6 réflexions sur « Réalité de la douance, Arielle Adda »

  1. Bonjour Madame ADDA,

    Comme toujours votre vidéo est particulièrement brillante et très explicite. MERCI INFINIMENT CHALEUREUSEMENT
    MARC
    MARIEJ TU PEUX ME CONTACTER:chivrac.marc@neuf.fr

  2. Merci Arielle Adda.
    Une vie complètement ratée, professionnelle, amicale, amoureuse, est possible alors. Il n’y a pas que moi ? Je peux arrêter d’en avoir honte ?
    J’ai 53 ans, la psychologue que je suis allée voir m’a dit que j’étais surdouée au mois de juin dernier.

    Il faut absolument que je décolle, je me retrouve sans ressources. Mais j’ai besoin de me reposer. Donc, c’est normal aussi pour une surdouée d’être fatiguée ?

    D’accord, que j’aille à la rencontre d’autres surdoués. D’accord

  3. bonsoir, les descriptions de Mme Adda sont vraiment bluffantes. Je retiens en particulier cette idée de passage entre ce-que-l’on-est-de-ne-pas-savoir-qui-l’on-est et ce-que-l’on-est-de-se-rendre-compte-de-quoi-on-est-vraiment-capable. En quelque sorte cela se passe comme si l’on apprennait qu’on a une promotion grace à laquelle on peut espérer un nouveau mode de vie ?! Avec le recul, j’ignore (encore) quel intérêt il y a de savoir que l’on est doué ou non, dépisté ou non, sinon que l’information commence par semer un énorme doute, ce qui amene ensuite à recoller des morceaux dont on ignorait l’existence, à forcer dans le même temps la digestion d’une étiquette mal ajustée à son pédigrée, pour finir par avancer avec une meilleure compréhension… mais de quoi en réalité ? voilà la vraie question, selon moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.