Archives par mot-clé : surdoués

Au secours, mon enfant est surdoué

https://www.youtube.com/watch?v=_RHcSukMV60

Au secours, mon enfant est surdoué.

Au secours les journalistes en recherche de sensationnel…

Tellement vrai – surdoué, je suis en échec scolaire 2014

Est en ligne sur you tube, en focalisant sur un seul reportage, sur Guillaume.

Issu d’une émission plus ancienne englobant plusieurs reportages.

Tellement vrai Edition spéciale Au secours mon enfant est surdoué

cliquer sur   https://www.youtube.com/watch?v=NZpWlA8sgqA

j’avais déjà écrit un article lors de la première diffusion , le 12.11.2012 « Au secours j’ai un enfant surdoué » Emission du 11.11.2012 sur NRJ

Je vous montre ce reportage pour exprimer « ce qu’il ne faut pas faire » ! Même si l’école n’est pas toujours au top, il faut essayer le plus possible de ne pas en arriver là…

On y voit une caricature de la précocité et si cela n’était pas si triste pour cet adolescent, on pourrait en rire presque…Seulement voilà, c’est très triste. Je me demande comment ce jeune parvient à garder son calme…il a en cela une grande maturité.

Il était bon élève au départ, il a un THQI, et n’a pas trouvé sa place à l’école. Il a pourtant avancé d’un an l’entrée au CP. Mais avec un tel QI, deux ans d’avance sont tout indiqués. La mère parle d’un premier QI ? Qu’elle révèle, sans se préoccuper de l’intimité de son fils. Le QI ne changeant pas sensiblement au cours des années, sauf en cas de dépression, il doit encore être de même niveau, mais ce jeune semble déprimé. Et on le serait à moins… Cette maman, dès le départ, a écouté les associations en sur exagérant les risques d’échec scolaire, à 50 % voire 70 % !!!!! Mais peut-on la blâmer ? La maman  a aussitôt envisagé la scolarité de son fils sur le mode anxieux. La famille paie des cours particuliers, la mère a quitté son travail…Comment fait-on pour trouver 2000 euros par mois pour payer ces cours particuliers ?

Elle fait elle-même les fiches pour son fils et s’étonne ensuite qu’il soit « immature »?…Comment ce jeune ado peut-il avoir des idées sur l’amour et intégrer Don Juan s’il ne rencontre pas de filles ? Si sa mère le borde dans son lit comme s’il avait 5 ans et qu’elle le réveille en se couchant sur son lit ? Comment peut-il être mâture ? Il ne prépare pas seul ses crayons…

Cette famille, cette mère se préoccupe peu de sa fille, qui est certainement douée, elle aussi…

Le journaliste dit » comme beaucoup d’enfants surdoués, Guillaume n’est pas à l’aise à l’oral « !  Ah bon ????? Le terme « diagnostiqué surdoué » est employé comme s’il s’agissait d’une maladie…

Je ne voudrais en aucun cas qu’une généralisation quelconque s’applique aux surdoués d’après ce reportage si caricatural. Quelle tristesse…

 

Share

Etude sur le haut potentiel

Je remercie tous ceux qui ont répondu « présent », nombreux, à mon annonce du 28 octobre 2014, pour remplir un petit questionnaire pour un mémoire universitaire. parmi eux, je remercie les nombreux membres de MENSA FRANCE.

Si vous voulez participez, il n’est pas du tout trop tard ! Plus vous serez nombreux, plus les conclusions de la recherche seront fiables d’un point de vue statistique. Je précise que cette recherche concerne la scolarité.

 

pour en savoir plus  cliquer sur    recherche sur le haut potentiel

Share

Les surdoués ordinaires de Nicolas Gauvrit

Enfin un livre qui semble positif, loin de tous ces clichés actuels qui voudraient que la douance soit le plus grand malheur du monde. Il sortira le mercredi 14 mai 2014.

