assez tristes dont ils ne sont pas conscients. Il y a quelque chose de totalement contradictoire dans l’attitude de la mère: elle le couve totalement (le gave même), mais en même temps lui tient un discours sous-jacent de responsabilité, c’est ton choix, c’est ton travail, etc. Moi je le trouve vraiment gentil cet ado car beaucoup à sa place l’auraient vraiment envoyée paître, cette maman…

Nadine Kirchgessner | 20 décembre 2014 à 20 h 00 min

cela s’appelle en psychologie « le double lien » ou « l’injonction paradoxale », difficile à supporter pour l’ado…et pour n’importe qui d’ailleurs. Après on peut se poser la question : pourquoi fait-elle cela? je ne veux pas jeter la pierre à cette mère qui sans doute fait ce qu’elle peut…elle a eu sûrement beaucoup de malveillance dans les différentes écoles depuis la maternelle du fils…le fils a sûrement été beaucoup harcelé…mais si j’avais fait le centième de cela , mes enfants m’auraient envoyé bouler !et c’est tant mieux !Mais aucun parent n’est parfait et sûrement pas moi…

Cycloparisien | 28 décembre 2014 à 22 h 24 min

Bonjour,

Message un peu long, mais cela m’agace tellement…

Il y a deux choses que je vois:
– d’une part, la mère a donné énormément, et il faut le reconnaître, elle essaie de faire beaucoup pour que le jeune garçon réussisse.
– d’autre part, elle a l’air d’imposer sa méthode
d’apprentissage, ce qui ne correspond peut-être pas à celle de son fils (« tu as pensé aux stylos? », etc).

J’ai vécu une situation très similaire (ma mère était au foyer, elle n’a pas eu à se sacrifier comme cette dame, mais le processus fut les même). D’un côté, il y a les: « écoute-moi », « ma méthode fonctionne » (sans aucune preuve réelle), « tu ne sais pas faire », « je vais mieux t’apprendre », etc, sous-entendu: car tu n’es pas capable de le faire tout seul. Et de l ‘autre: « il faut que tu te responsabilises », c’est pour toi que tu réussis », « c’est pour toi que tu travailles », etc. (paradoxe souligné par Chrodegang).

Ca part d’un très bon sentiment, mais cela fait plus de mal qu’autre chose, de ce que j’ai vu de ma propre expérience. Ca m’a empêché de croire en moi et de me faire confiance. J’ai l’impression que ma mère a vécu ma vie à ma place car: si ça fonctionne, c’est grâce à elle (« tu vois, j’avais raison »), si ça ne fonctionne pas, alors elle ne comprend pas et revoit sa méthode d’apprentissage au lieu de laisser le fils faire selon sa méthode.

J’espère que je me trompe. La chaîne de télé a peut-être exagéré certains faits et réduit d’autres, ou bien leur histoire n’a rien en commun avec la mienne. C’est juste que lorsque je vois cette vidéo, cela me rappelle beaucoup trop le même comportement que celui de ma maman et je me sens très concerné.

Résultat aujourd’hui de mon côté: je ne supporte plus ma mère. Conseils en permanence, conversation dans un seul sens, sans aucun échange réciproque, ça m’insupporte (comme le fils, je ne réponds que par oui ou par non, rien d’autre pour éviter d’entrer dans une discussion sans intérêt). Au bout de deux jours (très exactement) en sa présence pendant les vacances, à force d’entendre en permanence ses conseils, j’explose violemment et ne souhaite que partir très loin. Même si je reconnais (oui, je le sais vraiment) qu’elle a fait beaucoup d’effort pour que cela avance bien à l’époque, je trouve dommage qu’elle ne m’ait pas laissé avoir confiance en moi et expérimenté de moi-même, à cause de ses trop « bons conseils » qui fonctionnaient peut-être pour elle, mais en tout cas sûrement pas pour moi. Autre question: pourquoi je n’ai pas réagi avant? Car je ne me suis pas fait confiance, de peur que si je me plante, cela renforce l’idée que j’ai besoin de ses conseils (c’est un cercle vicieux).

P.S: j’aime beaucoup ma mère, je sais qu’elle ne veut que mon bien. Je regrette juste d’avoir trop longtemps écouté ses conseils du point de vue de la méthode d’assimilation des cours, et uniquement de cela (c’est un point sensible). On critique les méthodes de l’école, pourquoi ne peut-on pas critiquer les méthodes de ses parents si cela ne correspond pas aux personnes? Il faut juste trouver la bonne.

Mes propos sont virulents, mais je sais qu’il y a un sujet incompatible avec mes parents: la méthode d’apprentissage. La mienne est très étrange, mais elle a fonctionné pour moi jusqu’à présent, et pourtant mon entourage ne la comprend toujours pas. Pour tout le reste, il n’y aucun souci de discuter et beaucoup de partage (les engueulades, lorsqu’elles surviennent, sont courtes et « orageuses », mais le reste est tout à fait normal).

Après, je reconnais que le problème de cette famille peut être très différent. Si quelqu’un a un autre point de vue, je veux bien le lire (l’ouverture et le partage des idées m’intéresse).

Nadine Kirchgessner | 7 janvier 2015 à 11 h 50 min

L’enfer peut-être pavé de bonnes intentions…

Sophie | 15 août 2017 à 11 h 17 min

bonjour, tout d’abord en lisant votre article je vois que vous n’avez pas compris le message de l’emission le but etait de montrer qu’avoir un enfant précoce n’est pas aussi facile qu’on pense apres dire que c’est triste nn je vois pas pourquoi c’etait son choix a Guillaume de partir de l’ecole c’est lui qui a dit qu’il voulait plus y aller de plus la mere vous la blamer mais elle fait ce qu’elle peut si un jour votre fils vous dit maman je ne veux plus y aller decicde de pas bouger et fait des crises d’angoisse le seul moyen est de l’enlever
elle fait ses fiches car rattraper tt le retard qj’il avait etair dur
vous inquietez pas nn plus sur l’idee qu’il a de l’amour il voyait des gens en dehors c’était juste pas filmer puis moi quand j’etait en periode de bac je ne sortait pas nn plus
Sa fille je la connais tres bien’ c’est une amie a moi et tt les deux surtout la fille c’est combien c’etait dur pour la famille et elle comprenait car elle est tres mature aussi

etres surdoue n’est pas une maladie loin de la c un don mais uniquement qu’apres le bac.
aujourd’hui guillaume est en 5 e annee dans une ecole d’informatique et la fille rentre en 1ere annee dans une ecole de web design la famille est heureuse c’est le principale

«

»