Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Oct/15

27

L’intelligence humaine de Franck Ramus

C’est avec plaisir que je partage avec vous cette vidéo de Franck Ramus.

Toute la vidéo est passionnante , mais vers 1h 25 ! encore plus !  (il faut attendre un peu que cela télécharge et recliquer

le début est moins audible que la fin)

Il répond à une question sur le prétendu « échec scolaire des enfants surdoués » à

30 %  (on peut même lire parfois plus…) et sa réponse est sans appel

« c’est un mythe » et il explique pourquoi avec de vrais arguments scientifiques.

Cela rejoint mes articles     climat                   bilan                      bilan positif                        l’esprit scientifique

et la vidéo de Nicolas Cauvrit              contre les idées reçues

et le livre de Gabriel Wahl              les enfants intellectuellement précoces

Franck Ramus est directeur de recherches au CNRS, au Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique, Département d’Etudes Cognitives, Ecole Normale Supérieure à Paris.
Ses recherches portent sur l’apprentissage du langage par l’enfant et ses troubles (dyslexie développementale, trouble spécifique du langage, autisme).

Il a notamment travaillé sur la dyslexie et est auteur d’un chapitre du PUF

Chapitre 8 de J. Ecalle, A. Magnan et F. Ramus intitulé « Apprentissage de la lecture et ses troubles » du Manuel de psychologie du développement, Editions PUF.

quelques articles :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/03/27032014Article635315024444467058.aspx

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/03/31032014Article635318475992633667.aspx

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

5 Comments pour L’intelligence humaine de Franck Ramus

Sébastien Lemoine | 9 septembre 2016 à 2 h 33 min

Sur le sujet de l’intelligence, le talent et les potentiels, je vous envoie plutôt aux travaux d’Yvez Richez. Il intéresse aussi bien le management que l’éducation dont la psychologie complexe. Il est trouvable sur le net (facebook, TalentReveal, youtube entre autres). Il est en train de finir un livre sur le sujet de sa thèse universitaire. Il sortira aux éditions ISTE dans le courant de l’année 2016. Son étude est une mise à jour et un dépassement (Hegel), une déconstruction (Richez) de la théorie des intelligences multiples d’Howard Gardner. Je nomme le cadre de son étude : théorie du talent, de l’émergence et de l’actualisation des potentiels.

Il n’emploie pas le terme d' »intelligence », cette conception greco-romaine inexistante en Chine, mais « Mode Opératoire Naturel » (MoON). Sa comparaison de terrain et historique entre le monde occidental et asiatique sur son objet d’étude met en lumière et met en oeuvre la dialectique selon la lignée scientifique d’Hegel : http://wikirouge.net/Bibliographie_sur_le_mat%C3%A9rialisme_dialectique#Le_renouveau_dialectique_en_science . La dialectique chinoise (Yi King – cf François Jullien) est analogue à la dialectique de ce que je nomme la lignée scientifique d’Hegel.

La méthode expérimentale, de par la preuve », empirique pur ou pragmatique pur de Frank Ramus conduit à des aprioris. Il fait de la mesure un a priori. Il confond également évaluation et mesure.

Les promoteurs de ces méthodes mettant en oeuvre la mesure a priori détestent la dialectique. D’où leur rejet et leur totale incompréhension de la psychanalyse (Freud) et de la psychologie complexe (Lev Vygotski, Henri Wallon, le vieux Piaget) soit des domaines usant des méthodes type historique (Stephen Jay Gould) ou d’observation pure (Henri Wallon), ou de terrain (Maurice Mattauer) ou du passage de l’abstait au concret (Karl Marx, Alexandre Zinoviev). Or, ce sont ces méthodes qui donnent le cadre théorique à la mesure.

De ce fait une mesure (expérimentation, observation de mesure) est scientifique à condition qu’elle est a posteriori soit jugé logiquement (évaluer) dans un cadre théorique (Alexandre Zinoviev, 1964).

Sinon, si la mesure est a priori comme pour les tests du Qi ou la classification DSM, on tombe dans les aprioris et les préjugés qui conforment ainsi l’idéologie de domination. Au lieu d’avoir une représentation complexe du concret réel, on a une hiérarchisation des choses.

Or, la théorie d’Yves Richez détruit les conclusions des domaines dont le cognitivisme et la psychologie scientifique qui font ce que je nomme de la mesure a priori et qui conduise à une hiérarchisation et des superlatifs (haut potentiel, surdoué, hyperactif …etc). Les résultats de ces domaines techniques sont à replacer dans le cadre théorique de la psychologie complexe (Freud, Vygotsky, Wallon, le vieux Piaget) et d’Yves Richez. Ce qui confère de nouvelles conclusions en total opposition avec les conclusions issues de la mesure a priori. Mais qui caractérise au plus prés le concret réel soit l’objet d’étude.