Le mot de l’éditeur

« Les enfants surdoués sont mal adaptés, trop intelligents pour une vie simple et épanouie. Beaucoup échouent à l’école, sombrent dans la dépression, ou développent une image d’eux-mêmes dévalorisante. Sensibles et pleins d’humour, passionnés et logiques, ils utilisent leur cerveau démesuré pour résoudre des problèmes insolubles au commun des mortels. Tout cela, parents et enseignants, ou simplement utilisateurs d’Internet et lecteurs des sites d’informations psychologiques, nous le « savons » bien, ce sont même des lieux communs… mais est-ce pour au-tant la vérité ? Pour y répondre, il faudra plonger dans la psychologie et y découvrir un monde complexe, grouillant de découvertes et d’hypothèses fascinantes sur nos enfants doués. Passant en revue une série d’idées reçues sur les enfants précoces qui se révèlent parfois justes et parfois totale-ment fausses, cet ouvrage vous amènera sans doute à adopter une vue plus nuancée et optimiste de la précocité intellectuelle. Être surdoué peut être un fardeau, mais c’est aussi avant tout une vraie chance à saisir. Maître de conférences, Nicolas Gauvrit poursuit des recherches en sciences cognitives à l’École pratique des hautes études (Paris). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation sur les liens entre mathématiques et psychologie.  »

Share

La guerre à l’école‏

Voulant déconnecter avec « les guerres » que l’on nous montre régulièrement à la télévision, j’ai lu un article d’un blog ami , et je me suis aperçue que la guerre existait dans nos écoles !
Le petit garçon de « A.zebrounet » , 9 ans , s’est fait tabasser par un garçon de sa classe d’allemand de 6 e pour une raison pour le moins dérisoire : « il m’a regardé », sans même « de travers ».  Comme si cela ne suffisait pas, cette agression, j’ai lu la cinquantaine de commentaires, presque tous relataient des sarcasmes, des sévices, des insultes, subis par des enfants et certains parents relataient leur scolarité à eux de la même façon.  Le phénomène m’est apparu énorme et cela semble représenter une population de personnes à haut potentiel. Et ce ne sont pas seulement les enfants avancés scolairement qui sont harcelés.
En analysant mon expérience d’élève , cela n’existait pratiquement pas (années 70-80). Lorsque mon fils aîné était scolarisé, il a été harcelé mais non tabassé (années 90). D’après tout ce que j’entends et lis, il y aurait une réelle augmentation de ces phénomènes de harcèlement, et cela pose vraiment question. Il ne faut pas considérer seulement la violence physique, le harcèlement moral est aussi problématique. Aujourd’hui, la réussite scolaire est très mal vue et est même stigmatisée et fortement réprimée par les ‘camarades ». C’est une guerre , insidieuse et souterraine, une guerre froide.

 

http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2014/01/10/est-ce-le-prix-a-payer-pour-etre-hors-norme/comment-page-1/#comment-53914

Share

France culture « dans la tête des enfants surdoués »

 

Les pieds sur terre…jamais cette émission n’avait aussi mal porté son nom. J’ai été très triste en l’écoutant . Heureusement que je peux m’exprimer sur ce site.

La journaliste nous présente des enfants qui vont mal, qui ont été harcelés, qui n’ont pas été détectés assez tôt, en nous faisant croire que tous les enfants surdoués sont comme cela… Ces enfants interviewés regroupés, souvent à cause du harcèlement scolaire,  dans une école « spécialisée pour précoces » paraissent hyper angoissés, tristes…

« Tu te sens différent ? » demande la journaliste…Question subversive, s’il en est ! Comment inculquer dans la tête de ces enfants et de leurs parents qu’ils sont différents…

Il vaudrait mieux ne pas confondre les conséquences et les causes.

Je rassure les lecteurs de ce site. Tous les enfants surdoués ne sont pas comme cela et ne parlent pas comme cela. Ils savent parler normalement, ils savent jouer, ils ne sont pas angoissés toute la journée, etc…on nous présente une petite fille (la seule d’ailleurs, qui est dyslexique) qui parle aux plantes , parce que personne ne la comprend, en nous faisant croire que cela est poétique et que c’est de l’imagination…c’est surtout sa dyslexie qui a dû être aussi perturbatrice que la précocité.

Le seul qui a dit vrai, c’est le garçon disant qu’il est assez sarcastique…cela oui. La journaliste pose une question qui fait penser que l’enfant surdoué n’aime pas l’enfance

« tu aurais préféré être directement adulte ? », mais quelle question !

Alors je vous rassure, surtout les parents, les enfants surdoués sont gais, enjoués, ils savent rire, ils ont beaucoup d’humour, ils jouent au ballon, aux jeux de société, aux jeux vidéos, lorsqu’ils vont bien, ils aiment la vie,  et les enfants surdoués « en général », qui vont bien, ne se trouvent pas dans les écoles spécialisées, là où les journalistes vont les chercher, par facilité. Le biais de l’interview est grossier. Alors, s’il vous plait, ne dites pas « les surdoués » mais « certains surdoués » ! Cela serait plus juste et plus précis.

