Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Juin/16

17

« les enfants très stimulés »


institutrice maternelles par nado1244

Je retrouve ce matin cette vidéo ancienne parce que je me suis souvenue de cette enseignante que j’ai cru reconnaître aux Maternelles sur France 5, que j’ai regardé ce matin (elle passait au début de l’émission) en prenant un petit café. Surprenant, alors j’ai recherché la vidéo.

Elle présentait un livre qu’elle vient d’écrire sur ses 30 ans de carrière. Je la place sur mon site, même si je m’étais dit que je ne montrerai plus les videos que j’ai encore en réserve…

Je crois qu’elle date du début des cycles instaurés par l’EN, donc il y a plus de 15 ans. Elle est en noir et blanc, problème que je n’ai toujours pas résolu ! Mais l’important est le contenu. Mais je la place parce que j’ai discuté hier avec une maman très soucieuse de son fils qui a une histoire similaire au petit Nyl.  Je crois que cette vidéo va l’aider !  Comme elle peut aider tous les parents qui s’interrogent sur les sauts de classe, et surtout le saut de la GS de maternelle, c’est-à-dire le CP anticipé.

Faire la part des choses entre « les enfants très stimulés » et les autres… Cette enseignante niait le phénomène des enfants intellectuellement précoces. Elle ne connaît pas du tout notamment le phénomène des enfants précoces qui ne montrent pas leurs capacités à l’école. Certains sont comme cela ! Pour cette enseignante, un enfant « intellectuel » ou « sur stimulé » est un enfant qui ne joue pas ! J’aurais plutôt une toute autre approche. Les enfants surdoués (en tous cas les miens et moi-même) jouent beaucoup plus, le plus souvent, puisqu’ils passent moins de temps à travailler ! Pour certains, lire, c’est jouer !

Son livre « Trop classe » interpelle le sujet des enfants défavorisés dans les classes. C’est un phénomène que je connais bien, ma mère a enseigné durant 40 ans dans une école défavorisée.  Ma mère enseignait à des enfants qui habitaient dans des sortes de bidonvilles qui étaient bien pires que ce que l’on nomme aujourd’hui « les quartiers  de banlieue ». Cela ressemblait à ce que l’on voit aujourd’hui à la jungle de Calais. Elle ne laissait aucun enfant quitter son CM2 sans savoir lire. Il me semble important de savoir que le haut potentiel existe dans toutes les classes sociales, et c’est justement dans ces classes qu’il faut les reconnaître ! Comme Camus par exemple, qui a été soutenu par son instituteur, qui avait décelé de grandes capacités.

Dans son livre, la question de l’autre est soulevée  mais accepter l’autre « intellectuellement précoce » semble bien impossible … Une question d’humanisme, avez-vous dit ? Ne pas avoir d’idées préconçues, dîtes-vous ? Absolument !  Mais Véronique Decker, vous soulignez bien qu’on « entre au CP à 6 ans »… Humanisme envers les pauvres, humanisme envers tous les enfants ?  Et les enfants pauvres et intellectuellement précoces ?

 

trop classe

Présentation de l’éditeur

« Je m’appelle Véronique Decker. Depuis plus de trente ans, je suis institutrice. Et depuis quinze ans, directrice d’une école élémentaire à Bobigny : l’école Marie-Curie, cité scolaire Karl-Marx. À part sa localisation au pied des tours et au coeur des problèmes, notre école présente l’intérêt d’être une école « Freinet » où, dans le respect des règles du service public, nous pratiquons une pédagogie active, fondée sur la coopération. Même si l’expérience, parfois, peut me dicter des silences provisoires, je ne suis pas réputée pour mon habitude de me taire. »

De Zébulon à Zyed et Bouna, sans oublier Albertine et Mélisa, N’Gwouhouno ou Yvette… du syndicat à la pédagogie de la « gaufre », des Roms à la maman sur le toit, Véronique Decker éclaire par petites touches le quotidien d’une école de « banlieue ». Au fil de ses billets, il est question de pédagogie, de luttes syndicales, de travail en équipe, mais surtout des élèves, des familles, des petits riens, des grandes solidarités qui font de la pédagogie un sport de combat… social. De l’autre côté du périph. Trop classe !

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/03/02032016Article635924991425868071.aspx

http://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/l-emission/533-veronique-decker-et-oscar-van-rompay-c-est-qui-l-autre-237631

Les Maternelles 17.06.2016

Le saut de classe

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

Un commentaire pour « les enfants très stimulés »

Emilie | 17 juin 2016 à 14 h 03 min

Bonjour, ce qui me choque dans les propos de cette institutrice, c’est cette phrase: « il est difficile à savoir pourquoi un enfant décide d’investir les apprentissages »… Je suis un peu perplexe. Je ne savais pas que l’on pouvait décider ou non d’avoir une appétence pour apprendre. Si je décide de devenir intelligent je le deviens??? Pas si simple… Evidemment la question est toute autre et aujourd’hui (le noir et blanc n’aide pas et pourtant on a bien l’impression que les propos de cette enseignante datent des années 50!)on reconnaît tout de même le haut potentiel. J’espère que cette enseignante acceptera de reconnaître que certains enfants naissent avec des aptitudes particulières, qu’ils n’ont pas choisi ou décidé d’apprendre et qu’ils ne sont pas non plus sur stimulés à leur maison…

«

»