Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Mai/15

30

Informer l’enfant/ado de son haut potentiel ?

Une question m’a été posée par mail, je la trouve très pertinente et essentielle et je vais écrire un article court là-dessus pour en faire profiter d’autres. Comment Informer l’enfant de son haut potentiel. Déjà il faut se poser la question « faut-il l’informer ? » A mon avis, oui. Sans prendre mon cas pour une généralité, j’ai pu observer les méfaits de cette méconnaissance de son haut potentiel auprès d’adultes « qui ne savaient pas ». J’ai pu l’observer aussi à trois reprises que cela était bénéfique pour mes enfants.

Informer mais Comment ? Cela dépend de l’âge, et il ne faut SURTOUT pas en faire toute une histoire. Ne pas discuter de cela toute la journée et à tout bout de champs. Style « ah , c’est parce que tu es surdoué » , s’il fait une bêtise ou s’il a eu un 18 à l’école.

Pour un enfant jeune (<7ans-8 ans) , on peut dire qu’il apprend plus vite que les autres, et que les autres ne sont en aucun cas « bêtes ». Bien sûr, ne pas informer du niveau de QI, surtout s’il y a des frères et sœurs qui ont été testés, pour éviter les comparaisons intempestives et dommageables.

Pour un adolescent, on peut expliquer plus avant, et il le faut, car les ados vont sur le net y puiser des explications qui parfois sont douteuse ou excentriques. Dans le cas où le parent ne se sent pas expert, il faut se faire aider par le/la psychologue qui a fait passer le test. Toujours sans donner le « chiffre » qui est un peu fluctuant et donné par les professionnels dans un intervalle de confiance.

Si l’enfant ou l’ado a une hypersensibilité, on peut (doit) leur apprendre à en faire une force. La sensibilité n’est en aucun cas un défaut.

L’important, selon moi, est que l’enfant ou l’ado sache qu’il est à haut potentiel. C’est tout simple !  (hum)

définition     raisonnement divergent et raisonnement convergent     Douance dans la fratrie A Adda    Bleuenn      Témoignage d’une THQI dans parcours

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

4 Comments pour Informer l’enfant/ado de son haut potentiel ?

sam | 31 mai 2015 à 22 h 49 min

Merci pour cet article et pour vos conseils !
Depuis, nos deux aînés ont appris qu’ils étaient HP sans que leur QI ne leur soit révélé. Ils ont été très attentifs aux commentaires de la psychologue et très demandeurs d’informations complémentaires ensuite. Et maintenant, cela fait partie de notre vie, sans en faire tout un plat mais cela leur permet de mettre des mots sur des difficultés ou des incompréhensions de l’autre parfois.
Et ça nous aide à en prendre mieux soin.

Nadine Kirchgessner | 3 juin 2015 à 17 h 47 min

Vous aviez écrit qu’ils étaient en cours de tests sur cet article, je me souviens
http://planetesurdoues.fr/index.php/2012/08/28/epuisement/
Comme cela, vous avez eu l’attitude « raisonnable » qu’il faut avoir : ne pas en faire tout une histoire. Et surtout, j’aurais dû ajouter dans l’article, ne pas en faire un « malheur » comme on le lit trop souvent dans des articles. C’est une chance ! En tous cas, vos enfants ont un père très « intelligent » et la maman aussi !
Comme vous l’écrivez : cela fait partie de notre vie.

Patricia | 4 juin 2015 à 12 h 36 min

Bonjour,

merci pour cet article qui me conforte dans ma position.

Mon fils sait qu’il est à haut potentiel mais ne connait pas le chiffre.
Il est encore jeune (8 ans).

C’est la psychologue qui lui a révélé en utilisant la métaphore du bocal rempli de perles rouges (beaucoup), bleues (peu) et argentées (rares).

Cette méthode est certes critiquable mais mon fils a compris et il n’a jamais eu d’attitude condescendante vis à vis des autres. Bien au contraire, il est très conscient de ses faiblesses.

Le jour où il demandera le chiffre exact, on lui donnera.

De toute façon, je pense qu’il n’a pas vraiment d’importance.

Ce qui importe davantage, c’est la cartographie cognitive de soi-même par rapport aux autres mais surtout par rapport aux objectifs que l’on vise.

Nadine Kirchgessner | 10 juin 2015 à 7 h 48 min

surtout que ce n’est pas « un chiffre exact », c’est un chiffre statistique, un rang, et les enfants et les adultes non professionnels ne peuvent se le représenter. Cela n’est pas une mesure exacte de l’intelligence.

«

»