Planète surdoués | Un espace d'information et de recherche sur la douance

Mai/13

20

traumatismes et surdoués

traumatismes et surdoués

Les personnes surdouées étant hypersensibles pour la plupart, sont-elles plus facilement sujettes aux traumatismes ? A ma connaissance , peu d’études traitent de ce sujet. Evidemment je ne connais pas tout…Si on en croit Muriel Salmona, (et mon expérience) les professionnels sont déjà peu formés au sujet des psychotraumatismes, alors pour s’intéresser aux surdoués traumatisés …il ne faut pas trop en demander…

Le commentaire de Bleuenn me pousse à écrire un article sur ce sujet et à porter votre attention sur le site extrêmement bien fait du DR Muriel Salmona http://memoiretraumatique.org/ ,

que je vous encourage à lire si vous avez été traumatisés. Les traumatismes sont variés, ils incluent toutes les violences, que ce soit les violences éducatives, les violences physiques, sexuelles ou les violences dûes à des circonstances dramatiques (maladies, deuils). Dans ce site , les mécanismes sont très bien expliqués (explications humaines et neuroscientifiques) et l’espoir est présent.  

Pour répondre à Bleuenn au sujet de la non reconnaissance par les parents de la douance, il s’agit d’un réel traumatisme qui touche à l’identité. Les parents sont les premières personnes qui vous donnent votre identité, ils ont un premier regard posé sur vous. Ne pas reconnaitre la douance de son enfant , c’est comme ne pas reconnaitre sa couleur de cheveux . Aucun parent ne dit « il ou elle est blonde » alors que très visiblement l’enfant est brun. Il ne faut pas s’étonner ensuite que l’enfant ne sache plus très bien s’il est blond ou brun… ne pas reconnaitre la douance de son enfant et s’étonner , se plaindre ensuite que l’enfant ne réussisse pas est d’une violence inouïe. L’enfant n’a pas eu les apprentissages nécessaires au bon moment (comme tous les autres enfants ), et  il a mis en place des stratégies inadéquates pour contenter ses parents , c’est à dire « ne pas être surdoué (e)». Il est facile de comprendre que l’on ne peut vivre comme cela , en niant son identité.

Comme l’écrit Muriel Salmona, il faut faire des « retrouvailles avec soi-même ».

Je peux parler de mon expérience personnelle, surdouée et ayant subi pas mal de traumatismes (enfance, aplasie médullaire…). Il me semble que les traumatismes ont un impact plus grand sur moi, mais à bien y réfléchir, si une personne non surdouée les avait subis , elle aurait aussi eu des difficultés…MAIS  je crois que d’être surdouée permet de surmonter les traumatismes plus facilement. Les surdoués mettent en place à mon avis des mécanismes de sauvegarde encore plus exceptionnels et élaborés. C’est un avis tout personnel qui n’a rien de scientifique ! cela donne une touche d’espoir à Bleuenn, mais il faut du temps…

Share

RSS Feed

Laissez un commentaire!

Pour éviter les spams, merci de donner la réponse au calcul suivant: Le délai maximum de validité du CAPTCHA est dépassé, merci de le relancer.

17 Comments pour traumatismes et surdoués

Léger | 14 janvier 2015 à 21 h 44 min

Je partage votre vision du surdoué face au traumatisme. j’ai également fait l’expérience de traumatisme et j’ai « senti » comment optimiser mon potentiel pour que ma capacité de résilience puisse s’exprimer à plein. Cela m’a paru extrêmement douloureux et incroyablement facile à surmonter.

Nadine Kirchgessner | 28 janvier 2015 à 14 h 10 min

Merci beaucoup. A force d’entendre que les surdoués seraient vulnérables et fragiles, il est nécessaire de rappeler certaines évidences.

jean-marie lecoq | 21 septembre 2015 à 10 h 56 min

Je confirme: nous trouvons toujours le moyen de surmonter mais je confirme aussi qu’il faut du temps. J’ai traversé de nombreuses difficultés: non reconnaissance paternelle ( je ne connais même pas son nom ), suicide de ma mère alors que j’avais 13 ans, décès de ma grand-mère chez qui je vivais deux ans plus tard, incompréhension totale entre mon oncle chez qui je suis allé vivre et son épouse, difficultés relationnelles avec les autres, renfermement sur moi, et bien d’autres choses que vous connaissez déjà. Bien sûr, c’est difficile, bien sûr on se demande comment on va pouvoir continuer, bien sûr, on imagine se jeter d’un pont régulièrement. J’en étais même arrivé à me voir comme un monstre puisque je survivais à un tas de choses. On m’a attribué un caractère fort alors que je me sentais tellement autre chose! Je suis d’accord avec le commentaire  » extrêmement douloureux et incroyablement facile à surmonter ». Je connaissais Cyrulnik avant de l’avoir lu…

Patricia | 22 septembre 2015 à 13 h 53 min

Un surdoué est une personne très sensible paradoxalement, ceci ne veut pas dire qu’il n’a pas en lui les ressources lui permettant d’affronter les difficultés.

