Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Nov/16

17

Surdoué et heureux : c’est possible ! de L Desmottes

surdoue-heureux-_

 

Alors, comme promis, j’ai lu le livre de Laurent Desmottes

Enfin un livre positif sur le sujet du haut potentiel.  Il décrit toute son histoire à la lumière de ses tests passés à l’âge adulte. Comme souvent, comme beaucoup d’adultes qui ont peut-être appris l’existence de la douance par ce biais, il cite le livre de J Siaud Facchin comme étant excellent. Comme souvent, les gens ont l’impression d’être redevables à ce livre, alors qu’Arielle Adda avait déjà tout écrit sur les adultes surdoués bien avant. C’est pourquoi il décrit le haut potentiel comme étant aussi une intensité dans les émotions, mais ce n’est pas sa définition internationale.

J’ai beaucoup apprécié son récit d’école, parce que l’on comprend bien comment les professeurs ont su valoriser l’élève Laurent Desmottes, et donc l’enfant. C’est  ce qui sans doute a créé son envie de réussir et n’a pas gâché son envie d’apprendre, et toute sa vie. L’on comprend bien que c’est ce qui fait toute la différence. Les parents laissaient aussi une très grande liberté. On peut dire qu’il a été un enfant gâté de ces points de vue !

Il décrit tous les petits faits de sa vie, divers et variés, vus par un petit garçon, avec une belle écriture, et c’est très plaisant.

Puis vient l’adolescence.

A la page 42 j’ai failli stopper ma lecture car il est écrit « ma pensée arborescente »… je me dis qu’il aurait pu éviter de tels poncifs zébresques fumeux. Mais j’ai continué.

Ce n’est qu’à la page 69 que l’on apprend qu’il a une fiancée, car il est vrai que depuis le début du livre, on ne savait rien sur le plan affectif. On croyait qu’il passait sa vie à travailler, vie monacale en prépa, pas de sorties, de boums, de mobylette, etc… ?

Puis il continue sa vie étudiante, stages, on apprend beaucoup sur les concours, les rouages des grandes écoles.

Il choisit enfin l’enseignement.

Les pages  « adultes » sont aussi très intéressantes. Dans ses pages « enfance » je n’avais pas pu m’identifier parce que n’ayant pas eu la même enfance sereine, je ne m’y retrouvais pas du tout, sauf pour l’école. Jouer aux petites voitures jusque l’âge de 13 ans était si éloigné de ma réalité d’ado que j’en ai été perplexe.

Mais dans le chapitre  « un cerveau hors norme », il en va tout autrement ! Je m’y retrouve complétement, dans le côté « pragmatique » de la vie en général. Et je pense que beaucoup d’adultes reconnaîtront leurs capacités à évoluer dans la vie en évitant les pièges.

p99 cela se re-gate un peu car il reparle de la pensée arborescente, j’aurais préféré qu’il emploie le terme exact de pensée divergente, mais bon, je ne suis pas l’auteur de ce livre ! Je suis lectrice ! Toutes les ramifications de la pensée divergente sont bien expliquées. Et il emploie ce terme de pensée arborescente jusqu’à la dernière page …

p107  « je donne l’impression de passer du coq à l’âne » ça c’est quelque chose que l’on me dit souvent ! Surtout mes enfants…

J’ai bien aimé la fin du livre à partir de la page 123, même s’il emploie souvent le terme « arborescence ». Je me retrouve complètement dans bien des cas exposés, dans le bricolage, les réunions de syndics de copropriété.  « j’appuie là où cela fait mal » c’est très exactement ce que mon mari me dit toujours ! Comme Laurent, je relève facilement les incohérences, je le dis, et cela, on ne me le pardonne pas !

p135  il cite le « manque d‘inhibition latente » qui est un vraie « fausse croyance ». J’en parlerais un de ces jours dans un article. D’ailleurs tout son livre et sa vie nous montrent que ce déficit n’existe pas chez la plupart des surdoués, puisqu’il sait parfaitement extraire toutes les informations pertinentes pour faire ses choix.

La toute fin du livre tente de nous expliquer comment être heureux, ou plutôt comment Laurent est heureux. Ce n’est pas inintéressant, bien sûr, mais il faut bien prendre en compte qu’il a été particulièrement gâté par la vie dans son enfance, et il en a tout à fait conscience.

Je recommande ce livre très positif, comme j’aime la positivité sur ce site.

Un livre qui donne la forme , dans ce mois de novembre pluvieux, par son écriture endiablée !

Un livre qui nous montre que les surdoués peuvent être des gens heureux !

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

2 Comments pour Surdoué et heureux : c’est possible ! de L Desmottes

Sandrine | 18 novembre 2016 à 20 h 27 min

Parfait, un livre heureux sur le sujet!!
J’ai l’impression au final que tout vous a semblé positif dans ce livre à part cette vieille dent contre la pensée « arborescente »? A vrai dire, je ne sais pas si ça vaut le coup de partir en guerre contre ce terme qui reste quand même très parlant. La seule critique qu’on puisse faire, à mon sens, c’est plus dans son utilisation que dans son choix. Comment penser qu’il y a des gens pour être purement linéaires ??? Ou bien qu’on ne puisse pas maitriser la navigation parmi les branches ainsi créées…
Fin bref, rien qui empêche au final de le prendre de façon positive aussi, comme ce livre 😉

Nadine Kirchgessner | 24 novembre 2016 à 12 h 50 min

Bonjour Sandrine, vous avez raison, ce livre est très positif. C’est pourquoi je n’ai pas compris l’emploi récurrent du terme arborescence. Car il ne s’agit pas d’une vieille dent… c’est uniquement la définition qui est importante. Pour son auteure, dans le domaine qui nous occupe, le haut potentiel, l’arborescence est négative. C’est ce que les gens en général ne savent pas ou ne comprennent pas. Je pense que l’auteur, Laurent Desmottes ne le savait pas en réalité, et il a trouvé, comme vous que c’est un « bon mot ».

Et cet auteure ajoute (vous pouvez écouter les vidéos nombreuses) et assure que les surdoués ne savent pas « hiérarchiser leurs idées »… ce qui évidemment est archi faux, et Laurent Desmottes nous le prouve bien tout au long de son livre. Il est hyper organisé dans ses cours, dans ses corrections de copies, dans tout ! Comme beaucoup de surdoués, d’ailleurs.

Vous demandez si cela vaut le coup de « partir en guerre » ? bien évidemment OUI Puisque c’est tout cela qui a créé ce que j’ai appelé la « pathologisation de l’intelligence » et ce qui fait que l’on ne comprend plus rien actuellement au sujet du haut potentiel !

https://www.youtube.com/watch?v=27zQ9gMiETo

«

»