Nadine Kirchgessner | 15 septembre 2016 à 7 h 57 min

Bonjour Sébastien, si vous placez sur un même plan Freud et Piaget, évidemment … Si vous pensez que la psychologie cognitive rejette la psychologie « tout court » évidemment …Si vous pensez que l’intelligence et le haut potentiel n’existent pas, évidemment… Nous ne pourrons pas débattre.
Je vous conseille de lire « Le gai savoir » de Nietzche . Seul point positif dans votre intervention : la déconstruction de la théorie des intelligences multiples d’Howard , théorie qui n’en est pas une
http://planetesurdoues.fr/index.php/2016/03/23/les-intelligences-multiples/
Je vous conseille d’écouter Nicolas Gauvrit à ce sujet :
http://www.scepticisme-scientifique.com/episode-329-les-intelligences-multiples-de-gardner-nicolas-gauvrit/

Sébastien Lemoine | 28 septembre 2016 à 16 h 15 min

(1) Freud et Piaget sont à revoir d’un point de vue dialectique soit selon leur propre regardé/pensée. Leur stade de développement se consilie (sic). Ils utilisent le vocabulaire de leur domaine mais ça ne s’oppose pas. Ca s’affine réciproquement. Par ailleurs, contrairement aux critiques Freud ne rejette pas le biologique. Et, Piaget après guerre ira de plus en plus vers un regardé/pensée dialectique et complexe (le multiple) se rapprochant de Lev Vygotski et de Henri Wallon. Mais, on le laisse toujours dans sa première pensée/regardée linéaire et unilatéral (l’unique).

(2) Sur les intelligences multiples : « Aujourd’hui cette théorie est confirmée par les études récentes en neurosciences »
=> https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-11-mars-2015?fb_action_ids=1202553843093742&fb_action_types=og.recommends

Une déconstruction n’est pas une destruction mais un dépassement dialectique (selon la lignée scientifique d’Hegel).

J’ai déjà écouté la vidéo de Gauvrit. J’en ai posté un même commentaire que ci-dessus.

(4) La psychologie cognitive (domaine de la mesure) par son application techniciste rejette la psychologie complexe (domaine de la contemplation) avec son abstraction. Ca confond aussi la mesure et l’évaluation. Lorsque ça parle d’évaluer, l’en enjeu en est la mesure. Or, évaluer n’est pas mesurer de manière a priori.

La mesure a priori conduit à des conclusions fausses tout en rejetant les résultats de la psychologie complexe. Pourtant, leurs résultats empiriques les valident.

C’est le cas de « la méthode globale » dont ça va conclure à la « supériorité de la syllabique » (B.A, B.A => BA) ou la soutenir. Pourtant la globale (BA B.A) et les processus d’abstraction ont été mis en lumière dans les résultats de l’expérimentation. Par méconnaissance ou dénie de l’histoire, les ingénieurs du mental vont aussi amalgamer la « méthode idéovisuelle » dite méthode de lecture globale (BA, BA => BA et B.A => BA) initié par Foucambert dans la période post-68 avec la « méthode globale » initiée par Decroly mais qui représente globalement la stratégie des divers écoles de la Pédagogie Nouvelle.

On se retrouve avec des conclusions fausses pour des résultats justes. Ca marche donc sur la tête.

(4) C’est le cadre théorique qui permet d’évaluer ou de juge logiquement les résultats de la mesure. Dans ce cas la mesure est a posteriori. Comme on l’a vu, une mesure a priori conduit à des conclusions fausses tout en rassurant l’idéologie hégémonique.

En faite, ce ne sont pas les neurosciences qui confirment la théorie des intelligence multiples. C’est la théorie qui permet d’encadrer les neurosciences qui ne font qu’affiner la théorie.

Sans héliocentrisme de Copernic, il n’y aurait pas eu de modélisation par Keppler et pas de Newton. Sans théorie de la dérive des continents de Wegener, il n’y aura pas eu de modélisation de la tectonique des plaques.

Depuis les années 1990/2000 soit depuis la révolution numérique, les administrateurs veulent substituer le marteau du géologue (terrain et histoire) par l’ordinateur (mesure et technique).

« Aujourd’hui, suite à des directives émanant des hautes instances scientifiques, il est bon ton de jeter le discrédit sur la « géologie historique » et la « géologie de terrain ». Il est vrai que la tentation est grande de limiter les mesures physiques à une « Terre instantanée ». Certains sont allés jusqu’à écrire que l’ « ordinateur a remplacé le marteau du géologue ». »

=> Préface in Gall, J.-C. (2002). Les métamorphoses de la Terre (112 p.). Vuibert, Maurice Mattauer, éd. Vuibert, 2002, partie Préface, p. 10

(5) On retrouve la même chose dans tous les domaines de la science dont en psychologie. En reniant la psychologie complexe, la psychologie dite scientifique (ultra-empirique, dite de « démarche scientifique ») conduit à des conclusions erronées rassurant ainsi l’idéologie hégémonique comme le cas du Qi, de la DSM-5, de la méthode syllabique … etc; Ou alors à des conclusions justes comme pour les différences Hommes/Femmes mais qui sans cadre théorique – donné par la psychologie complexe que ça renie – ne peut pas convaincre. Mais, je soupçonne aussi que leurs conclusions justes sur ces différences rentrent plutôt dans leur cadre idéologique que dans le cadre de la science. De ce fait, « La démarche scientifique » ne fait pas une pensée et une conclusion scientifique.