Ne dit-on pas que le vrai courage, c’est d’affronter sa peur ?

On peut être peureux intérieurement et très courageux.

On peut, comme c’est le cas du surdoué, être hypersensible et surmonter toutes les difficulté placées sur sa route.

Sinon, je rejoins votre avis.

La non reconnaissance de la surdouance est traumatisante. C’est une espèce de poison distillé lentement.

Pour ma part, ma mère n’a jamais voulu reconnaitre ma surdouance même après les tests. Mais j’ai compris que c’était un déni (elle n’a pas su voir) couplé du désir d’être la plus douée de la famille.

Mon père l’a reconnu et je dois dire que cela m’a fait un bien immense.

J’ai compris il y a peu qu’il ne fallait rien attendre de personne, même pas de ses parents.

Nous sommes tous le capitaine de notre âme et tant pis si les autres ne veulent pas accepter notre identité. Traçons notre route, même sans eux…

C’est une chance d’être surdoué et encore plus de la savoir. Profitons de ce cadeau qui nous est donné.

marie | 3 avril 2016 à 16 h 25 min

Faire de votre cas une généralité est aussi réducteur que faire de tous les surdoués des êtres fragiles et vulnérables

La résilience ne coïncide pas forcement avec la surdouance(et vice-versa). D’ailleurs de nombreux traumatisés résilients ne sont pas pour autant des surdoués.
La résilience dépend pour beaucoup des tuteurs de résilience et donc de la chance qu’on a de tomber sur des personnes bienveillantes plutôt que sur des personnes qui vous enfoncent.

Je trouve votre optimisme un peu trop prosélyte et votre façon de présenter la surdouance comme une injonction à la résilience très culpabilisante pour tous les surdoués (et tous les autres) qui n’ont pas eu cette chance.

Nadine Kirchgessner | 4 avril 2016 à 12 h 00 min

Marie, je m’interroge : êtes-vous volontairement agressive ou est-ce que vous ne savez pas lire ? Je n’ai EN AUCUN CAS pris mon cas pour une généralité puisque j’ai écrit : C’est un avis tout personnel qui n’a rien de scientifique !
Je n’ai pas écrit que la résilience coïncide forcément avec la douance ! comme vous semblez l’avoir compris …: « La résilience ne coïncide pas forcement avec la surdouance(et vice-versa). D’ailleurs de nombreux traumatisés résilients ne sont pas pour autant des surdoués. »
En outre la résilience ne dépend pas que des tuteurs de résilience ! Elle dépend aussi de la personnalité de chacun. Il existe des études scientifiques (il faudrait que je cherche) qui disent que le QI plus élevé favorise la résilience.
Quant à « optimisme un peu trop prosélyte … une injonction à la résilience très culpabilisante» j’aurais vraiment tout lu… tout entendu …
je vous conseille de revoir les définitions des mots !

Valerie | 8 avril 2016 à 14 h 27 min

Bonjour
J ai connu des traumatismes importants pendant mon enfance.
J ai passe un test de qi qui détecte un hp et également des troubles de langages.
Mes troubles de langages ( je ne m en suis jamais rendue compte) peuvent ils être liés au traumatismes passés ?

Nadine Kirchgessner | 8 avril 2016 à 23 h 00 min

Bonjour Valérie, tout est possible avec les traumatismes. Cela dépend des traumatismes, de leur durée, de leur intensité, de la personnalité, du contexte, de l’entourage. Mais vous êtes à haut potentiel, il est reconnu dans les études que la résilience est forte chez les surdoués.
je vous conseille le site mémoire traumatique qui est très bien fait
http://www.memoiretraumatique.org/psychotraumatismes/generalites.html
http://www.memoiretraumatique.org/psychotraumatismes/consequences.html

Aurélie Flages | 18 avril 2016 à 17 h 57 min

Bonjour, connaîtriez-vous des Zèbres = Précoces = Surdoués, qui soient devenus Traumatisés Crâniens?
Suite à un accident de moto EN 1996 A l’âge de 16 ans je suis passée par 3semaines de comas, un TC, une hémiplégie, une aphasie, fauteuil roulant, j’en passe et des meilleures… RÉÉDUCATION INTENSIVE ET JEUNESSE A L’HÔPITAL, n’ayant que peu de souvenirs de mon enfance lointaine où mes parents m’ont TJS laisse tt faire par moi-même m’imposant le résultat ET ME critiquant/rabaissant jusqu’à l’obtention et la satisfaction de celui-ci.

