Une réflexion sur « anpeip r poulin 18.11.2017 4 »

  1. “Le haut potentiel est une chance, mais il peut rendre malade”?

    Être mélomane, artiste, violemment créatif est une chance,
    mais cela peut rendre malade.

    Être poète et sensible & cartésien et logique est une chance…
    mais peut rendre malade.

    Comprendre l’abstraction et avoir le goût des questionnements métaphysiques complexes est une chance…
    mais peut rendre malade.

    Être combatif et résilient est une chance!
    … Mais peut rendre malade.

    Savoir courir et marcher, abandonné à la liberté
    est une chance, mais peut rendre malade.

    Être passionnément épris de vie et de connaissance est une chance, … mais peut rendre malade.

    Être plein de qualités et de force de travail est une chance,
    mais… peut attirer les jalousies et les harcèlements …
    Pardon: peut rendre malade!

    Vivre est une chance!… Mais peut aussi rendre malade.

    Être doué est une chance mais certains systèmes idéologiques peuvent en faire une maladie.
    Si une chose est certaine, c’est bien celle-ci:
    Le fait que des personnes puissent être plus douées intellectuellement, plus vives, plus assertives, plus attentives aux détails, plus capables de transversalités, de pensées disruptives, de libre-pensées, de fines déductions,
    plus créatives, plus passionnées et surtout capable de bien
    plus d’indépendances et de pro-activités dans leurs pensées
    et la réalisation de leurs projets dérange l’idéal égalitariste
    et autres élans normalisateurs de toutes obédiences politiques.

    Il est alors de bon ton de faire d’un don (nos amis anglo-saxon parlent eux de “gifted” et “highly gifted”) une maladie
    ou un vecteur de tous les troubles!

    Pirouette.

    Comme il était de bon ton dans la société ouvertement patriarcale de l’Europe du XIXème siècle de faire des élans intellectuels des femmes et de leurs désirs d’indépendance
    une maladie à soigner et empêcher par tous les moyens!

    Autre époque, même malsaine dynamique envers ceux qui “trop” libres, “trop” audacieux , “trop” libre penseurs, “trop” capables intellectuellement débordent des cases préétablies “pour le bien de tous” (à comprendre par “tous”: une moyenne nivelée par le bas, à laquelle il faut en tout point se conformer au risque d’être estampillé du dangereux qualificatif d’Anormalité… qui sous nous latitudes, il faut le croire, ne fait pas de nous des supers-héros mais de vilains Calimero à rayures… bien plus pratiques et inoffensifs, impuissants et frappés de tous les troubles).

    Magie de la désinformation et ferment de tous les obscurantisme: Faire passer le bien pour un mal.
    L’ adéquation des foules en est le ciment.

    Je vous laisse!
    Je vais me chercher un billet pour le Transatlantique.
    Pour mettre toutes les chances de mon côté.
    Car je refuse que l’on fasse de mon potentiel cérébral
    et de ma puissance de pensée et d’action,
    une pelote de rayures pleine de ratures qu’ils ne sont pas.

    Surdoués soyez fiers.
    Vous n’êtes évidement pas le support de tous les troubles
    mais bien les vecteurs de tous les possibles!

    Si trouble il y a c’est celui que vous inspirez à un système
    qui n’ose pas regarder en face ses limites.

    Bien à vous tous,

    Et n’oubliez pas: “ignorance mère de félicité!”

    CO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.