Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Mar/17

3

Oubliez le psy

Cet article est paru en 2016, écrit par Margherita Nasi  sur la souffrance au travail.  Il m’a paru très intéressant sur le sujet du burn-out, mais aussi de faire le parallèle avec le monde de la douance.

L’article explique en gros qu’il faudrait plutôt interroger le management et l’environnement de travail plutôt que de médicaliser et d’envoyer les salariés chez le psy. « Le problème n’est pas médical, il est lié au travail ».

On peut exposer exactement les mêmes arguments dans le monde du haut potentiel. Les souffrances de certains surdoués ont été instrumentalisées, médicalisées, voire pathologisées pour au final arriver à ce marasme que dénonce l’article de La Recherche de Franck Ramus et Nicolas Gauvrit.

La pseudoscience des surdoués

blog de Franck Ramus.

Le problème n’est pas médical, il est lié à l’école

L’environnement scolaire n’est pas questionné, les baisses de CP anticipés drastiques ne sont pas questionnées. Non, bien sûr, on préfère dire que c’est l’enfant surdoué, et aussi l’adulte surdoué, qui doit aller voir un psy.

Début de l’article :

« Les risques psychosociaux ont été instrumentalisés et ont masqué l’enjeu politique des conflits en entreprise, selon la psychologue du travail Lise Gaignard. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/01/24/soufrance-au-travail-oubliez-le-psychologue_4852707_1656994.html#5yqdmgSwdlxi03QK.99 »

pour lire l’article  cliquer sur   Souffrance au travail  oubliez le psychologue

 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

Un commentaire pour Oubliez le psy

Camus.F | 12 janvier 2018 à 19 h 35 min

Article vraiment intéressant.Je fais le parallèle aussi avec le livre de Jean Maisondieu La fabrique des exclus.On a demandé à ce grand psychiatre de soigner des gens qui n’ont pas de pathologie mais qui meurent  » d’autruicide » concept qu’il explique avec le fait de tuer l’autre symboliquement en ne le regardant plus.De les désigner comme exclus c’est le début de la fin c’est nier leur identité conséquence délétère sur ces personnes qui à partir de la perte de leur travail sont pris dans le filet de l’exclusion.Donc désigner le haut potentiel comme un trouble,un handicap,est forcément toxique alors qu’à la base c’est une chance,un atout.

«

»