Je me sens si seule au monde, étant toujours LÂ 1ère partout (un AN DAVANCE avant mon accident j’allais être MEDECIN OU danseuse Qd ma vie a basculé Ds une lutte contre moi-même pour me conformer à la NORME QUE m’imposaient mes parents… ET j’ai toujours « essuyé les planches » pour les AUTRES car AI été TTE ma vie « le premier cas comme ça » depuis 20 ans que je m’efforce de SURVIVRE comme la société ET mon entourage me l’imposent… EN devant prendre sur moi. Mes parents ne réalisent pas que leur attentes et mon éducation n’ont fait que renforcer mon mal être, transformant ma Souffrance qu’il n’ont pas SU accueillir comme telle et me reprochaient, EN PSYCHOSE VOIRE NÉVROSE qui aujourd’hui encore m’empêche de vivre comme je veux et peux, tenant compte de mes atouts et faiblesses de CE HANDICAP devenu invisible grâce à mes efforts surhumains pour revenir SEULE DE LA MORT (coma profond stade 4).
Mes parents me prennent pour une SUPERWOMAN arrogante…
Je suis perdue ET ne sais plus quoi faire à force de tout essayer de mon mieux. Personne ne veut accepter ma DIFFÉRENCE ET Qd J’EN parle ON me rit au nez… « Ms CEST loin tt ça ET CEST Ds ta tête! ».

Merci de vos réponses,

Aurelie

sainkho | 26 avril 2016 à 1 h 01 min

Bonsoir, difficile à dire… j’ai tendance une fois de plus à penser comme vous. A la fois hypersensible mais capable aussi d' »hyper »résilience si je peux me permettre l’expression. Si je regarde autour de moi dans mes amies HP, l’une d’elle a connu la dass et des négligences et maltraitances sévères; je me demande parfois comment elle a pu surmonter tout ça : elle a certes été aidée par des psy, et fait -ou su saisir-des rencontres qui l’ont aidée à des moments de sa vie. Mais je pense vraiment que sa douance qui fait qu’elle a de telles ressources ! et il n’y a pas qu’avec elle que j’ai pu le constater. après certains HP sont vraiment fragiles à se clochardiser aussi… j’ai aussi vécu des maltraitances mais uniquement psychologiques, et je n’ose comparer avec ce qu’elle a pu vivre. c’est aussi d’elle pourtant dont je me sens très proche ! et elle reconnaît la violence perverse que j’ai vécue. par ailleurs, hypersensible je vais être plus touchée par les choses… mais à côté de ça je fais aussi face facilement à des situations d’urgence là où d’autres seront démunis….

Nadine Kirchgessner | 28 avril 2016 à 11 h 50 min

Bonjour Aurélie, non je n’en connais pas. Peut-être quelqu’un lira votre appel. Je ne sais que vous dire, sinon de vous faire tester peut-être et vous rapprocher d’un psychologue au fait de la douance. Vous avez réussi à rendre invisible votre handicap, vous avez une très grande résilience. Bien à vous.

Lili | 24 août 2016 à 18 h 16 min

Une hypothèse qui mature en moi depuis un bon moment est la suivante : le développement de la douance ne serait-il pas un mécanisme de défense/adaptation possible à un traumatisme d’enfance ?
L’enfant mis en situation traumatique, surtout quand ce trauma est répété (cf. Muriel Salmona et son excellent site), doit se suradapter à son environnement, et développe souvent une hypermaturité. La douance est une manière d’être hypermature et adapté sur le plan intellectuel, même si ce développement précoce se fait parfois (souvent ?) au prix du développement affectif/social.
Je fais cette hypothèse également parce que je constate parmi mes amis/connaissances HQI une énorme proportion de personnes ayant vécu des situations traumatiques, ou grandi dans des circonstances traumatiques, ou ayant des parents ou des grands-parents ayant vécu de forts traumas (dans mon cas, des grands-parents juifs survivants à la Shoah).

