Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Oct/17

4

Les biaiseux

Ecoutez surtout vers 3 mn  /

PARIS EST PEUPLE D’ENFANTS PRECOCES

J’écris aujourd’hui un billet d’humeur, mais de mauvaise humeur. Le titre : Les biaiseux refont parler d’eux. Comprenez, ceux qui biaisent, sciemment ou inconsciemment, ceux qui biaisent les chiffres, les observations, les situations, les contextes, l’origine des problèmes, pour conforter leurs hypothèses, se donner bonne conscience, en toute inconscience des dégâts qu’ils peuvent provoquer. Les dégâts très dramatiques peuvent être des absences de diagnostics, parce que ces personnes disent que c’est le haut potentiel qui est la cause de tout les malheurs.

En voici un exemple, la maman n’est pas orientée vers un diagnostic de dyslexie, avec un enfant précoce de 6 ans qui ne lit pas  :

On peut lire aussi que la maman éclate en sanglot parce que l’enseignant dit que son enfant est très intelligent. C’est vrai, c’est si horrible, il va être plus intelligent qu’elle.

J’aurais pu nommer cet article « les niaiseux » après avoir lu les très nombreux commentaires sur les réseaux sociaux  depuis lundi au sujet de cette émission de lundi de La Maison des Maternelles qui avait invité Gabriel Wahl comme expert.

Lundi, sur France 5, nous avions eu l’agréable chance d’avoir enfin une émission objective sur le haut potentiel. G Wahl se doutait un peu de l’impact d’une telle émission sur des gens arcboutés sur leurs fausses croyances, dus aux biais et à l’effet barnum. Mais là, cela dépasse l’entendement. Cela ressemble à n’en pas douter aux invectives méprisantes et injustes qui ont été proférées par les mêmes lors de la parution de l’article La pseudosciences des surdoués en février-mars 2017. Nous avons eu hier déjà des réactions négatives sur cette émission, par les tenants d’un « marché «  lucratif (conférences, livres, consultations). Ceci ne devrait pas poser problème, s’ils veulent faire des conférences, après tout, pourquoi pas ? S’il y a des personnes assez naïves pour venir les écouter. Après tout, pourquoi pas ?

Mais après, ON REFLECHIT. Certains commencent à réfléchir, mais pas tous. Surtout des journalistes.

Mais ce qu’il faut dénoncer, c’est lorsque ces personnes énoncent des contre-vérités scientifiques sur le haut potentiel dans de multiples conférences et qu’elles ne supportent pas quand on les remet en cause. Même l’association MENSA est contaminée.

J’ai fait un petit florilège des commentaires et copié collé ; je regrette la méthode, mais c’est la seule solution que j’ai, puisque mes commentaires sont éliminés ou non pris en compte de certains blogs ou fb. Exemple le 23 mai 2014  (comme le temps passe)  :  Pour Michel

Nous avions eu hier cette publication sur facebook

« Le surdoué n’a pas à être abordé de façon globale, en fonction des statistiques. »  M Kermadec

Que dire ????? Ces personnes se disent surdouées et elles n’ont pas un niveau de raisonnement très ouvert, de précision, d’esprit de véracité, comme l’ont la plupart des personnes surdouées. Je vais faire une analogie pour leur répondre, l’analogie que j’avais prise dans mon livre :

Pour faire une analogie, c’est comme si on inventait une théorie sur la vision en décrivant le fonctionnement des myopes. Il est simple à comprendre que cela ne convient pas, c’est une erreur intellectuelle. (P 27 Des femmes surdouées)

Apparemment, des personnes influentes (pour le moment) dans un milieu étroit et fermé ont beaucoup de mal à comprendre cette explication simple, voire simpliste :

Les cliniciens concentrent leurs observations sur les enfants/adultes avec des difficultés, ce qui est normal eu égard à leur profession et leurs déductions (répétées dans de multiples médias) sur les enfants/adultes avec des difficultés, ce qui est beaucoup moins logique. Si un ophtalmologue inventait une théorie sur la vision en décrivant le fonctionnement des myopes, tout un chacun comprendrait aisément que c’est une malhonnêteté intellectuelle. Cet ophtalmologue ne serait pas accusé de ne pas être humain envers ceux qui ne sont pas myopes. Quoique ? Dans un monde qui ne réfléchit pas, peut-être. Aussi, que cela se produise dans le monde de la douance, a priori parmi des personnes qui auraient une intelligence supérieure, est une énigme pour moi. A moins que ?

