Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Déc/13

20

Femme asperger

Je relaie le témoignage édifiant de cette femme asperger sur le blog de Martin Winckler

Cela explique la situation déplorable de la France en matière d’autisme, phagocytée par la psychanalyse. Cela contredit également les tenants des thèses de la théorie du genre qui voudrait nier l’apport biologique  (cf article  Le gène ou la gêne). Dans l’autisme asperger, les différences homme/femme sont décrites de l’intérieur, dans divers blogs que je cite dans cette page.  les asperger
« Je suis autiste et cela n’est pas « exactement » ce que vous croyez…
par Miss Titi, du réseau DÉesCAa
Article du 16 mars 2012

Suite à un échange avec Martin Winckler – Médecin et écrivain (Montréal). sur 2 occurences d’utilisation inappropriée du mot « autiste », je lui ai promis d’écrire un article sur l’autisme vu de l’intérieur…

Je ne suis pas qu’autiste : je suis aussi une très jolie femme à l’aspect extérieur anormalement juvénile, avec un gros cerveau, tout plein de diplômes, en plus d’être une terrible pipelette… »

http://martinwinckler.com/spip.php?article1083

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

8 Comments pour Femme asperger

julienselignac | 30 janvier 2014 à 18 h 53 min

Bonjour. En lisant votre article, je me demande si vous savez de quoi vous parlez en parlant de « théorie du genre »? (je tiens à préciser que j’ai vu votre article « Le gêne ou la gêne », qui me fait penser que vous reprenez cette expression telle quelle pour l’avoir simplement entendu, ce qui me fait dire que vous êtes de bonne foi) on ne peut pas nier l’apport biologique avec la théorie, parce que: 1) la théorie du genre n’existe pas, ce qui existe ce sont des études de genre (traduction de « gender studies ») qui ne sont pas unifiées ni toujours d’accord entre elles 2) les études de genre ne nient pas l’apport biologique, au contraire elles tiennent compte du biologique, simplement le biologique n’est jamais aussi binaire ni dépourvue d’idéologie qu’on pourrait le croire au premier abord (la question de la réassignation des personnes intersexes par exemple: quand on décide de les réassigner en femmes, on regarde s’ils ont la possibilité de procréer, en hommes on regarde… la longueur de leur sexe! ouais) et certaines spécialistes des études de genre sont même des biologistes reconnues (ainsi Anne Fausto-Sterling) je vous laisse un petit lien http://www.liberation.fr/societe/2013/06/10/la-theorie-du-genre-reponse-au-ministre-vincent-peillon_909686
j’ai tenu à cette mise au point car, en parcourant tout votre blog, je vois que vous êtes une personne sensible, sincère, engagée et touchante, j’étais donc vraiment surpris et je pense que vous pouvez (devez) aller plus loin sur ce sujet. Vous n’êtes bien évidemment pas obligée de parler des études de genre. Mais si vous décidez de le faire, faites le vraiment.

Nadine Kirchgessner | 1 avril 2014 à 13 h 50 min

En lisant votre commentaire qui était dans les spams par inadvertance, j’ai hésité à le publier, car il date de deux mois. Puis je réponds brièvement, car vous avez de tels présupposés sur moi…Vous généralisez mon inculture, en ne lisant qu’un seul de mes articles, je ne saurais pas « inventer » d’après vous un titre d’article, sans l’avoir recopié !…les mots appartiennent à tous, il me semble. Quand je recopie des passages, je place des guillemets, et je cite l’auteur, je respecte la règle. J’ai écrit dans cet article, le gène ou la gêne, titre que je n’avais pas lu ailleurs, « En juin, il y a eu débat sur la théorie du genre et je n’ai pas eu le temps de m’en préoccuper »…le débat, tel qu’il était présenté dans les medias était présenté sous ce titre, incorrect, sans nul doute, mais je n’y peux rien. « En juin, il y a eu débat sur la théorie du genre et je n’ai pas eu le temps de m’en préoccuper ». Inutile de m’affubler de bêtise et d’inculture. Culture que vous ne connaissez absolument pas, j’ai suivi des études de psychologie, alors les études sur le genre, sachez que je sais parfaitement ce que cela signifie. Vous voulez aussi que j’étale mes diplômes en biologie ? En ce qui concerne les personnes hermaphrodites, nul ne peut ignorer que ce sont les médecins souvent, qui, à la naissance, choisissent le sexe de l’enfant selon les organes génitaux qu’il présente, extérieurement. Bien souvent, ils n’en parlent pas aux parents, d’ailleurs. C’est pour cela qu’une association s’est créée pour que les enfants puissent choisir leur sexe à leur majorité, selon qu’ils se sentent plus fille, ou plus garçon. Cela représente environ une naissance sur 3000, phénomène assez marginal heureusement, mais il concerne beaucoup de personnes, mais pas la majorité. Vous pensez vraiment que c’est un phénomène nouveau ?
« j’ai tenu à cette mise au point car, en parcourant tout votre blog, je vois que vous êtes une personne sensible, sincère, engagée et touchante, »
merci pour vos compliments !
Vous avez oublié « doublée d’une idiote », Et je ne suis pas blonde ! Heureusement !
Vous m’avez fait rire, c’est déjà ça !