Ce n’est qu’une hypothèse, mais ça me semble intéressant de faire le lien dans ce sens, que le trauma peut causer la douance. Qu’en pensez-vous ?

Sally | 25 août 2016 à 11 h 09 min

Bonjour, je m appelle « sally  » et je suis agé de 20 ans, je me sens un peu perdue,un peu à coté de la plaque .Je me sens un peu stupide de faire ça mais je ne savais où m’addresserJ aimerai savoir si quelqu un accepterai de prender contact avec moi en prive afin de repondre à mes questions .
Merci.

Nadine Kirchgessner | 28 août 2016 à 18 h 09 min

Bonjour Lili, votre hypothèse est celle de Caroline Goldman. J’en parle dans ces articles, et je ne la partage pas. Mais bien sûr, les maltraitances dans l’enfance font murir les enfants maltraités plus vite que ceux qui sont couvés. Mais la maltraitance ne « fabrique » pas le haut potentiel. Sinon, cela se saurait ! vous rencontrez beaucoup de gens traumatisés, c’est parce qu’il y en a beaucoup.
Sally, vous pouvez m’écrire.
Vous pouvez lire ces articles
http://planetesurdoues.fr/index.php/2016/02/10/compte-rendu-du-debat/
http://planetesurdoues.fr/index.php/2014/08/05/inne-psys/

Javier | 8 décembre 2016 à 16 h 15 min

Lili et Nadine, je trouve très intéressant vos points de vue par rapport la relation entre traumatisme et surdouance. En ayant moi même fait l’expérience de traumatisme durant mon enfance je peux que vous rejoindre tous les deux dans des les aspects suivants:

« le développement de la douance ne serait-il pas un mécanisme de défense/adaptation possible à un traumatisme d’enfance ? », Oui, on est tout de même des être humains avec une grand capacité d’adaptation et si on y croit aux théories de l’évolution en particulier celle des Darwin on y trouve même de la sélection naturelle, Cela dit, vivre des épisodes traumatiques vont contribuer chez l’être humain à un développement accéléré des certaines capacités afin de assurer sa survie. Or, développement n’implique pas une création spontané de dites capacités. Nous avons de ressources propres et leur développement ou repliement va dépendre des différents facteurs.

Et c’est là que je rejoins Nadine « Mais la maltraitance ne « fabrique » pas le haut potentiel », car il faut bien tenir compte de l’aspect intrinsèque lié à l’intelligence ,dans toutes ses déclinaisons, de chacun.

En ce qui concerne la résilience, et là c’est moi qui veut faire du prosélytisme, je crois que le plus difficile d’habiter dans un monde avec autant des problématiques sociales et psychiques c’est de pouvoir les voir dans son ensemble et par conséquent le changement adaptatif à des fins intégrationnistes peut se montrer très difficile. J’ai lu à quelque part il y a quelque semaines que jadis nous avions des Dieux créés pour la plupart à notre image ( ne seulement pas à l’image physique bien entendu), et qu’aujourd’hui nous avons remplacé ces Dieux par des acteurs de cinéma, des sportifs, des stars de télé, etc. Donc, il est tout à fait raisonnable qu’un HP montre de la résilience devant cette nouvelle « façon de faire » de la société ». On pourrait considérer ainsi cette résilience comme un problème identitaire… un manque de repère.

sophie | 11 juin 2017 à 23 h 20 min

Je suis surdouée et traumatisée. Visiblement mon potentiel a été abîmé par les violences sexuelles subies dans l’enfance. Ensuite, , je ne sais pas si cela m’a aide à surmonter le traumatisme. De toute façon je pense qu’on ne surmonte jamais vraiment ce genre de traumatismes dans le sens où nous sommes profondément transformés par la violence subie puisque toute notre énergie a été utilisée pour survivre…..car vivre dans ces cas là…on ne sait pas ce que cela veut dire.

Nadine Kirchgessner | 14 juin 2017 à 12 h 48 min

Bonjour Sophie, les violences sexuelles sont particulièrement difficiles à surmonter. La douance aide à surmonter les traumatismes, en général. Mais chaque cas est différent et les violences sont différentes aussi. J’ai relu tous les commentaires , on peut voir les différences et les traumatismes violents et le commentaire violent de marie. Je vous encourage à lire l’excellent blog memoiretraumatique.org dont je parle dans l’article, et à vous faire aider si besoin. Ne restez pas seule avec ce traumatisme, si vous ne vous sentez pas bien à cause de cela. Survivre n’est pas vivre. Bien amicalement.

«

»