Mais puisque nous sommes dans l’analogie de la vision  : au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

Je rappelle, à toutes fins utiles cet extrait de la conclusion de l’article La pseudoscience des surdoués  »

« Ces légendes noires de la précocité intellectuelle sont diffusées par beaucoup de personnes de bonne foi qui côtoient des surdoués ayant de véritables difficultés. Il ne s’agit pas en effet de prétendre que la précocité immunise contre les problèmes : il existe des surdoués dépressifs, anxieux ou perdant pied à l’école. Lorsqu’une personne est surdouée et souffre d’une difficulté psychologique, il est important de lui venir en aide, mais il ne faut pourtant pas en déduire que la précocité est nécessairement la cause de ses difficultés.

D’autres personnes semblent vouloir répandre l’idée que les surdoués sont des personnes à risque pour des raisons politiques. En clair, c’est en faisant passer la précocité pour un handicap qu’ils espèrent obtenir de l’Éducation Nationale des aménagements pédagogiques pour les enfants précoces. »

On peut relire dans cet article tout ce qu’il s’est déjà passé en début d’année 2017 : Les surdoués atterrés .  et  Responsables mais pas coupables ?

Des lecteurs m’ont avertie ce matin de la publication d’une lettre d’une directrice de collège sur la page Facebook de JF Laurent. Pour ceux qui ne l’ont pas vue , je vais en citer quelques extraits. Elle est visible sur le blog  cheval à rayures qui indique ceci : « Vous trouverez plusieurs articles sur ce blog qui parlent ou du/des livres de Gabriel Wahl ou du courant d’idées qui voudrait que être HP, qui est une chance en soi, soit toujours vécu comme une normalité sans problème: lutter contre la pathologisation du HP, disent-ils. »  malveillance et sans nuance.     Lettre ouverte au Dr Wahl

QUELQUES EXTRAITS /

« J’ai du mal à comprendre que l’on puisse attester qu’ils ne sont pas plus angoissés que les autres, voire moins, lorsque dans la même phrase l’on précise qu’ils ont des tourments métaphysiques et qu’ils mesurent avant les autres les enjeux du bien et du mal. De façon toute personnelle, je me réjouis rarement d’être tourmentée.

Quant au fait qu’ils ne soient pas plus sensibles que les autres mais qu’ils aient plus de talents pour exprimer leur sensibilité, j’y vois un raccourci susceptible de les faire passer pour des comédiens.

Les statistiques réduisant à 1% d’échec au brevet ces élèves-là sont sans doute le fruit du décrochage scolaire tellement plus présent chez eux. Du coup, ils ne se présentent pas, scolarisés à domicile ou orientés sur une voie différente dans les meilleurs des cas. »

OH  j’ai décroché, là, direct.

En voici un autre :

Phrase du texte de la lettre de la principale de collège  : « Vous verrez que la chaîne alimentaire du monde animal les fait pleurer à chaudes larmes, vous observerez qu’il mettent du temps à se remettre d’une dispute avec leur meilleur copain et qu’ils sont bien incapables de faire l’exercice de maths demandé tellement ça les parasite. Jouent-ils la comédie ?  »

La directrice de ce collège ne voit qu’un seul spécimen d’enfants surdoués. Apparemment, cette professionnelle de l’enseignement n’est pas venue voir les miens, et la majorité des enfants surdoués. Elle nous demande de venir voir; c’est sympathique, mais nous avons déjà vu ; j’ai fait un stage dans une école de surdoués lors de ma L3 de psychologie ; une petite fille de 11 ans savait à peine écrire son nom parce que sa très grande dyslexie n’avait pas été diagnostiquée. Devrais-je dire, mais tous les enfants surdoués ne savent pas écrire leur nom à 11 ans ? Je crois que cela ferait rire tout le monde. ou pleurer, c’est selon.

