Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Fév/14

23

« Des femmes surdouées »

 

Merci à tous ceux qui ont commandé le livre et merci pour vos retours positifs pour ceux qui l’ont déjà lu !

 

4 e de couverture

Résumé

Ce livre est un recueil de témoignages de femmes surdouées pleines d’humilité. Il consacre tout le premier chapitre à une synthèse de la question de la douance et apporte quelques explications innovantes à ce sujet. Les témoignages touchants de ces femmes douées, trop souvent ignorées, sont issus de réflexions profondes et démentent ainsi certains préjugés. Le livre est destiné à tout public homme ou femme, connaisseur ou non de la précocité. « Un enfant précoce très jeune, soumis à un environnement dans lequel il ne peut acquérir des expériences nouvelles enrichissantes peut se trouver être totalement déstabilisé dans son développement cognitif. »

Auteur

Nadine Kirchgessner, diplômée en psychologie et en sciences de l’éducation de l’université Paris VIII, est mère de trois enfants doués et étudie la question de la douance depuis plus de vingt ans. Elle est la créatrice du site planetesurdoue.fr.

http://www.leseditionsdunet.com/culture-societe/2196-des-femmes-surdouees–nadine-kirchgessner-9782312027401.html

 

 

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

7 Comments pour « Des femmes surdouées »

Gautam | 3 août 2014 à 17 h 15 min

Je tiens à vous féliciter pour ce billet et pour le blog. Je suis ergothérapeute en pratique privée et travaille depuis 8 ans avec des enfants présentant des retards ou des troubles de développement et d’apprentissage. Une proportion élevée de ma clientèle m’est référée en raison de difficultés d’attention, avec ou sans la présence d’un diagnostic. En ergothérapie, nous combinons plusieurs approches pour arriver à mieux comprendre les difficultés des enfants et ainsi mieux les aider. L’une de ces approches se base sur les théories de l’intégration sensorielle. Selon ces théories, le fonctionnement d’une personne dans les activités de la vie de tous les jours dépend de la modulation et de l’intégration adéquate des millions d’informations provenant de nos 7 sens, les 6e et 7e sens étant la proprioception (conscience du corps) et le vestibulaire (conscience de la gravité et du mouvement). Le bon fonctionnement des processus d’intégration est en plein rodage chez l’enfant et est facilement perturbé par la présence de stress et de fatigue. Or, de nombreux enfants présentent des difficultés, voire des troubles, au plan de la modulation et de l’intégration de l’information provenant des 7 sens. Il peut s’agir d’hypersensibilité, se traduisant par une hypervigilance à certaines stimulations, d’hyposensibilité, se traduisant par une absence de réaction ou par des comportements de recherche de sensation, ou encore d’une mauvaise intégration des sens. La qualité de l’attention dépend en grande partie de l’intégration adéquate de ces sens.En ergothérapie, nous encourageons le recours à des stratégies sensorielles pour la gestion de certains comportements d’hyperactivité et symptômes d’innattention. L’une des stratégies les plus importantes est de permettre aux enfants de bouger davantage, autant à l’école qu’à la maison. Tout simple. Les difficultés d’attention peuvent aussi s’expliquer par le fait que la tâche est soit trop exigeante, soit pas suffisamment stimulante pour l’enfant. Dans les deux cas, l’ergothérapeute explore avec l’enfant et la famille des stratégies pour adapter l’activité. Par exemple, chez l’enfant ayant un tonus bas et une difficulté à maintenir une posture assise droite, une attention particulière est portée à l’ergonomie. Pour l’enfant auditif qui s’ennuie lorsque le professeur parle en classe, un cahier à colorier discret sur le pupitre peut faire toute la différence. La compréhension des difficultés d’attention est une tâche complexe. Dans le meilleur intérêt des enfants, les médecins de famille gagneraient beaucoup à diriger davantage les familles vers des professionnels de la santé et de l’éducation avant de considérer la médication comme la seule option possible. Sensé, non ?

Patricia | 30 novembre 2014 à 22 h 20 min

Je me suis pleinement retrouvée dans ce livre et je me rends compte à quel point les vécus sont différents et tellement impactés par l’enfance.
Merci pour ces éclaircissements qui me rassurent par rapport aux discours inquiétants que l’on entend un peu partout sur les surdoués.
ça fait du bien de retrouver un peu de bon sens !

