Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Sev

Bonjour Nadine, voici mon témoignage d’adulte précoce.

J’ai découvert ma précocité l’année dernière, à 42 ans en même temps que celle de mes enfants .Cela a été un soulagement. Enfin, j’avais la cause de mon hypersensibilité, puisque l’hypersensibilité (sensorielle, émotionnelle…) est l’une des caractéristiques des personnes à haut potentiel (je préfère cette expression à « surdouées».)De profil littéraire, j’ai passé toute ma scolarité sans beaucoup travailler.

Au primaire, j’apprenais vite, sans effort mais j’étais une enfant anxieuse. Au collège, les choses ont commencé à se gâter avec l’entrée en 6e qui m’a terrorisée (lycée de 1000 élèves, trafic de drogue), bref je n’ai pas travaillé et le conseil de classe a prononcé mon redoublement. Heureusement, mes parents m’ont fait passer en 5e et je me suis ressaisie. Mes résultats sont devenus corrects sans plus.

Souffrant d’insomnie, je ne dormais que 3 heures par nuit. J’étais donc épuisée en permanence. Je ne m’entendais pas avec les autres élèves que je trouvais idiots, sans intérêt .Je n’avais que 2 amis. De plus, je n’étais pas à l’aise dans les relations de groupe (plus de 3 personnes…).Bref, j’ai eu mon bac A2 avec mention AB, en ne travaillant que 15 jours auparavant. J’ai mis longtemps à croire que oui , j’avais bien réussi mon bac .Je culpabilisais car je n’avais pas beaucoup travaillé, j’avais l’impression d’être un imposteur .J’ai longtemps fait des cauchemars ou je repassais mon bac…J’ai ensuite passé 7 ans à la fac .Un an de droit (je voulais être avocate ),une licence de lettres modernes, une licence d’anglais (obtenue en un an mais ça me paraissait normal).Inscrite au Capes d’anglais ,j’ai fini par laisser tomber au bout de 2 ans (je n’avais réussi qu’à être admissible) par manque de motivation .Je ne me sentais pas à la hauteur, je n’avais pas confiance en moi. Socialement parlant, j’étais en décalage. Très timide, j’avais peu d’amis et zéro boyriend. Ma solitude me pesait et en même temps m’était nécessaire.

Tout ce qui concerne la psychologie, le travail sur soi, me passionne depuis mes 15 ans. A cette époque, j’avais décidé de faire mon auto-analyse pour essayer de comprendre pourquoi j’étais aussi malheureuse. J’ai beaucoup lu, pour essayer de comprendre le sadisme de mon père à mon sujet (harcèlement moral).Très vite, j’ai compris que je devais m’extraire de sa sphère d’influence. Je suis partie de chez moi à 19 ans, et j’ai commencé à me reconstruire lentement.

Mon conseil à tous les adultes surdoués : se protéger  pour éviter de souffrir inutilement. Se constituer un cercle affectif de personnes positives et aimantes .Trouver un milieu professionnel en accord avec nos qualités profondes .D’ou l’importance de l’introspection. Pratiquer une activité physique pour compenser le trop-plein de mental qui nous caractérise. L’activité physique détend, apaise. Se tourner vers la spiritualité, les religions, la philosophie pour nourrir notre soif d’absolu. Pratiquer l’humour, l’autodérision …..

Pour finir, je précise que j’ai obtenu le Capes d’Anglais en candidate libre en 2010..J’ai renoncé à enseigner et me consacre à mes 3 enfants. Je suis une adulte précoce mariée et heureuse, même si je n’ai toujours pas résolu mes problèmes de sommeil . Je fais avec, tout en espérant, par le biais de la méditation, parvenir, un jour, à dormir du sommeil du juste. Voilà mon témoignage, n’hésitez pas à me poser des questions.

 Merci pour votre site.

 

Share

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

No comments yet.