De faux chiffres d’échec scolaire chez les surdoués circulent toujours sans contradiction :

Comme en février 2017, les invectives ne manquent pas de se signaler par leur impolitesse, même d’enfant de 12 ans ; les adultes et professionnels n’étant pas en reste.

 

Soyons pragmatiques :  regardons les chiffres : ANPEIP a 3000 adhérents sur fb , 4472 membres pour le congrès Douance de la semaine dernière avec une blogueuse qui pathologise et qui diffuse la zébritude , à presque 20000…MENSA 3000 membres en France (environ je crois) beaucoup moins qu’à l’étranger d’ailleurs. Certains membres peuvent être dans plusieurs groupes. La grande majorité, plus d’un million de personne en France (2 % qui ont un QI supérieur à 130) ceux qui vont bien, les plus nombreux, ne sont pas sur les réseaux sociaux, pas dans les groupes fb. Je crois que nous pouvons être optimistes : calculs simples : 66 000 000 x 2 % = 1 320 000 => 4 % = 5000 / 1320 000 🙂 (j’ai pris le 5000 comme une moyenne).

Ces 4 % font beaucoup beaucoup beaucoup de bruit ! Ces 4 % envahissent les médias avec leurs hypothèses dramatisantes et négatives, qui ôtent tout espoir aux parents et aux adultes, et empêchent des diagnostics importants pour certains enfants. Ces 4 % peuvent faire ce que l’on appelle en psychologie une menace de stéréotype. Et ils se décrédibilisent jour après jour.

Reprenez vos esprits.

Une voix très rare, il faut bien le dire, pour reprendre les esprits un peu déboussolés :

«  Ce que vous décrivez est la réalité concernant les élèves qui sont scolarisés dans votre établissement et ce que vous leur proposez est indispensable pour eux. Cependant, vous ne pouvez pas en faire une généralité.« 

DES ARTICLES POUR POURSUIVRE LA REFLEXION :

ANPEIP  1995

Haut Potentiel Intellectuel  Un champs de recherche miné  Nicolas Gauvrit 

 

L’hypersensibilité supposée des surdoués

penser différemment à manier avec précaution      Etre très intelligent ne prédispose pas à des troubles psychologiques      

 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

2 Comments pour Les biaiseux

Emilie | 5 octobre 2017 à 11 h 15 min

Eh bien merci Nadine pour cet article. Oui, les hp peuvent bien aller. Oui, hp et réussite (au sens large) ne sont pas antinomiques! Certes mon fils est encore très jeune (6 ans), mais nous avons eu la chance de nous apercevoir très tôt de son avance intellectuelle (à ses 4 ans, lorsqu’il est entré en MS). Car oui, effectivement il s’isolait, rechignait à se rendre à l’école, mais surtout nous avions remarqué son avance intellectuelle. Du coup, sa scolarité a été adaptée dès la maternelle (test en libéral, discussions avec l’école, puis psychologue scolaire) . Alors oui, il s’oppose (comme la plupart des enfants d’ailleurs), il lui arrive de se sentir en décalage, mais c’est un enfant plein de vie, curieux de tout. C’est merveilleux d’avoir un enfant comme ça, qui remet sans cesse l’essence des choses en question. Je pense que oui, un enfant surdoué écouté et compris évoluera tout à fait favorablement. Si l’entourage de l’enfant est attentif, sans trop en faire, juste ce qu’il faut, sans mettre l’enfant sur un piédestal mais en considérant ses besoins en lui offrant un cadre sécure et des limites, l’enfant ne peut pas aller mal (je parle de l’enfant hpi, sans trouble associé). Quand mon fils me dit « maman je suis heureux » je crois effectivement qu’être surdoué, c’est un atout et une chance formidable!

Véronique | 10 octobre 2017 à 18 h 51 min

BRAVO Nadine pour ce très bel article!

«

»