Nadine Kirchgessner | 23 mars 2015 à 20 h 15 min

je viens de lire cette page du site adulte surdoué au sujet de mon livre « Des femmes surdouées » alors je ne résiste pas ! très sympathique!
je me permets de recopier la conclusion de zéphir:
« En conclusion, moi qui cherche un livre à laisser trainer bien en vue chez mes parents, je pense que je vais utiliser celui-là. J’ai bien aimé la première partie de synthèse sur le sujet, et le fait que pour elle tous les surdoués ne sont pas mal dans leur peau. Ainsi que l’ouverture sur le fait que tous les surdoués ne sont pas pareils. »

http://adulte-surdoue.fr/livres-articles/livre-des-femmes-surdouees-t5637.html

Laurinette | 26 mars 2015 à 15 h 18 min

Les femmes surdouées, trop souvent mises de côté face aux garçons plus vindicatifs, sont ici à l’honneur.
L’auteur a rassemblé des témoignages de chemins de vie de plusieurs de ces femmes.
Passionnant, pertinent, et qui ouvre à la réflexion. A lire d’urgence !

Agnès | 17 avril 2015 à 0 h 15 min

Bonsoir à tous, ou plutôt « Bonmatin »…
J’ai encore fait vite en copiant tel quel le mail que je vous ai envoyé hier et que vous m’avez proposé de déposer sur votre site. C’est ce que j’ai fait, dans la rubrique « Adulte ». Mais comme ça, sans fioriture, un peu à la sauv-age, somme toute !
Du coup, pour faire mieux, oui, j’aime faire toujours mieux, car le mieux est perfectible, non figé, ne connait pas l’immobilisme, bref, je décide d’écrire ici, en relation avec ce fabuleux ouvrage que j’ai lu pratiquement d’une traite.
Alors, oui, je vais suivre votre conseil, Nadine, le re-lire une deuxième fois (même si ce n’est vraiment pas mon habitude, mais là, c’est tellement exceptionnel ce que je ressens que je ne peux que m’offrir ce renouveau), mais avec grand soin, au fil d’un temps profond, pour l’inscrire au présent, pour l’offrir à mon repos.
Et puis cette fois-ci, je prendrai mon crayon, mon bloc-note et je noterai (enfin, je tenterai de noter) tout ce jaillissement d’idées qui déferlent sur mon âme enfin retrouvée. Mais je ne l’avais pas perdue, j’avais sans doute appris quelque part une recette malicieuse pour la garder intacte.
L’été dernier a été marqué par un événement aussi terrible que révélateur. Je me souviens d’un dimanche après-midi où j’étais assise dans la cuisine, perchée sur un tabouret de bar, à songer à tout mon intérieur. J’ai entendu une toute petite voix. Je lisais alors un livre qui m’a soutenu pendant de longs jours : Femmes qui courent avec les loups…
Et quelques larmes imprévues ont déroulé sur mes joues : oui, je l’entendais cette toute petite fille en moi. Elle m’appelait en chantonnant, en essayant différentes combinaisons de sons pour me faire réagir. Sans doute, le faisait-elle depuis si longtemps, mais tellement avec patience. Et j’ai écouté soigneusement, comme Alice qui se penche au dessus du terrier.
J’ai tendu la main, elle s’est agrippée, je ne l’ai pas lâchée et de jour en jour, je la regarde revenir à moi. Je lui laisse reprendre sa place.
C’est doux tout cela, même si parfois ça écorche vive.
Mais cela en vaut tellement la peine.
Votre ouvrage, Nadine, est un diamant dans le ciel qui ne peut pas s’éteindre mais toujours être en lumière, tant son rayonnement me semble fondamental.
Pour nous, pour tous, pour nos têtes blondes, pour notre monde aussi.
Bien à vous

Agnès

Nadine Kirchgessner | 17 avril 2015 à 18 h 57 min

Merci beaucoup pour tous ces commentaires qui me touchent !

Evelyne | 23 avril 2015 à 19 h 00 min

Bonjour ,

Difficile de faire meilleur commentaire après celui d’Agnès !
Alors un « simple » double bravo à Nadine ; pour son beau livre et pour la qualité de ses réflexions qu’elle nous fait partager sur son site !

Evelyne

«

»