Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Sep/15

7

Mon étude sur le haut potentiel 2015

Aujourd’hui, je place de très larges extraits (surtout les résultats) de mon étude sur le haut potentiel dans la page étude. Elle est intitulée « Incidence du passage anticipé au CP sur la réussite académique ultérieure chez les personnes à haut potentiel intellectuel ». Les résultats vont dans le sens des études internationales; les personnes à haut potentiel de l’échantillon présentent une réussite académique d’obtention du Bac , qu’elles aient ou non eu le passage anticipé du CP. Mais en post-Bac, le groupe CP anticipé obtient plus de diplômes de plus de Bac +5. J’ai ôté quelques pages parce que le contexte théorique est très long, aussi j’ai préféré ne laisser que le résumé du contexte théorique. Il y a 33 pages tout de même  et 11 graphiques!

J’ai préféré me concentrer sur les résultats sur le site. Je sais qu’il y a des biais et des limites à cette étude, comme dans toute étude, je les connais, et je les ai décrits, mais on ne pourra pas dire qu’il y a 30 % d’échec scolaire dans cette population de hauts potentiels.
Je sais que m’être centrée sur les  QI> 130  va pouvoir être reproché mais j’ai dû prendre ce seuil pour que cela soit une étude scientifique. Je sais bien sûr que certaines personnes « ratent » les tests de QI à cause de l’anxiété et sont tout de même à haut potentiel. J’ai vérifié tous les tests de QI des participants qui sont tous à QI>130. Pour le recrutement des participants, j’ai fait appel à plusieurs sources. Il est difficile de trouver des participants pour une étude, 125 personnes ont répondu à mon appel et c’est déjà énorme. Je remercie encore les participants. Je ne pouvais pas prendre les personnes à haut potentiel au hasard, c’est ce qu’il faudrait faire dans une étude statistique. En pratique c’est très difficile, parce qu’il y a 2.5% de la population qui est à haut potentiel. Pour n’avoir qu’environ 20 personnes à haut potentiel, j’aurais dû faire passer un WAIS à 1000 personnes prises au hasard…Alors pour en obtenir125…c’était impossible.
Cette étude pourra « peut-être » faire réfléchir plusieurs personnes qui diffusent encore et toujours cette « information » fausse : entre guillemets « il y aurait 30 % d’échec scolaire dans la population des hauts potentiels »…
Parfois on entend même jusque 60 ou 70 % d’échec…dans des articles, des émissions de télé ou radio, des sites, des blogs, des livres. Certains font croire que le haut potentiel serait un trouble d’apprentissage…
On peut prendre le parti d’en rire, (ou d’en pleurer), j’ai préféré faire une étude sérieuse et universitaire, avec certes, des lacunes. J’espère que les parents auront moins  peur d’élever des enfants à haut potentiel en voyant ces chiffres , plus proches de la réalité.

Dans l’étude, 28 participants sur 125, soit 22,4%, sont allés au CP anticipé.

Les résultats indiquent que l’effet du CP anticipé sur la réussite au Bac est peu influent, car la réussite au Bac est très flagrante pour tout l’échantillon, plus de 92% de réussite au Bac. Les personnes à haut potentiel réussissent plutôt bien, voire très bien leur scolarité. Beaucoup ont de très belles réussites universitaires. On compte beaucoup de Bac+5 et plus de Bac+5 (58.4%). Une proportion élevée (75 %) est satisfaite de sa scolarité dans l’ensemble sur l’échantillon entier.

Pour ceux qui voudraient lire le mémoire en entier, me contacter par mail : kirchges@live.fr

Pour lire les extraits de l’étude cliquer sur étude

 

 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

2 Comments pour Mon étude sur le haut potentiel 2015

lise | 8 septembre 2015 à 7 h 29 min

Bonjour,
De quel milieu social proviennent les personnes interrogées dans l’enquête et à quel âge ont-elles été testées ?
Il me semble que cela a une forte incidence sur les statistiques de réussite scolaire et le niveau d’étude.
Par avance merci de vos réponses.

Nadine Kirchgessner | 8 septembre 2015 à 7 h 40 min

Bonjour Lise
les personnes interrogées ont été testées à 34 ans en moyenne, assez tard, en fait . très peu ont été testées dans l’enfance. elles proviennent de tous milieux sociaux, mais il n’y a pas eu de questions précises sur ce sujet.je pourrai approfondir cette question mais le questionnaire était déjà long!

«

»