Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Mar/17

9

Auto-promo sans publicité

Hier c’était la journée de la femme, et je n’ai pas eu l’envie de faire un article sur le sujet.  Pourquoi ?  Parce que cela fait 3 ans que j’ai écrit ce livre  « Des femmes surdouées » et que cela n’a pas intéressé les journalistes des grands médias. Ils préfèrent s’intéresser à Nabila ou à d’autres.

Mais aujourd’hui, regardant la page de ce livre sur Amazon, je m’aperçois que ce livre est numéro 45 dans la rubrique  Psychologie clinique, entre des livres de Freud  « Le malaise dans la civilisation » et de Cyrulnik  « Sous le signe du lien« .

Il est aussi la meilleure vente dans la rubrique  « culture et sociétés » aux Editions du Net, mon éditeur.

Je me dis que, finalement, il y a bien une justice, c’est celle du public et des lecteurs. Je rends hommage aux femmes qui ont témoigné dans mon livre.

 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

2 Comments pour Auto-promo sans publicité

julienselignac | 9 mars 2017 à 16 h 05 min

vous avez bien fait de ne pas écrire d’article alors, car hier ce n’était pas « la journée de la femme » mais bien « la journée internationale des droits des femmes » ceci dit, l’erreur est souvent faite (notamment dans les médias) car ça permet de dépolitiser la question, en faisant de cette journée une sorte de remake de la saint valentin par exemple 🙂
hé oui, que voulez-vous, les médias ont des personnes qu’ils invitent en permanence parce que ce sont de bons clients, comme Onfray ou Zemmour (invités à chaque fois qu’ils sortent un livre sur toutes les radios, télés possibles, c’en est impressionnant vraiment)

Nadine Kirchgessner | 12 mars 2017 à 8 h 57 min

Vous avez raison « la journée internationale des droits des femmes » , mais souvent on abrège.
Pour les médias, il faut avoir un attaché de presse, ce que l’on n’a pas aux EDN, il faut se débrouiller ! Mais , le contenu, les médias, les journalistes qui reçoivent ne lisent pas tous les livres, ils se fient aux habitudes ou aux copinages. Ce qui n’est pas du journalisme, tel que je le conçois.

«

»