(6) Sinon, l’intelligence est une invention occidentale qui perdure depuis l’antiquité. Elle n’existe pas en Chine.

On peut parler de potentiel mais on ne peut le mesurer, mais seulement l’évaluer dans un cadre théorique donné. C’est tout le travail d’Yves Richez depuis 13 ans.

Considéré comme intelligemment inférieur, on l’a orienté en CAP mécanique. Il a été un temps gendarme. A 26 ans, il a cherché un maître dans le Kun-Fu qui va lui amener vers le coaching et le mentorat. Il va ainsi théoriser, conceptualiser son expérience et ses expérimentations. Il en a créé une entreprise Talentreveal : http://www.talentreveal.com/blog/conference-innovation-pour-la-detection-des-talents-metz-2016 . Il a soutenu sa thèse devant jury en avril 2016.

Selon moi et surtout d’un point vue méthodologique, ce que je nomme « sa théorie du Talent, de l’émergence et l’actualisation des potentiels » va bouleverser pas mal de chose sur le sujet notamment en psychologie, en éducation, en management. Ca serait plus que dommage de le louper ou de ne la pas suivre. Surtout pour des personnes intéressées par le potentiel. Yves Richez est en train de finir un livre sur le sujet de sa thèse qui sortira aux éditions ISTE dans le courant de l’année ou en 2017. Donc à ne pas rater.

Nadine Kirchgessner | 4 octobre 2016 à 14 h 08 min

Sébastien, la psychologie cognitive ne rejette pas la psychologie complexe, ce n’est pas exact.
Pour la méthode globale, le constat est facile à faire : regardons comment écrivent les jeunes générations (moins de 30 ans environ ) qui ont malheureusement subi cette méthode. Le résultat est alarmant. Inutile de faire de grandes études pour observer cela, chacun peut le faire.
Réécoutez la vidéo de Gauvrit. La psychologie cognitive intègre les différentes formes d’intelligence (langagière, visuo-spatiale etc…

Sébastien Lemoine | 17 juin 2017 à 3 h 31 min

Bonjour,

Je vous signale l’arrivée du livre d’Yves Richez, « Détection et développement des talents en entreprise » aux éditions ISTE : https://iste-editions.fr/products/detection-et-developpement-des-talents-en-entreprise .

Je peux affirmer d’un point de vue méthodologique qu’il dépasse dialectiquement les études psychotechniques sur l’intelligence, le potentiel et le talent. Ce qui sous-entend qu’il englobe naturellement les résultats de la psychologie scientifiques tout en abolissant les aprioris des conclusions.

Il se consilie (de consilience de Whewell et SJ Gould) sans le faire exprès à la psychologie complexe d’Henri Wallon où « On ne saurait distinguer l’intelligence de ses opérations. » et à la psychologie expérimentale de Renée Zazzo sur la réalité des intelligences.

Pour plus d’explication sur cette consilience, je (Le Spectre) vous envoie à mes 4 commentaires sur https://www.scepticisme-scientifique.com/episode-329-les-intelligences-multiples-de-gardner-nicolas-gauvrit/.

Bien que son livre cible l’entreprise il touche plus largement le management dont l’éducation, et la pédagogie.

D’autre part voici ce qu’est la « méthode globale » : http://regard-scientifique.monsite-orange.fr/page-58a87f1ca5eec.html (non finalisé, non corrigé).

C’est simplement la méthode scientifique appliquée par le professeur à la pédagogie et pratiquée par les élèves en mutualité avec le professeur.

Cf aussi mon schémas de la Méthode et du regard/de la pensée scientifique : http://regard-scientifique.monsite-orange.fr/page-58af7e9949cda.html où l’on perçoit aussi le sens de l’apprentissage : de la sphère de la contemplation à la sphère de la mesure en passant par un jugement logique (Alexandre Zivoviev) ou une évaluation (Yves Richez).

Et ce que j’entends par évaluation je (Sébastien L.) l’ai dit ici : https://www.charmeux.fr/blog/index.php?2017%2F06%2F09%2F317-l-ecole-en-marche-arriere .

La mesure dont les indices biologiques, pschologiques et sociologiques sert en définitif à représenter le concret réel de façon simplexe comme le démontre également Yves Richez par la culture chinoise et comme l’use l’école Decroly (Amélie Hamaïade).

Or, la psychologie scientifique fait un autre usage de la mesure afin de sélectionner et de hiérarchiser. Ce qui conduit à des erreurs catégorielles qui ne font qu’assurer les idéologies d’exploitation. Ça légitime en définitif les inégalités au détriment de la disparité des modes opératoires et de leur potentialisation.

Ça serait terriblement bête de rater cette révolution éducative et pédagogique qui s’opère sous nos yeux par ce que je nomme la « théorie du talent, de l’émergence et d’actualisation des potentiels » d’Yves Richez.

Cordialement,

S.L.

«

»