Relire l’article :   Penser différemment, à manier avec précaution  17.09.2012

« Cela sert à quoi d’apprendre toujours plus si on meurt ? » la dernière question est surréaliste et angoissante…

????? Mais …il y a les livres et les recherches qui vont perdurer au-delà de nous.

Share

conférence ANPEIP

Share

Le médicament existentiel

Grâce à Anaïs , j’ai relu le très beau témoigange de Philippe sur la page  Les adultes surdoués..A relire sans modération.

 

« Bonjour à toutes & tous…
Je suis un « drôle de zèbre » de 50 ans : en lisant vos témoignages, je constate que nos questionnements finissent tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre, par converger. Je n’ai pas plus de réponses que vous, mais mon histoire, mes parcours m’ont appris à ne plus remettre à qui que ce soit, les rênes de mon existence. J’ai vu bien des psys et bien des médecins, au cours de ma vie. J’en ai entendu des diagnostics et des interprétations …

la suite  Les adultes surdoués

Share

agitation ou insolence

Parfois les enseignants ou les intervenants auprès des enfants surdoués ne semblent pas supporter leur agitation ou leur insolence. Ils qualifient ainsi cela de pathologie …, sans réellement mesurer les ravages d’une telle désignation  sur l’enfant précoce et sur son avenir.

Parfois , bien sûr, certains enfants surdoués peuvent être aussi hyperactifs. Dans ce cas , il faut faire les tests qui détectent l’hyperactivité et le déficit d’attention, et les différencier de la non motivation.

Je me suis souvenue de ce texte d’Arielle Adda datant de 2000 :

(texte que je n’avais pas encore placé dans  la page  publications, avec l’approbation de l’auteur)

QUAND L’ENFANT DOUÉ EST QUALIFIÉ  » D’AGITÉ  »
Arielle ADDA – Juillet 2000

« Depuis quelques années un comportement agité, qu’on aurait autrefois appelé « instabilité », très fréquent chez nombre d’enfants, est désormais connu sous le vocable « d’hyperactivité « . Les symptômes en sont bien connus, répertoriés et, comble de chance, il existe un traitement. Désormais les parents peuvent vaquer en paix à leurs occupations et dormir tranquilles : leur enfant ne perturbe plus la classe, il apprend bien et il est plus calme à la maison. Il suffisait de définir correctement l’ensemble de ces troubles et de leur trouver le remède approprié.

Quand il s’agit des enfants doués, les incertitudes, les équivoques et les malentendus s’accumulent comme à plaisir : tout le monde, ou presque, a maintenant entendu dire que les enfants doués possèdent des caractéristiques qui les différencient des autres, on ne sait d’ailleurs pas très bien lesquelles, mais il est désormais facile de dire qu’un enfant un peu différent est ainsi parce qu’il est « surdoué « . Ne reste alors qu’à l’accepter comme tel et à prendre son mal en patience, ou bien on le soigne, à l’instar des autres enfants. Il ne s’agirait, après tout, que d’un syndrome comme un autre.

A la faveur de cet exemple on peut constater à quel point la notion de don intellectuel engendre d’idées fausses. On en arrive à juger qu’un enfant fait partie de cette fameuse catégorie dite de  » surdoués  » uniquement parce qu’il ne cesse de s’agiter et les parents perplexes subissent leur sort sans oser se rebeller, puisqu’ils ont la chance et le malheur d’avoir un enfant pas comme les autres, mais si intelligent ! Ils s’entendent dire, de façon plus ou moins explicite :  » voilà ce qu’il en coûte d’avoir un enfant surdoué et vous l’avez sans doute bien voulu !  » On conseille donc de le mettre dans une « école pour surdoués « , lieu complètement mythique, car on sait qu’il n’existe pratiquement pas d' »école pour surdoués  » dans le Primaire. Les parents partent à la quête de ce nouveau Graal, qui va résoudre tous leurs problèmes, puisque leur enfant y trouvera enfin la nourriture intellectuelle qui lui convient. Cette quête impossible n’aboutit qu’à des solutions approximatives, peu satisfaisantes, surtout quand cet enfant n’est pas plus doué qu’un autre, mais seulement agité pour de multiples causes, allant du problème familial non résolu à la véritable pathologie, à traiter en urgence. « Enfant doué  » ferait désormais partie de la nomenclature des troubles et les enfants qui en seraient affligés ne peuvent s’adapter en milieu scolaire dit normal, malgré les efforts louables de l’Education Nationale pour intégrer dans ses classes toutes sortes d’enfants un peu différents dans cette optique, on considère qu’un enfant est intellectuellement doué s’il est très perturbé, mais on refusera de reconnaître ses dons à celui qui reste sage et calme, parce qu’il préfère éviter de se faire remarquer et de semer la zizanie au sein de la classe, même s’il n’y est pas très heureux.

