Archives par mot-clé : precoce

« Les Maternelles » Video

Emission des Maternelles   « Mon enfant est-il précoce ? »

Avec Fabrice Bak    psychologue cognitiviste

http://les-maternelles.france5.fr/?page=emission&id_rubrique=4160

 

Je ne l’avais pas encore montrée car la vidéo ne marchait pas sur leur site. Bonne émission , dommage que l’on dise les QI des enfants.

Share

Commentaire très sympathique

j’ai reçu ce commentaire de karin (merci  Karin ) :

 

« Merci Nadine de nous faire part de votre expérience.

Je trouve votre site très riche et agréable à lire. J’apprécie beaucoup le fait que vous n’abordiez pas uniquement l’aspect psychologique de la surdouance.

C’est vraiment un gros plus par rapport à tout ce que j’ai pu lire sur le sujet.

Vos témoignages me sont personnellement très utiles.

Vous êtes une sorte de « GPS » pour les personnes qui ont un enfant précoce ou supposé comme tel, même si je sais bien que chacun à sa propre route à parcourir.

Bravo également parce que vos enfants s’en sont très bien sortis malgré certaines difficultés qu’on leur a mis dans les pattes. »

Share

Lecture et réflexion

J’ai lu sur un blog « apparences  » traitant de l’éducation en général :

 

« Programmer » des enfants surdoués ?

dimanche 4 mai 2008 :: Ma première catégorie :: Alerter la modération

__Si on ne part pas du principe qu’un enfant surdoué tient son intelligence particulière du hasard ou d’un patrimoine génétique favorable, une éducation « programmant » des surdoués est-elle concevable ? Sur le papier et en tenant compte de nos connaissances actuelles sur le développement du cerveau, la réponse est oui. Incontestablement oui. Les grands principes de la « marche à suivre » pour parvenir à ce résultat n’ont rien de mystérieux et sont au nombre de 5. 1) Solliciter très tôt la curiosité et l’intelligence de l’enfant. Non en l’obligeant à s’ouvrir à différentes formes de savoirs par la contrainte. Auquel cas, on risque au mieux d’en faire un « singe savant ». 2) Mais en lui donnant soi-même l’exemple de la curiosité et de la réflexion intellectuelles. Ce qui explique, pour ne prendre qu’un exemple, que des parents gros lecteurs ont fréquemment des enfants qui aiment lire. 3) Entretenir avec l’enfant des relations affectueuses, afin de provoquer chez lui l’envie de choisir le modèle qu’on lui donne. Faute de quoi, on risque de lui servir de contre-modèle. Et dans cette éventualité, le dégoûter à jamais du Droit ou de la Physique si on l’aime soi-même par exemple. 4) Initier l’enfant à l’apprentissage des savoirs et savoir-faire par le plaisir et non par la contrainte et la sanction. Autrement dit, lui laisser la liberté d’apprendre ce qui lui plait personnellement. Sachant qu’il y a de fortes chances qu’il aimera les sujets et les matières qu’il aura découverts au cours des relations privilégiées qu’on aura eues avec lui. 5) Assurer dans le temps la cohérence et la continuité de ces principes pédagogiques. Des principes simples sur le papier, donc ! Mais beaucoup moins dans la pratique quotidienne. Car mal appliqués, ils sont susceptibles d’avoir des résultats calamiteux. C’est pourquoi il est de loin préférable d’aimer son enfant et de lui laisser la liberté d’ouvrir son esprit à son gré, sans vouloir à tout prix en faire un génie précoce.__

 

 http://blog.francetv.fr/apparences/index.php/2008/05/04/71851-programmer-des-enfants-surdoues  consulté le 1.12.2009.

 

 

Ce texte montre une grande méconnaissance du problème ! Déjà,  une question simple vient à l’esprit :  Comment se fait-il, si il est si facile de programmer des enfants doués, qu’il n’y en a -il pas plus ? Car ils ne représentent  que 2.5 % de la population.  Une autre question  :  Pourquoi,  pourquoi vouloir avoir des enfants surdoués, alors que leur vie  et leur éducation est si difficile ?

Share