Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Juil/17

17

Des études « farfelues »

Encore une fois, une émission de radio, cette fois la RTBF  radio belge, Tendances 1ère, reprend toujours les mêmes poncifs biaisés répétés, et en rajoute d’autres, et non des moindres, à l’occasion.

https://www.rtbf.be/auvio/detail_tendances-1ere-le-dossier?id=2234709

Présentation de l’émission :

« LE DOSSIER Enfant surdoué et haut potentiel, une analyse de deux auteures et psychologues. Jeanne Siaud-Facchin est l’auteure du livre « L’enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir » paru aux éditions Odile Jacob. Spécialiste reconnue des surdoués, l’auteure a créé Cogito’Z, premiers centres français de prise en charge des troubles des apprentissages scolaires. L’Enfant surdoué est devenu la référence dans son domaine. Au fil des pages, la psychologue clinicienne Jeanne Siaud-Facchin s’interroge sur les différentes façons d’aider l’enfant surdoué à s’épanouir et à mettre à profit ses immenses capacités. Être surdoué, c’est une richesse, mais c’est aussi une différence que les parents et les enseignants connaissent mal. Ce livre s’inscrit comme un guide pratique pour aider un enfant surdoué à s’épanouir. Avec des précisions sur les critères véritables qui font que l’on peut dire d’un enfant qu’il est surdoué. Le second livre « Haut potentiel. Du boulet au cadeau » écrit par Catherine Devreux (éd. Academia, L’Harmattan) souligne le manque de compréhension face aux personnes à haut potentiel. Être HP ce n’est pas être supérieur, meilleur ou plus intelligent, mais c’est avoir un fonctionnement différent, être excessif dans différents domaines. Ce livre a pour but de donner des pistes afin de vivre ces caractéristiques comme un cadeau. Il donne aussi des pistes pour les enseignants et les parents afin d’aider aux mieux ces jeunes.L’auteure est responsable de l’asbl relaxeau, un centre pluridisciplinaire de dépistage et d’accompagnement des personnes à haut potentiel. »

Mais cette fois-ci avec des petits changements, une aggravation pourrait-on dire, de façon assez brutale et inattendue. Comme vers 8 mn  :  « des enfants perdus dans leur tête », rien que cela …  Heureusement que l’émission ne dure que 35 mn.

Les invitées sont Catherine Devreux et Jeanne Siaud-Facchin. On avait eu droit de la part de cette dernière, jusqu’à présent dans de nombreux médias

  • à la  « la vulnérabilité de l’amygdale des surdoués »
  • au  déficit d’inhibition latente des surdoués
  • à l’hypersensibilité des surdoués

Dans cette émission, outre la pathologisation permanente du haut potentiel, il ne reste plus que ce dernier point qui pose problème, les deux premiers étaient inventés.

Mais il est ajouté que « la vitesse de transmission de l’influx nerveux est double chez les surdoués » alors qu’on ne le sait pas exactement ; selon Nicolas Gauvrit, « il existe une publication isolée qui trouve que l’influx nerveux est légèrement supérieur chez les HPI… mais rien à voir avec le double ! »

et « le surdoué pense avec le coeur  » toujours…;

à 20 mn Catherine Devreux dit aux enfants qu’ils sont « zèbres » pour ne surtout pas dire à l’enfant qu’il est « intelligent » ; ce qui est très dommage pour cet enfant et son estime de soi.

On entend de façon assez brutale et inattendue, surtout, que des études scientifiques (que beaucoup considèrent comme) validées et sérieuses sont « farfelues » à 25 MN

JE CITE : « il y a un mythe et des représentations tenaces qui disent que les zèbres sont premiers de classe et…récemment des études un peu farfelues, il faut l’avouer, qui disent que plus on est intelligent, mieux on réussit ; on passe complètement à côté de la réalité de terrain et c’est très embêtant » (je résume).

Mais que font les journalistes ????? Après le terme « nauséabond  » pour qualifier l’article

La pseudoscience des surdoués, qui avait remis un peu de raison dans ce monde débridé de la douance, on a aujourd’hui le terme « farfelues » pour des études internationales sérieuses … Est-il raisonnable d’avoir enlevé ce « 30% d’échec scolaire » inepte, pour le remplacer par d’autres fausses croyances ?

Il est dit à la fin que le haut potentiel n’est pas une pathologie alors que toute l’émission est négative, et totalement biaisée. Et, selon une intervenante, lorsqu’ils sont bien adaptés, c’est pour se faire « aimer ». Catherine Devreux, prend à plusieurs reprises son cas pour une généralité, notamment elle n’a pas trouvé le bureau de la radio, ne sait pas se repérer sur une carte, elle croît que tous les surdoués sont comme ça.

Pourquoi des journalistes ne savent-ils pas identifier les experts en précocité intellectuelle ?

Pourquoi des journalistes laissent diffuser de fausses informations et entretiennent-ils de l’inquiétude au sujet des surdoués inutilement ?

Une autre émission est programmée cette semaine pour les adultes surdoués. Espérons que cette émission fera la part des choses et signalera dès le début qu’il s’agit d’une certaine partie des surdoués dont parlent les deux intervenantes, c’est à dire ceux qui vont mal, voire très mal.

A lire :

.

penser différemment à manier avec précaution

  Etre très intelligent ne prédispose pas à des troubles psychologiques             

La terre est ronde ?

La pseudoscience des surdoués

Haut Potentiel Intellectuel  Un champs de recherche miné  Nicolas Gauvrit

Identification du haut potentiel  Jacques Grégoire

Le déficit d’inhibition latente

Décryptage : vidéo de J Siaud-Facchin (mars 2016)

La précocité intellectuelle : Un handicap bien français ?

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

Un commentaire pour Des études « farfelues »

Bob | 18 juillet 2017 à 14 h 00 min

On retrouve ici un mouvement général de dénigrement de la science qui s’explique pour beaucoup par une recherche de solution à un mal être sociétal. Hélas, cela semble diriger vers un retour à des considerations de l’ordre du mystique ou à une forme de religion moderne, plus proche des sensations que de l’exacte vérité scientifique.
Merci pour votre ténacité et votre lucidité dans cette lutte contre la désinformation et les manipulations associées.

«

»