Cependant, un enfant authentiquement doué peut, en effet, s’agiter en classe parce qu’il est d’un caractère impatient et qu’il connaît tout le programme alors que les autres peinent encore pour en saisir les prémices. On le juge insupportable, mal adapté, difficile, sans songer un instant qu’il puisse dire vrai quand il a l’audace de prétendre savoir lire et opérer des soustractions alors qu’il commence à peine son CP. Confronté à tant d’incompréhension, il peut se replier tristement sur lui, et se calmer enfin, dans une résignation désolée et parfois très nocive pour son évolution à venir, ou bien se mettre dans des colères folles, explosives, inquiétantes, colères qui peuvent brusquement cesser, une fois le don intellectuel reconnu et compris, par exemple en lui accordant la faveur tellement rare d’un saut de classe.

Pour eux comme pour ceux qu’on a indûment qualifiés de « surdoués  » à cause de leur comportement empreint de bizarreries, un simple examen psychologique suffit pour déterminer les causes d’une attitude déviante.

Il arrive aussi qu’un enfant qui avait été dans son tout jeune âge une merveille de calme, de sagesse et de maturité commence à donner tous les signes de l’agitation la plus désordonnée peu après son entrée à la Maternelle, entrée à laquelle il aspirait de tout son être. Non seulement il est un peu déçu de ne pas encore aborder la connaissance telle qu’il la conçoit et les moyens d’y accéder, mais surtout, et pour la première fois de sa vie, il se surprend en situation d’échec et la toute-puissante maîtresse le lui fait bien sentir. Il est alors envahi par une appréhension insupportable à l’idée qu’il va se révéler défaillant, décevant, et peut-être irrémédiablement idiot, lui qui désirait tant goûter aux plaisirs dispensés par le savoir et en attendait un bonheur infini. Il croit qu’il va être obligé de renoncer à ces joies multiples pour s’enfoncer dans un terne ennui, puisqu’il se montre incapable de réussir les tâches qu’on lui propose. La pression qu’il s’impose à ce moment-là est intenable, insoutenable, si douloureuse que l’enfant dans l’angoisse ne cesse de s’agiter, comme pour échapper à cette oppression qui l’écrase : cet enfant endolori, qui remue en tout sens sans jamais trouver de repos, offre un spectacle d’autant plus pénible à contempler qu’on se souvient encore de sa sagesse admirable. Il est alors urgent de démonter avec lui le mécanisme qui l’a conduit à cette situation impossible, de le dédramatiser, si possible avec l’appui de la maîtresse, qui ne pouvait se douter des exigences perfectionnistes de cet élève ni de l’angoisse mortelle qui l’étouffe, quand il voit les plus sombres perspectives d’avenir remplacer l’image idéale d’un enfant progressant joyeusement sur les chemins de la connaissance.

Cet aperçu de situations pourtant emblématiques n’évoque pas le cas le plus fréquent et le plus délicat à cerner : celui des enfants reconnus comme doués et qui ont du mal à conserver une bonne concentration d’esprit.

Cette difficulté à rester attentif en toute occasion est d’autant moins reconnue par les parents que ces enfants sont capables de rester des heures sans bouger si une activité les passionne. Il en va ainsi pour les fameux puzzles de mille – ou de multiples de mille – pièces que certains enfants d’à peine 2 ans réussissent grâce à une attention sans égale et dont les parents parlent encore des années plus tard pour appuyer leurs dires.

Les maquettes d’autrefois, remplacées par les légos, le tout supplanté par l’omniprésent ordinateur ont toujours su mobiliser totalement un enfant, ailleurs qualifié d’agité, mais qui réussit ici à merveille, preuve irréfutable de ses qualités d’attention.

