Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Mai/14

5

La psychanalyse et les surdoués

La psychanalyse et les surdoués

La psychanalyse (ses fondements et ses résultats) est mal connue en général du grand public, et même lorsque je dis que j’ai étudié la psychologie, certains pensent de suite psychanalyse, alors que cela a vraiment peu à voir. La psychanalyse serait une sous-branche de la psychologie, et dans certaines universités françaises, elle est encore malheureusement enseignée comme une matière à part entière. En 2014, cela parait surréaliste.  La psychologie générale est l’étude des comportements humains et étude du fonctionnement du cerveau, pour la neuropsychologie plus précisément. La psychologie étudie entre autre le développement du petit humain. La psychologie clinique étudie la psychopathologie, la psychologie sociale étudie les comportements de l’individu dans la société. Vous l’aurez compris, c’est passionnant !

Les associations de familles d’enfants autistes se sont d’ailleurs énormément mobilisées pour ne plus subir les effets néfastes de théories psychanalytiques obsolètes. Elles ont compris que B. Bettelheim était un illuminé qui voulait séparer les enfants autistes de leur mère. Sophie Robert le démontre bien dans son film « Le mur, la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme ».

Mais ce n’est pas le cas dans le monde de la douance.  Souvent les personnes surdouées se tournent vers des psychanalystes lorsqu’elles sont en mal-être ou en deuil. Elles pensent que c’est cela qui va résoudre leurs problèmes. Malheureusement, ce n’est pas adapté, à moins qu’elles aient enfoui un grave traumatisme qui pourrait resurgir ou un « secret familial». La psychanalyse, au sens où elle est pratiquée actuellement en France encore aujourd’hui, est désuète, à mon sens, et ne tient pas assez compte des dernières avancées scientifiques. Elle est issue d’une « théorie » vieille d’une centaine d’années, et il est assez étonnant que de si nombreuses personnes y croient encore. L’excellent livre « le livre noir de la psychanalyse, vivre, penser et aller mieux sans Freud » (sous la direction de C. Meyer) et le livre de Michel Onfray  « le crépuscule d’une idole » l’ont démontré, mais les croyances sont tenaces. Comme dirait ce dernier très judicieusement, comme Freud avait envie de coucher avec sa mère, il en a inventé une théorie qu’il pensait adaptée à tout le monde, ou qu’il a adaptée à tous pour se déculpabiliser… Théorie très lucrative, par ailleurs.

La psychanalyse est basée sur la libre association d’idées et sur le transfert. Inutile de dire qu’avec des personnes surdouées, les associations d’idées fusent et ne sont pas forcément issues d’un réel traumatisme, ou d’un secret de famille gravissime, ce que recherche en général le psychanalyste, lorsqu’une personne va mal. Quant au transfert, parfois, le psychanalyste garde le patient sous son emprise durant des mois ou années, lorsqu’il s’aperçoit qu’il en tient un ou une qui va vraiment très mal…Quelle aubaine ! On voit des adultes surdoués en souffrance, qui ont consulté un psychanalyste durant des années, et qui leur a toujours dit, (lorsque le psychanalyste daigne parler) qu’ils surinvestissaient le verbal, ou qu’ils ne savaient pas gérer leurs émotions, ou pire encore…que c’est à cause de la mère…il suffisait d’y penser !

J’ai écrit un court article sur ce sujet épineux, par manque de temps, mais on pourrait en écrire … N’hésitez pas à lire les deux livres que j’ai cités. Comme il est écrit dans le livre noir, « A l’étranger, la psychanalyse est devenue marginale ». Il est surprenant (ou pas surprenant en France), une fois encore que le livre d’un psychanalyste, surdoué, mais psychanalyste, avec une thèse…comment dire ?…, ait une si grande place dans les médias…je veux parler du livre de Carlos Tinoco, « Intelligents , trop intelligents » qui nous explique que les personnes d’intelligence « normale » seraient inhibées, ou plutôt que leur intelligence serait inhibée.

Je recopie la fin de la 4eme de couverture : « Et s’il n’y avait pas de « dons» particuliers, mais un type de positionnement psychique, un certain rapport au monde, qui produirait des résultats remarquables sans relever pour autant d’une faculté cérébrale ? En bout de ligne, que signifie vraiment « être intelligent »?
Poser cette question, c’est prendre le risque de porter sur nous-mêmes, mais aussi sur la société et les institutions, un nouveau regard. C’est une démarche audacieuse, tant philosophique que politique, et salvatrice en ce qu’elle redonne à l’humain toute sa profondeur. »

 

Une partie des psychologues des CMPP( centres médico-psycho-pédagogiques) sont d’obédience psychanalytique, et souvent les parents de surdoués qui ont peu d’argent ou pour d’autres raisons se tournent vers ces organismes. Ils s’entendent dire que:  » ils poussent leur enfant, que c’est à cause de la mère, que si l’enfant a une phobie scolaire, c’est à cause de la peur de la séparation d’avec la mère » etc… etc, et ils passent parfois à côté de la douance malheureusement. Il faudrait que les parents témoignent.

 

La douance est plus que jamais taboue en France. Si nous laissons ce sujet de la douance entre les mains des théories psychanalytiques et des psychanalystes, alors, il ne faudra pas s’étonner que l’intelligence soit encore synonyme de souffrance encore de longues années…STOP ! Soyons courageux comme l’ont été les associations de parents d’enfants autistes. Et effectivement, ne laissons pas notre intelligence et notre esprit critique s’inhiber…disons simplement stop à la psychanalyse. Simple, il fallait y penser !

Etre intelligent, c’est POSITIF

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

No comments yet.

«

»