julienselignac | 6 avril 2014 à 23 h 19 min

merci pour votre réponse. Il y a un malentendu: quand je dis: »vous reprenez cette expression telle quelle » je ne parle pas du titre de votre article, mais de l’expression « théorie du genre ». Désolé si ce n’était pas clair. Je n’ai pas dit que vous étiez bête et inculte, je pense même plutôt le contraire, ce pourquoi je suis étonné. Heu, alors c’est étrange, car j’ai moi-même suivi des études de psychologie, et je n’aurais rien pu dire sur les études de genre en sortant de ces études, c’est ensuite en poursuivant d’autres enseignements que j’en ai pris connaissance (vous me direz que les études de psycho différent selon les facs, j’étais à paris 7)
deuxième malentendu: je ne pense pas du tout que la réassignation des hermaphrodites soit un phénomène nouveau, non. Simplement il me semble que les études de genre permettent de repenser autrement les problèmes liées à la réassignation de ces personnes (et le fait que certaines ne souhaitent pas de réassignation, et refusent l’aspect binaire du raisonnement qui s’y rapporte) enfin voilà (ce n’est d’ailleurs qu’un problème parmi bien d’autres)

Nadine Kirchgessner | 8 avril 2014 à 11 h 50 min

Ah c’est bien de dissiper les malentendus ! L’expression théorie du genre a été reprise par les medias, plutôt que « polémique » sur le genre, cela aurait été plus correct. Et je l’ai reprise bêtement, il est vrai. Les études de psychologie sont différentes selon les facs, j’ai entendu dire qu’à Strasbourg, qu’ils en sont encore à enseigner la psychanalyse…j’ai même lu les cours de cette fac, en première année…désuets…heureusement, qu’à paris VIII, ils sont très évolués, de ce point de vue, et sur l’autisme aussi. Dans les études de psychologie, il y a énormément d’études qui séparent les garçons et les filles, cela est très courant. J’ai lu une étude hier, concernant la figure de Rey chez des enfants présentant le TDA, ils séparaient les enfants en groupes de filles-garçons. Je ne sais pas comment cela se passe à Paris VII.
La réassignation des hermaphrodites est complexe, et j’étais d’accord avec l’association dont je ne sais plus le nom, qui disait qu’il fallait que les personnes choisissent elles-mêmes leur sexe à l’âge adulte.
Et heureusement que j’ai retrouvé votre commentaire , caché dans les spams ! (j’en ai encore 2400, je crois).

julienselignac | 10 avril 2014 à 16 h 51 min

La psychanalyse?? vous voulez dire ce vieux truc dépassé du 19e siècle? :)))) ben, comment vous dire… à paris 7, ils sont très branchés sur les disciplines antiques quoi 😉 puis la psychanalyse, c’est finalement vaste (parce qu’après freud, il y a melanie klein, ferenczi, winnicott, anzieu, dolto, andré green, wilfred bion, maria torok, jean oury, et j’en oublie… + des livres critiques qui ont été publiés comme celui de Marie Balmary sur freud notamment, « L’homme aux statues, Freud et la faute cachée du père », ou le travail de François roustang par exemple) enfin, il faut prendre le meilleur et laisser le reste bien sûr.
ha dommage, j’aurais bien aimé connaître cette association! (bon courage pour les 2400 spams… mon dieu! 🙂

Nadine Kirchgessner | 17 avril 2014 à 11 h 55 min

Oui c’est ce que je voulais dire ! Pas mécontente d’avoir choisi la bonne université. Cela tient à peu de choses, entre un 7 et un 8…
Comme vous dites, prendre le meilleur…
J’ai retrouvé ces associations mais ne me souviens pas si ce sont celles du reportage que j’avais vu, mais il ne doit pas y en avoir tant que cela.
http://www.amge.ch/2009/01/30/hermaphrodisme-faut-il-se-soumettre-au-bistouri/

http://asso.orfeo.free.fr/topic/index.html
http://www.lemonde.fr/week-end/article/2011/04/22/fille-ou-garcon-non-intersexue_1511136_1477893.html

julienselignac | 24 avril 2014 à 8 h 19 min

j’avais bien compris 🙂
merci! j’ai trouvé aussi un lien qui devrait pas mal vous intéresser: https://mediaserver.unige.ch/play/83612 c’est en lien avec la biologie, donc

Nadine Kirchgessner | 25 avril 2014 à 11 h 57 min

merci. j’ai déjà lu tout le site d’Odile Fillod. allodoxia, Ardu à lire, avec des articles longs.

«

»