En classe, ces enfants semblent papillonner, ils comprennent immédiatement toute explication, ils réussissent quelques exercices, puis ils se désintéressent du sujet et passent à un autre, tout différent, pour suivre un processus identique. Ils ne lisent que les histoires évoquant les sujets qui les intéressent et deviennent analphabètes face aux autres livres, ils peuvent écrire sans faute quand c’est nécessaire mais usent ailleurs d’une orthographe épouvantable, ils saisissent une règle en mathématique, mais accumulent les erreurs de calcul quand il faut l’appliquer dans des exercices, ils ont compris de quoi il s’agissait, cela leur suffit, point n’est besoin alors de s’éterniser sur un sujet qui devient ennuyeux à force d’être rabâché. Cette approche trop superficielle ne tarde pas à révéler ses dangereuses failles : l’élève doué ne s’est pas constitué une « banque de données mentales  » son seul projet était de comprendre et non de répondre aux exigences dans un protocole qui lui paraît extrêmement contraignant et qu’il refuse comme s’il lui était impossible de s’y soumettre. (Cette description est inspirée par les méthodes de Gestion Mentale mises au point par Antoine de la Garanderie, appliquées par Hélène Catroux). Dans ces conditions, rien n’est vraiment acquis, tout le savoir est intégré d’une façon embrouillée qui interdit de retrouver un élément dans son esprit au moment opportun. On sait qu’on a rangé quelque chose dans un tiroir, mais il est impossible de s’y retrouver dans ce fouillis. Hors de son contexte, qui facilite le mécanisme de la mémoire et l’émergence d’un souvenir, il devient trop difficile de retrouver une donnée isolée.

Cette incapacité à mobiliser son attention durant le temps nécessaire pour assimiler parfaitement une donnée nouvelle et pouvoir l’utiliser à tout moment, même longtemps après qu’elle a été abordée, fait dire que cet élève distrait est trop agité pour conserver une efficace concentration d’esprit, puisqu’il a déjà envie de passer à un autre sujet et qu’il bavarde, se dissipe et perturbe la classe studieuse qui applique les règles nouvellement découvertes dans des exercices un peu fastidieux, mais destinés à entraîner utilement l’esprit et à automatiser ce type de réflexion grammaticale, mathématique, logique, et tout ce qui s’apprend en classe pour la vie.

Ces enfants ressemblent à des boulimiques qui ne peuvent plus s’arrêter d’enfourner de la nourriture, avec un sentiment d’urgence de plus en plus contraignant, comme si la nouvelle boîte de biscuits, tout comme la découverte d’une nouvelle formule mathématique, allait enfin combler ce désir insatiable d’amasser, d’accumuler de plus en plus vite et d’une façon de plus en plus vorace, qui rend impossible toute réelle assimilation.

On pense aussi à ces lecteurs de romans policiers, incapables de contenir leur curiosité et qui ne peuvent s’empêcher de sauter à la dernière page pour éviter un insoutenable suspens.

Comment faire comprendre à un enfant à l’esprit vif, vivacité dont ceux qui savent l’apprécier le complimentent habituellement, qu’il est parfois obligatoire de se livrer à des exercices répétitifs, même s’ils lui semblent d’un mortel ennui. On peut d’ailleurs partager son point de vue et le comprendre : il est, certes, ennuyeux, lassant, d’un épouvantable manque d’intérêt de recommencer éternellement semble-t-il des exercices d’une totale facilité pour celui qui en a si bien compris le principe et qui ne peut imaginer qu’il en aura tout oublié quelque temps plus tard. Par la suite, c’est à cause de son angoisse, suscitée par la brutale découverte de son ignorance, qu’il s’agitera, comme pour se donner une contenance. On parlera alors d’un autre syndrome, celui de « déficit d’attention « conseil et tout semblera dit.

En attendant, on se trouve face à un enfant de 11, 12 ou 13 ans en grave difficulté scolaire, alors qu’il avait toujours été brillant, bien qu’un peu agité à cause de l’ennui provoqué par les longues, et même interminables, explications ressassées par la maîtresse, soucieuse d’être comprise par toute la classe.

Pour éviter cette catastrophe, on peut tenter de lui expliquer, dès son plus jeune âge, qu’il est nécessaire de s’imposer une discipline, de la même manière qu’il y consent pour son sport favori, et que les exercices sont absolument et impérativement obligatoires, parce que sa responsabilité commence déjà à ce moment-là et que son devenir est en jeu. Il aura du mal à croire que sa facilité, qui lui semble si naturelle et lui permet de se contenter d’une écoute distraite des explications, que cette facilité donc puisse l’abandonner un jour, il pensera que les règles sont pour les autres, et qu’il bénéficie d’un régime spécial, puisque l’école l’ennuie un peu, parce qu’il n’est pas très scolaire et qu’il a de bonnes raisons pour dire qu’il ne sert à rien de recommencer dix fois, cent fois le même exercice, mais un jour arrivera où il se sentira perdu et le cerveau vide face à une question que tous les autres sauront résoudre dans l’instant.

La notion d’effort est indispensable pour permettre aux enfants doués de progresser, le plus souvent un saut de classe leur permet de la découvrir, mais cet effort doit aussi porter sur l’acceptation de la contrainte si difficile à s’imposer à soi-même quand rien n’y oblige encore. Il faut apprendre à travailler, cette aptitude est encore plus rare chez les enfants doués qui se sont passés si longtemps de cette pénible obligation. Fournir un effort de longue durée oblige à acquérir une plus grande maîtrise de soi, mais les enfants doués, longtemps abusés par leur facilité, ignorent ce type de travail au long cours. Pour eux, tout doit arriver tout de suite, ici et maintenant, tout retard ou tout délai leur étant insupportable.

C’est pourtant à ce seul prix que la réussite est possible, puisqu’il s’agit des fondations d’un savoir qu’il faudra utiliser sa vie durant.

L’agitation, qualifiée le plus souvent à tort dans le cas des enfants doués, d' » hyperactivité « , n’est qu’une toute petite partie des manifestations d’un caractère impatient et passionné. Elle ne doit pas être isolée de l’ensemble de la personnalité mais elle peut être apaisée par des règles de conduite, dont on expliquera le bien-fondé, plutôt que par des médicaments. L’ignorer, en pensant qu’elle va disparaître d’elle-même, ou la subir sans la combattre parce qu’on la croit inhérente au don intellectuel, constitue une perte de temps et un gaspillage de dons.  »

 


 

Share

M. F. Hirigoyen « le harcèlement moral »

Un commentaire m’a rappelé l’excellent livre de M. F. Hirigoyen « le harcèlement moral »  au sujet des enfants ayant un parent pervers narcissique, et le harcèlement moral en général… dans  la vie quotidienne, en amour, en entreprise, beaucoup d’adultes surdoués sont aux prises avec des pervers narcissiques.  Les adultes surdoués sont des gens brillants et parfois naîfs, ainsi ils sont une proie idéale pour les pervers narcissiques. Ces derniers recherchent des personnes très  intelligentes , ouvertes, avec parfois des failles, mais pas toujours, dans lesquelles ils s’engouffrent.  Ils sont souvent des gens très intelligents. Ils manipulent leur victime pour parvenir à leur fins , sans aucun état d’âme. J’indique ce livre dans la biblio et aussi le livre de B Cyrulnik  « un merveilleux malheur »  pour ceux qui ont vécu des traumatismes. B. Cyrulnik nie l’existence des surdoués , mais en matière de traumatisme , il est très au fait du sujet dans ce livre.

Share

Emma, mère d’un enfant surdoué

Un nouveau témoignage :  Emma l’a écrit et je le dépose sur le site. Elle me fait des compliments et je voudrais en faire aussi car dans cette histoire, elle a été et est une maman attentive, capable  de décrire ce que faisait son fils  très précisément. Il en faisait des choses à trois ans.  Il avait compris la notion du zéro à 2 ans. j’ai vite compris qu’il fallait absolument le faire tester. J’ai dû insister un peu d’ailleurs et répondre aux «  vous croyez ? vous êtes sûre ? »

Voici :   

«  Bonjour,

Je lis très régulièrement  ce magnifique blog et voudrais à présent écrire mon propre témoignage de mère d’enfant surdoué.

 

Je suis la maman d’un petit garçon de 6 ans, G…, que nous avons fait tester vers l’âge de 5 ans, par un psychologue spécialisé dans les enfants précoces.

Dès sa naissance, notre entourage nous fit remarquer combien il se montrait particulièrement éveillé. Cependant, comme  il s’agissait de notre premier  enfant (et qu’il y a d’autres surdoués dans la  famille),  nous n’avions pas vraiment de comparatifs.

Il est vrai que je fus déjà étonnée à la maternité. A peine posé sur mon ventre, il se redressait déjà sur  ses bras. Il me regarda très  intensément puis tourna la tête autour de lui,  semblant se demander « Mais où suis-je ? »

Sa première phrase, vers 1 an, fût « C’est quoi ça, maman? . A partir de ce moment, G… ne cessa de nous poser des questions… »

Suite  cliquer Emma

Share